Archives de Catégorie: invitation ags/réunions

Discussion sur les luttes locales à Rennes le 6 janvier 2012 à 20h30

Vu sur Indymedia Nantes :

20h30 : Discussion autour de luttes locales, en vue d’une manifestation d’ampleur à Nantes.
Dans les locaux du 37 rue Legraverend (Métro Anatole France) où la maison de la grève est hébergée.

3 Juillet 2011, Chiomonte, Italie, 50000 manifestants encerclent le chantier du projet de ligne LGV reliant la ville de Lyon à celle de Turin. Les autorités italiennes sont contraintes de militariser la vallée pour espérer mener à bien les travaux.

23 novembre 2011, Valognes, Cotentin, 600 personnes investissent les rails pour bloquer le convoi de déchets nucléaires CASTOR. Sa route s’achève en Allemagne, à Gorleben, dans la région du Wentland, avec plus de deux jours de retard. Plusieurs dizaines de milliers de manifestants, paysans, et habitants de la région se rassemblent pour empêcher physiquement le train d’arriver à destination.

24 mars 2012, Nantes, Loire-Atlantique, une manifestation contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, se donne pour objectif de réunir plusieurs milliers de personnes de toute la France dans les rues de la ville et aux abords de la mairie pour montrer en acte leur détermination, et bloquer le centre de Nantes.

Dans le même temps, en mai et novembre 2011, en France, les contre-sommets du G8 et G20 sont de moins en moins fréquentés. Si l’attention se tourne vers les luttes dites territoriales, c’est peut-être parce qu’elles deviennent le lieu privilégié du conflit, le lieu de résistance aux formes contemporaines du pouvoir, là où il se matérialise plus qu’il se donne en spectacle.

Comment ces luttes deviennent celles de tous ? Quelles perspectives pour la lutte contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ?

Nous proposons une discussion croisée entre trois exemples, celui de l’Italie, de l’Allemagne et celui plus proche de Notre-Dame-des-Landes, dans la perspective d’aller ensemble à la manifestation et à l’action d’ampleur qui se tiendra le samedi 24 Mars à Nantes.

– 7h00 – 10h00 : petits déjeuners
– 12h00 : cantine
– 14h00 : confection d’AFFICHES
Venez avec les idées, textes et dessins que vous voulez voir affichés sur les murs de la ville.
– 19h00 : cantine

————————————-
PRÉSENTATION
Lors du dernier mouvement contre la réforme des retraites, à l’automne 2010, nous avons réquisitionné les anciens locaux de la CFDT pour y installer la Maison de la Grève. Ça allait de soi : se doter d’un lieu pour s’organiser de manière déterminée par-delà les corporatismes et identités sociales (étudiants, travailleurs, chômeurs, travaillant dans le public ou le privé…). Un lieu pour partager nos analyses de la situation et coordonner nos actions, faire une caisse de grève pour s’entraider financièrement, organiser des cantines de grévistes alimentées en partie par des paysans nous soutenant, se retrouver dans des fêtes. Et imaginer comment faire durer la grève.

Au bout d’un mois et demi, la mairie de Rennes nous a expulsés, comme d’autres socialistes et toutes sortes de dirigeants organisent l’austérité ailleurs en Europe, et répriment ceux qui ne veulent pas plier. Après cette expérience, retrouver un lieu, cette fois pérenne, était une évidence. Pour construire, au fil des temps, une force locale déterminée à vivre autre chose que le capitalisme. Nous avons fini par nous installer dans les locaux d’une association au 37 rue Legraverend.

La Maison de la Grève est un lieu politique mais pas celui de professionnels de la politique. Ici, vous ne trouverez pas la clef pour sortir de l’impasse. La Maison de la Grève n’est qu’une ébauche, un commencement ici et maintenant d’autres possibilités. Avec son lot de difficultés et de joies.

Il est impossible de dire ce que la Maison de la Grève recouvre exactement et ceci pour une bonne raison : elle est plus que la somme des activités qui s’y passent, des événements qu’elle provoque ou auxquels elle prend part. Elle a la prétention de réussir à être en même temps plusieurs réalités, positions politiques, initiatives parfois même contradictoires sans se perdre dans l’éparpillement des luttes et le cloisonnement dans les manières de s’organiser.

Nous ne voulons plus laisser notre quotidien au hasard de ce monde. Nous voulons nous en ressaisir collectivement, partager et étendre des pratiques offensives. S’organiser contre le réaménagement de nos espaces, soutenir les grèves, imaginer des actions en dehors des mouvements sociaux, tout en se liant avec des initiatives d’ailleurs. Être un lieu d’où partir et où revenir, un lieu pour se projeter collectivement. Un lieu pour une mise en échec pratique et politique du pouvoir.

