Galerie

L’ACIPA n’hésite pas à dénoncer des camarades qui ne suivent pas « le bon chemin »… Sur la lutte contre NDDL et son monde, nous n’en pouvons plus de cette stratégie unitaire hypocrite!

Depuis quelque temps, notre colère s’accumule contre l’ACIPA (essentiellement le bureau de cette association). Cela fait plus de deux ans déjà que des communiqués et actions de leur part nous hérissent le poil. Mais depuis quelque temps, et grâce à la mobilisation impressionnante de soutien à la ZAD durant les expulsions, l’ACIPA se croit toute puissante, aidée par des soutiens financiers, politiques et juridiques importants.

L’unité, nous pouvons y croire, mais pas avec le genre de pratiques de luttes et de propos que tient trop souvent l’ACIPA. Nous en avons assez de cacher les faits, les divisions sous prétexte que cela ruinerait l’image de la lutte, une unité artificielle qui ne tient que parce que l’ACIPA a besoin des zadistes pour repousser l’arasement de la ZAD. Dans une lutte nationale, nous n’hésitons pas à critiquer un syndicat quand il tient des propos ou agit d’une manière qui tue la lutte, et l’unité horizontale justement ! Pourquoi dans une lutte un peu plus locale en serait-il autrement?! Bien que la lutte soit contre l’aéroport, elle se dirige aussi contre son monde, et bien trop souvent l’ACIPA nous permet de douter de la lutte contre ce monde là. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur les comportements du bureau de l’ACIPA qui nous écoeurent, mais nous nous attacherons pour l’instant à quelques faits très récents, dont un en particulier.

Le dimanche 3 Mars 2013, en fin d’après-midi, le petit carnaval géant de la ZAD, organisé par des camarades de la ZAD, se dirige vers les barrages quotidiens des forces militaires d’occupation. Tout d’abord aux ardillières, où les forces du désordre partiront de suite pour notre plus grand plaisir, puis à la saulce où elles manifesteront leur violence habituelle. Ce petit carnaval servait à libérer et à se réapproprier, ne serait-ce qu’un instant, une route que les forces militaires occupent depuis plus de 100 jours ! Occupation qui se manifeste quotidiennement par des contrôles quotidiens, des fouilles, des interdictions de circuler, des arrestations soudaines, des courses-poursuites et des harcèlements de toute sortes !

Les camarades ont donc voulu par ce carnaval, décompresser de cette occupation militaire et montrer leur détermination à ne pas la subir sans réagir ! La violence est bien du côté des forces de l’ordre, quotidienne, et ce jour là, une nouvelle fois spectaculaire : lacrymogènes, matraquages, grenades assourdissantes provoquant encore une fois des blessures chez certain-ne-s de nos camarades. Face à cela, quelques camarades encagoulés ou non qui n’en peuvent plus de cette violence d’occupation, de pouvoir autoritaire. Les milices privées de Vinci n’ont pas de place sur la ZAD !

Mais l’ACIPA ne l’entend pas de cette oreille (cf l’article de OF en bas de l’article). Pour elle, le carnaval était une manifestation pacifique(sic) qui a dégénéré lorsque une bande de « pertubateurs »(sic) bien connue(sic) (bientôt la collaboration avec les forces du désordre?!) serait apparu pour se confronter aux forces militaires ! L’ACIPA n’accepte pas ces dérapages violents (sic)? Et la violence des forces du désordre? Et bien pas un mot dans le communiqué…

Ce jour là, l’ACIPA avait dépêché deux personnes pour « surveiller »(sic) le carnaval. Ces personnes auraient-elles oublié volontairement que les forces de l’ordre ont commencé à charger et à lancer des grenades assourdissantes lorsque les camarades se sont rapprochés du carrefour de la saulce en voulant y brûler un char en avion. Et que par la suite les camarades ont répliqué?! Auraient-elles aussi oublié que trois camarades se sont fait arrêtés sans raison particulière et que plusieurs camarades ont été blessés?…

Après on nous parle de division dans la lutte, mais qui fait le jeu du PS et de Vinci en séparant bons occupant-e-s et méchant-e-s occupant-e-s de la ZAD?! Cela nous rappel certain-ne-s bureaucrates d’EELV, dont certain-ne-s zadistes avaient dénoncé les propos et leur récupération du mouvement de soutien aux expulsions, à juste titre. Mais nous doutons que ces mêmes camarades qui ne cessent de protéger l’ACIPA, sous prétexte de bonne entente avec les gens du coin et d’unité dans la lutte, dénonceront ces