A la Maison de la Grève, vous trouverez une cantine, une université populaire, un atelier informatique, un magasin gratuit, une imprimerie (photocopieurs, sérigraphie), pour apprendre, manger, échanger, avancer. Vous pourrez aussi vous y rendre sans raison, pour prendre un café, trainer avec un ami, trouver un livre. Parce que la constitution d’une force tient autant dans sa capacité matérielle, à ses savoirs-faires, qu’à sa façon d’être et de marcher ensemble.

Ces dix jours ne sont qu’un debut ! Vous êtes les bienvenus !

https://maisondelagreve.boum.org/

Préprogramme « 2012 sur la ZAD : fin du monde de l’aéroport … ». Un agenda des actions/projets à venir, réalisé par des occupant-e-s de la ZAD

  • Fin février : cycle de projections autour de « luttes collectives contre des projets d’aménagement des villes et des vies » dans les villages alentours.
  • Du 5 au 10 mars : Substantifique moëlle : occuper l’espace, partager la terre et transformer la ville. Semaine de rencontres inter-luttes, inter-squats autour de l’espace, pour densifier l’archipel des différents lieux autogérés, faire converger les individus et les groupes, articuler les luttes et les espaces de liberté avec au programme des journées : discussions, ateliers et plus si offensivité. Pour le moment les thématiques sont :
    - Urbanisation et villes invivables
    - Luttes rurales et propriété collective
    - Expulsions, répression, faire face à l’Etat
    - Circuler dans un espace segmenté et contrôlé/migration et nomadisme Tout atelier, apport de matériel ou idées complètement géniales sont les bienvenues ! L’accueil se fera dans divers lieux habités de la ZAD et à partir du 4 mars aux Planchettes.

- Du 9 au 11 mars : Rencontres « convergences des luttes contre l’artificialisation des terres » invitation à tous les collectifs en lutte en France contre des projets destructeurs de terres (étalement urbain, LGV, THT, autoroutes, aéroport, zones industrielles et commerciales. …)

- 15 mars : Fin de la trêve hivernale, risque d’expulsabilité accrue de plusieurs lieux occupés sur la ZAD ?….

- Samedi 24 mars : Manifestation à Nantes pour l’arrêt immédiat de l’aéroport !

- Du 2 au 7 avril : Semaine artistique (concerts, ateliers, peintures, poésies, marionnettes). Si vous avez des bonnes idées, des pratiques, des arts, des passions que vous voulez partager n’hésitez pas ! Ce sera l’occasion de partager et d’apprendre des pratiques comme la sérigraphie, …autour d’ateliers musique, concerts ou autres.

- Du 9 au 15 avril : Semaine d’échanges et de partages de savoirs. Partage et apprentissage de savoirs et savoirs-faire : venez avec ce que vous savez et ignorez !

A venir un jour ou l’autre : Manifestation de réoccupation ! à l’appel de Reclaim The Fields (réseau de paysan-e-s en lutte et pas seulement..) et d’occupant-e-s de la ZAD. Rendez-vous le 4ème samedi après une expulsion fourches,poutres et outils en mains pour re-semer, reconstruire. Contre l’aéroport et son monde ! Appel, tracts, affiches sur www.reclaimthezad.potager.org ou sur le site de la ZAD Contact : reclaimthezad@riseup.net

Soyons solidaires face à la répression ! Appel à la constitution d’un collectif anti-répression sur Nantes et sa région.

Première réunion le 9 Janvier à 20h00 à B17 (Nantes)

Durant les échanges effectués entre les militant-e-s qui soutiennent les inculpé-e-s du 1er Décembre et/ou qui se sentent révoltés par la répression galopante qui s’abat sur toute voix contestataire dans Nantes et ses alentours, il a été évoqué la nécessité de créer un collectif anti-répression sur Nantes.

En effet, depuis quelques mois, la répression sur le 44 prend une ampleur qui parvient à faire trembler certain-e-s militant-e-s et à réduire ainsi la liberté d’expression et d’action de pas mal d’entre nous.

Nous ne pouvions rester inactifs face à ce terrorisme d’état, bien accompagné par les collectivités locales !

Suite au rassemblement de soutien aux inculpé-e-s du 1er décembre (devant le local de Vinci), une date de réunion pour concrétiser cette idée de collectif anti-répression a été fixée. Un seul principe fondamental de lien de la répression avec une critique du système capitaliste et étatique, s’est dégagé dans la discussion. Il nous apparait en effet important de ne pas omettre le fait que la répression est une arme de peur, pensée et executée par l’Etat afin de réprimer toute voix/voie dissidente, violente ou non-violente, au pouvoir hiérachique et à la poursuite du profit. Nos vies ne doivent pas être régies par les intérêts des multinationales et du pouvoir, mais au contraire par nos propres intérêts collectifs et individuels !

Ne pas lier critique de la répression et critique de l’autorité et du capital serait nous priver de toute possibilité d’en finir une fois pour toutes avec les lois liberticides, et par là-même avec les raisons de leur existence.

Cependant, la répression, bien que ces causes profondes soient politiques, ne prive pas seulement de liberté ceux/celles qui militent. Ainsi, la société actuelle par son individualisation des rapports sociaux, par l’accroissement des inégalités, par la réduction de l’accès aux droits fondamentaux, par la destruction de toute pensée collective ou toute tentative d’autogestion, crée chez de nombreux/ses personnes des angoisses, des frustrations, des envies viscérales de crever l’abcès qui s’expriment parfois par des actes considérées comme délictueux ou criminels. A qui la faute ?! Si ce n’est au capital/Etat qui fixe ces limites et pénalise quiconque les enfreint, et qui par la même occasion créer les situations qui génèrent ces “transgressions” !

C’est pourquoi nous ne pouvons être que solidaires avec tous les cas de répression !

Face à la montée du terrorisme d’Etat dans le monde, en France, et nous concernant plus particulièrement sur la région de Nantes, nous devons nous organiser ensemble pour que la peur change de camp !

Cette réunion anti-répression, ainsi que les autres qui suivraient, aurait pour buts, car rien n’est fixé :

-de recenser tous les cas de répression dans la région de Nantes

-d’élaborer des réponses collectives à ces cas de répression et/ou d’aider une réponse individuelle de l’inculpé-e, notamment par la création d’un collectif anti-répression sur la région de Nantes.

-d’échanger autour de la répression, de son évolution et de ses caractères locaux, nationaux et internationaux.

-d’élargir le champ de la critique de la répression à ses causes, que sont la volonté commune du capital et de l’Etat de ne pas être remis en cause dans ses dynamiques autoritaires et destructrices de l’environnement, de l’autonomie collective/individuelle….

-de réfléchir aux différents moyens de lutte face à cette répression galopante (actions, manifestations, concerts…)

-…

Nous vous appelons donc à une réunion le lundi 9 janvier 2011 à 20h à B17 (17, rue Paul Bellamy) pour discuter avec joie et rage de l’anti-répression !

Face au terrorisme d’état, nous ne céderons pas ! Solidarité dans tous/toutes nos combats !

Des membres du comité de soutien aux inculpé-e-s du 1er décembre et d’autres militant-e-s.

L’appel en format PDF :

Appel réunion anti-rèp région nantaise le 9-01

Soutenons les inculpé-e-s du 1er décembre ! Préparons la mobilisation jusqu’à leur procès du 13 février !

Invitation à une réunion de préparation de la mobilisation de soutien aux inculpé-e-s du 1er décembre, le mercredi 04/01 à 20h30 à B17 à Nantes.

Le 1er décembre dernier, six personnes furent raflés lors d’une vaste opération de répression policière. Une comparution a alors été remise à cinq d’entre eux/elles, pour un procès qui se tiendra le 13 février, à 14h, au tribunal de Nantes.

Les inculpé-e-s devront ainsi comparaitre le 13 février pour dégradation en bande organisée (sic) et refus de prélèvement ADN .

La plainte à l’origine de ces arrestations émane de Vinci et fait suite à une manifestation devant un de ses sièges, où des tracts ont été distribués aux employé-e-s. Et où par la suite, du fumier et des oeufs de peinture ont été lancés sur la façade, afin de dénoncer le cynisme de la consultation citoyenne à propos du projet d’aéroport de NDDL et d’autres projets. Cynisme qui cache une véritable recherche de prestige et de profit au mépris de l’intérêt collectif !

Ce barbouillage de fenêtres a alors entrainé le 1er décembre : une mobilisation de plus de 300 gendarmes afin d’arrêter une dizaine de militant-e-s, des menaces de détention préventive et des inculpations à la mesure de l’ampleur terroriste des actes reprochés (sic).

Pour plus de détails sur les raisons de cette manifestation, sur la nature violente de la rafle…se référer au communiqué lu par le comité de soutien aux inculpé-e-s, le jeudi 15/12, devant le siège de Vinci : http://wp.me/p1hwU8-qU

Ces arrestations, et le procès qui se tiendra le 13 février, émanent d’une volonté claire des autorités publiques et de Vinci de bailloner toute contestation de leurs projets de bétonnage du territoire.

Les autorités publiques choisissent ainsi de défendre les intérêts de Vinci en déployant des moyens de répression dignes d’opération anti-terroristes ! La collusion des intérêts entre le privé et le public devient de plus en plus flagrante, comme le prouve l’ampleur de cette opération de répression, ainsi que les multiples arrestations en série qui se déroulent dans le 44 depuis quelques mois.

Parce que les inculpé-e-s ont besoin de notre soutien, et que nous souhaitons montrer à Vinci et aux autorités que leur répression ne fait que nous renforcer dans notre détermination à ne rien lâcher, nous vous invitons à une réunion de préparation de la mobilisation de soutien aux inculpé-e-s pour le procès du 13 février.

Cette réunion aura lieu :

Le mercredi 4 Janvier à 20h30 à B17 (Nantes, 17 rue Paul Bellamy)

Montrons-leur que la gestion de notre territoire et de vos vies nous appartiennent !

Démontrons notre soutien aux inculpé-e-s du 1er décembre, et préparons ensemble la contre-offensive !

Soyons plus déterminé-e-s que jamais à lutter contre le projet d’aéroport de Notre Dame Des Landes et contre toute l’urbanisation qui détruit nos vies et nos capacités d’autonomie !N’attendons pas qu’il soit trop tard !

La peur doit changer de camp !

Le comité de soutien aux inculpé-e-s du 1er décembre.

L’appel en format PDF :

Appel à une réunion de soutien aux inculpé-e-s du 1er décembre et à la préparation de la mobilisation jusqu’à leur procès du 13 février

Ne les laissons pas écraser la lutte sous les procès ! Appel du collectif nantais de lutte contre l’aéroport de NDDL

Appel du collectif nantais de lutte contre l’aéroport de NDDL que nous relayons sur le blog :

NE LES LAISSONS PAS ÉCRASER LA LUTTE SOUS LES PROCÈS

En Loire-Atlantique le 1er décembre à 6 heures du matin, la préfecture a lancé une rafle policière pour arrêter — ou tenter d’arrêter — sur les communes de Couëron, Chauvé et la ZAD de Notre-Dame-des-Landes onze personnes engagées dans la lutte contre le projet d’aéroport. En fin de journée cinq personnes étaient inculpées de « dégradations commises en réunion » ou « complicité de… » avec une date de procès fixée au 13 février 2012. Cinq autres personnes seraient à ce jour encore recherchées.

LES FAITS QUI LEUR SONT REPROCHÉS

Avoir déversé le 15 octobre, à une cinquantaine, quelques poignées de fumier et des œufs remplis de peinture sur le perron extérieur et la façade du siège Ouest de Vinci, sur la commune de Couëron, après avoir tenté de discuter avec les salariés et distribué un tract.

DES MOYENS COMPLÈTEMENT DÉMESURÉES

Alors que l’action du 15 octobre a été commise au grand jour, à visage découvert pour les personnes arrêtées, pourquoi un tel déploiement de forces policières à 6 heures du matin ce 1er décembre, alors qu’une simple convocation suffisait pour interroger les personnes ?

27 véhicules dénombrés sur la ZAD (deux cars, des fourgons, des voitures de la BAC et un hélicoptère), 14 à Couëron. La brigade d’intervention de Nantes était prête à défoncer au bélier la porte d’une famille pour arrêter le fils de 22 ans, ou casser un carreau pour entrer en force chez des militants ayant une implication politique publique de longue date.

Au cours des interrogatoires deux jeunes femmes ont dû se déshabiller pour être photographiées en sous-vêtements sous prétexte d’identification de tatouages (!), et certains arrêtés qui ont refusé le prélèvement d’ADN pour fichage ont été inculpés pour cela.

Depuis quand une action politique symbolique déclenche-t-elle une rafle policière digne d’un régime autoritaire d’un autre temps ?

Nous vous invitons le mercredi 7 décembre à 20H 30 dans les locaux de B17, au 17 rue Paul Belamy – Nantes, pour participer à une réunion afin d’organiser la solidarité autour des inculpé-e-s du 1er décembre et préparer la mobilisation en prévision des procès à venir (le 13 février, mais aussi les mois suivants). Réagissons collectivement à cette intimidation policière et judiciaire, au service de la multinationale Vinci impliquée dans tant de chantiers nuisibles et dénoncés comme les LGV, autoroutes, prisons, centrales nucléaires et autre aéroport.
Collectif Nantais de Lutte Contre l’Aéroport.

mail : clcnantes@gmail.com

Note : Le collectif de lutte contre l’aéroport de NDDL appel de même à venir à la réunion du 07/12, afin de renforcer notre action contre la politique répressive des autorités sur Nantes et pour en finir avec l’aéroport de NDDL !

Réunion internationale d’opposition au G8/20 à Lyon le 23,24 et 25 avril

G8-G20 France 2011

La prochaine réunion internationale de préparation aura lieu le dernier
week-end d’avril (le samedi 23, dimanche 24 et lundi 25) à Lyon.

INFOS PRATIQUES :

LIEU :
Le lieu exact ne pourra être dévoilé que quelques jours avant pour éviter
aux habitant-e-s toute pression policière.
L’adresse exacte sera indique sur le site http://nog2011.noblogs.org et
par mail

Pour celles et ceux qui viennent de loin, il est possible d’arriver le
vendredi soir.
Pensez à prendre des vêtements chauds, duvets, tapis de sol…

CONTACTS:
06 29 95 03 29 – 0033 6 29 95 03 29
nog2011@riseup.net

INFOS :
Les appels pour la mobilisation et les comptes rendus des dernières
réunions sont disponibles à cette adresse :
http://nog2011.noblogs.org

PRIX LIBRE :
L’argent récolté servira à financer le prix de revient des aliments et de
la logistique, et si possible à aider financièrement certain-e-s pour le
déplacement .

*Samedi 23 avril*

10h30 : Accueil sur le site. Installation et organisation pratique. Mise
en place du site. Ce temps d’accueil, d’information et d’installation est
important pour le reste du week-end et nécessite la participation du plus
grand nombre pour faciliter la mise en place.

11h00 : Assemblée plénière
1 – Présentation des participant-e-s.
2 – Proposer la constitution d’un groupe de facilitation pour l’ensemble
des débats du week-end : facilitateur, tour de parole, temps.
3 – Bilan de la mobilisation dans son ensemble : réponses aux appels ? Des
collectifs locaux ont-ils été crées ? Des actions sont-elles déjà prévues
?
4 – Présentation des groupes de travail et retour sur les tâches que
chacun avait à faire depuis la dernière réunion internationale de Paris.
5 – Liste des questions devant être actées collectivement.

14h00 : Repas

15h00 : Groupes de travail

20h00 : Retour des groupes

21h00 : Repas et festivités

*Dimanche 24 avril*

10h30 : Temps d’accueil, de réveil, petit déjeuner. Cette précision semble
peut-être futile et pourtant nécessaire afin de respecter le rythme de
tout le monde tout au long du week-end et de renseigner les personnes
n’étant pas présentes la veille.

11h00 : Assemblée plénière
1 – Rappel des décisions à acter collectivement et de l’avancée des
groupes de travail.
2 – Discussions collectives sur les questions, les propositions et les
difficultés des groupes.
3 – Liste des taches demandées aux groupes de travail.

14h00 : Repas

15h00 : Groupes de travail

20h00 : Retour des groupes, liste des taches restantes et des problèmes
non résolus

21h00 : Repas et festivités

*Lundi 25 avril*

10h30 : Temps d’accueil, de réveil, de petit déjeuner.

11h00 : Groupes de travail portants sur les problématiques mises en
évidence par les retours de la veille

13h00 : Repas

14h00 : Assemblée plénière
1 – Synthèse des groupes de travail
2 – Prises d’opinions et décisions collectives

17h00 : Temps de debriefing pour l’ensemble du week-end.

17h30 : Rangement, ménage, restitution du lieu en l’état avec l’aide du
plus de monde possible.

/////ENGLISH:::

G8-G20 France 2011

The next international preparation meeting will be held at thelast weekend
of April (Saturday 23rd, Sunday 24th and Monday 25th) in Lyon.

PRACTICAL INFORMATION:

LOCATION:
The exact location can only be revealed a few days before to avoid any
repression fot the people living in
The adress will be announced a few days before on
http://nog2011.noblogs.org and by mail

For those coming from far it is possible to arrive on friday
Remember to take warm clothing, blankets, mats,..

CONTACTS:
06 29 95 03 29 – 0033 6 29 95 03 29
nog2011@riseup.net

INFOS :
Calls for the mobilisation and minutes from the past meetings are all here :
http://nog2011.noblogs.org

FREE PRICE:
The money raised is for the food, the squat, riseup, and travel costs for
those who got issues to pay their ticket.

AGENDA :

Saturday, April 23rd

10h30 : Welcome on site. Installing and practical organization, preparing
the place for our needs. This time of reception, information and
installation is important for the rest of the weekend and requires the
participation of everyone.

11h00 : Plenary Assembly.
1 – Presentation of the participants.
2 – Organisation of a facilitation group for all discussions of the
weekend: facilitator, moderation, translation, taking of minutes, etc
3 – Results from the mobilisation : Texts, local group, actions…
4 – Presentation and reports of the working groups.
5 – List of decisions we need to take.

14h00 : Food

15h00 : Working groups

20h00 : Results from the groups

21h00 : Food and Party

Sunday, April 24th

10h30 : Time for welcoming, waking up, breakfast. ( This clarification
seems perhaps futile, yet necessary to respect the needs and rhythm of
everyone throughout the weekend and welcome and inform people which were
not present the previous day.)

11h00: Plenary Assembly
1 – Recall of decisons we need to take and summary of the groups.
2 – Discussion on issues/questions/proposals from the groups
3 – Task list for the groups

14h00 : Food

15h00 : Working groups

20h00 : Results from the groups, list of tasks and problems remaining

21h00 : Food and Party

Monday, April 25th

10h30: Time for waking up, breakfast, gathering

11h00 : Working groups on issues highlighted by the results of Sunday

13h00 : Food

14h00 :  Plenary Session
1 – Synthesis from the working groups
2 – Temperature and collective decisions

17h00 : Debriefing of the week-end.

17h30 : Cleaning up, putting back the site in the state we found it, would
be nice if people could stay and help !

http://nog2011.noblogs.org

Réunion de préparation de la mobilisation contre les sommets du G8/G20

(voir le texte de soutien à la proposition d’installer un camp permanent sur les terres du projet de NDDL, en lien avec la proposition de dissent france (collectif d’opposition au G8/20))

Agenda de la réunion No G8-G20

4,5,6 fevrier 2011, Paris

La réunion aura lieu à cette adresse : 9 rue du Château d’Eau, 75010 Paris.

Du vendredi 4 fevrier 18h au dimanche 6 février après midi.

Une cuisine fonctionnera sur place pendant toute la durée.

Apporter matelas et sacs de couchage.

Contact : email : dissent_fr@riseup.net – Tel : +33 6 29 95 03 29

Accueil : Le lieu sera ouvert à partir de 18h. Les personnes arrivant plus tôt peuvent prendre contact

invitation

Invitation

L’objectif de la réunion est d’avancer sur les questions pratiques liées à la mobilisation en cours. L’accent est mis sur le temps en Groupes de « Travail » (voir liste actuelle tout en bas – ou à cette adresse : https://we.riseup.net/marsios2/prop….), donc en petits groupes, plutôt que sur du temps en plénière. Nous recommandons à tou-te-s les participant-e-s de formuler à l’avance les problématiques qui leur semblent nécéssaires d’aborder en Groupes de « Travail ». Le compte rendu de la réunion sera constitué essentiellement des synthèses de chaque Groupe de « Travail ».

Vendredi 4 – 19h30 : Assemblée plénière

ODJ :

* Bilan rapide du début de mobilisation. Pouvons nous partir du texte « Deauville nous ne boirons pas de ton eau » comme base d’identité politique commune ? * Lister les questions devant être actées collectivement (plénière du dimanche matin). * Présentation des Groupes de « Travail » – Constitution des Groupes de « Travail »prioritaires pour le week end. Plusieurs pistes ont été proposées : medical team, legal team, actions, communication, village long… Si le besoin d’un approfondissement politique se fait sentir il peut se faire dans le cadre d’un Groupe spécifique.

Samedi 5 – 9h30 : Réunion rapide (pas une plénière)

ODJ :

* Présenter les différents Groupes de « Travail » aux nouve-lles-aux arrivant-e-s. Insister pour que chacun-e s’inscrive dans le ou les groupes de leur choix pour que toutes les fonctions nécessaires à construire la mobilisation puissent commencer à s’activer à partir de ce weekend. * Régler les points techniques : se répartir entre les différents Groupes de « Travail » prioritaires, proposer une rotation naturelle dans chaque groupe des roles de facilitateur-trices, traducteur-trices, prise de notes. Il est proposé que les personnes puissent aller d’un atelier à un autre mais sans systématisme et en prenant en compte qu’il ne faut pas que cela ralentisse ou gêne le travail collectif. Décider si il est nécéssaire que des personnes « référentes ou ressources » (type world café) restent attachées à un groupe et puissent synthétiser les échanges en vue d’une restitution.

Samedi 5 – 10h30 : temps en petits groupes.

Samedi 5 – après midi : temps en petits groupes. Rédaction d’une synthèse.

Samedi 5 – 19h30 : synthèse des « ateliers »

ODJ :

L’objectif est de faire une restitution et pas un débat collectif. Proposition de se

laisser un temps court volontairement (un quart d’heure par « atelier » ?)

samedi 5 -soir- : fête

Trop de temps de réunion rend impossible ces moments pourtant essentiels où les discussions se font à titre individuels autour d’un verre et pas en collectifs. Ce temps de « décantation » nous parait indispensable.

Dimanche 6 – 9h30 : réunion plénière

ODJ :

* Prises de décisions collectives sur les questions d’ordre générales (abordées le vendredi soir)… et les autres… * Du coup toutes les interrogations, inévitables, soulevées par la restitution des ateliers se réfléchissent informellement le samedi soir (autour d’un verre ou du repas…) et se posent collectivement le dimanche. Le dimanche on prend aussi les décisions sur les choses à avancer et les prochains rendez-vous.

Dimanche 6 – après manger : rangement !

Un atelier Crasgrab (just more fun this way) a été proposé pour les personnes pouvant rester.

Toutes les traductions de l’Appel de Dijon, à la mobilisation contre les G8-G20

se trouvent à cette adresse : http://nog2011.noblogs.org

PDF Document Appel 0,08 Mb

Nouvelle réunion de préparation du jeûne militant et tournant

Afin de préparer au mieux le jeûne militant, qui se déroulera à Notre Dame des Landes à partir du samedi 19 février, nous vous invitons à venir nombreux/ses :

A Saint-Nazaire, à 19h00

le lundi 31 Janvier 2011

à la maison des associations (AGORA), Salle 3

Sera évoqué :

-l’organisation de la journée de rassemblement du samedi 19 février.

-l’organisation du jeûne militant en général.

-la question de l’établissement d’un camp permanent à Notre Dame des Landes, afin d’amplifier la mobilisation contre l’aéroport, d’établir une grande zone d’autonomie et de résistance(s) sur la ZAD et d’effectuer une convergence des luttes.

-…vos suggestions, remarques, contributions sont les bienvenues.

L’aéroport ne passera pas!

Plan pour accéder à la réunion : http://www.saintnazaire-associations.org/association.php?page=107

Des membres du collectif de lutte contre l’aéroport.

Plus de précisions : https://lutteaeroportnddl.wordpress.com/projets/

réunion du collectif le 12/01/2011

Le collectif de lutte contre l’aéroport se réunit le mercredi 12 janvier à 20h00 à B17 à Nantes (il s’agit d’un local associatif situé dans une cour au dessus d’un garage à l’adresse : 17, rue Paul Bellamy , pour ceux(lles) qui ne connaissent pas)

Au cours de la réunion nous débattrons des projets et actions en cours :

-le jeûne
-site internet du collectif
-interventions graphiques sur la ZAD
-communication auprès des médias alternatifs
-animations, festival…autour de la problématique de l’accès à la terre et de son usage
-soutien et aide à l’installation de jeunes paysan(nes) sur la ZAD
-….vos idées et propositions viendront enrichir l’ordre du jour et permettront d’initier d’autres dynamiques.

Au cours de la réunion, pourront aussi se créer des groupes de travail par affinités sur certains sujets. Ce qui pourra être défini ensemble.

La lutte continue !

réunion ouverte de préparation du jeûne tournant à NDDL

Voici un appel d’invitation à une réunion, qui a permis d’avancer dans la préparation d’un jeûne tournant à NDDL. Vous serez bientôt tenus au courant du contenu exact et de la date de départ de cette action:

Réunion ouverte de préparation du jeûne tournant à NDDL

Le mercredi 05 Janvier 2011, à la cabane de la résistance au lieu-dit « les planchettes », à Notre Dame des Landes

à 19h30

Suite à l’assemblée générale populaire du 16 décembre à NDDL, l’idée d’un jeûne tournant basé devant la mairie de Notre Dame des Landes, a été adoptée.

Il a aussi été décidé de se réunir le mercredi 5 janvier afin de mieux définir l’action, ce qui pourra s’y raccrocher et toute autre proposition liée à cette action. Tous les militant(e)s qui souhaitent participer à l’action, ou la soutenir, sont les bienvenues.

La date approximative prévue du départ de cette action a été décidée pour les alentours de mi-janvier. Nous pourrons cependant décider de la reporter quelque peu, pour mieux la cadrer avec les cantonales, et ainsi mieux perturber le débat politique de ces élections. A discuter lors de la réunion.

De même, la durée de l’action n’a pas été définie. Nous pourrons toujours décider si il y a lieu ou non de définir, dès le départ, une limite, dans la durée, à l’action de jeûne.

Le jeûne tournant nécessite d’être un minimum de 4 personnes présentes sur le site, durant 12 heures dans l’idéal (à voir si cela peut-être plus, voire moins, concernant la durée).

Un tableau des permanences sera tenue afin de s’assurer qu’il y ai toujours le minimum de militant(e)s présentes sur le site et de faire tourner le maximum de personnes sur le lieu (dans le même principe que pour les vigies devant le conseil général).

Nous avons déjà eu deux propositions de caravanes afin d’abriter les militant(e)s qui effectuent le jeune. La deuxième caravane pourrait aussi servir de coin lecture et d’information pour les habitant(e)s de la ZAD et des alentours, de même que pour les militant(e)s venu(e)s soutenir l’action. (Nous pourrons inviter les personnes intéressés à venir approfondir leurs recherches militantes au « squat » de la Boissière).

Nous demandons encore aux militant(e)s qui possèdent des caravanes inutilisés et en état assez correct si ils sont prêts à les prêter, pour toute la durée de l’action (ceci parce que les deux propositions n’ont pas encore été confirmés).

Si certains se sentent l’âme bricoleuse, cela pourrait être sympa de fabriquer un petit stand, où s’abriter quelque peu et où s’informer succinctement. Nous faisons donc appel aux bonnes volontés.

L’action de jeûne, et non de grève de la faim, aurait donc lieu sur la place publique, devant la mairie de Notre Dame des Landes, dans et devant les caravanes.

Nous avions déjà envoyé (pour certain(e)s les raisons qui nous poussent et qui en poussent d’autres, à effectuer cette action. Les voici de nouveau. Cette action permettrait donc de:

-populariser la résistance des habitant(e)s résistant(e)s de la ZAD et d’ailleurs

-communiquer sur la lutte (diffusion de tracts, du journal de la zad : lèse béton, d’autres journaux…)

-étendre la lutte au niveau national et européen, voire plus, grâce à la communication/médiatisation par nos propres réseaux, et par certains médias officiels.

-créer des discussions permanentes pour définir des actions non-violentes sur le territoire (ag permanente), créer des débats/discussions sur le projet et autres sujets…

-le lieu de jeûne servirait de relais d’information, au tour de france effectué par des nouveaux habitants qui font partager leur lutte dans différents lieux de France (à voir puisqu’ils risquent peut-être d’arriver avant le début de l’action), et ce lieu d’action permettrait aussi de servir de relais et de soutien aux « squats » de la ZAD.

-interpeller les collectivités, sur les expulsions programmés des squats et les « enjoindre » à soutenir TOUS ET TOUTES les habitants de leur territoire.

-servir de point de relais efficace entre la population locale et les « squatteurs », ou plutôt nouveaux habitant(e)s. (notamment grâce à un point d’information, au lancement de petits marchés ou/et animations autour de la caravane…)

-permettre la discussion active et les échanges permanents entre les habitant(e)s/opposant(e)s de la ZAD et les militants(e)s extérieurs.

-montrer aux pouvoirs publics que nous ne lâcherons pas ce territoire, que nous ne leur ferons pas l’honneur de nous retirer et de délocaliser l’occupation du terrain de la lutte. Leur démontrer que l’occupation militaire de la ZAD s’accompagnera d’une occupation croissante de cette zone par les militant(e)s.

-…

Enfin, en résumé il nous faut, pour l’aspect logistique:

-Deux caravanes en assez bon état et assez grandes.

-Activer tous les réseaux militants, afin que les permanences soient assurées tous les jours et toutes les nuits, et pas par les mêmes personnes.
-De ramener un brasero ou plus, avec du bois pour se chauffer à l’extérieur.
-Prévoir des bouillons chauds pour tenir (on peut faire marcher la solidarité)
-Un stand bricolé, ou non, pour servir de support de communication (afin de faire partager notre lutte et celles d’autres lieux)


Toutes les initiatives permettront de faire avancer l’action.

Ce jeûne a pour vocation d’être non-violent et populaire, mais surtout permettra de montrer qu’il y a détermination forte à résister à ce projet.

La lutte continue!

des membres du collectif 44 de lutte contre l’aéroport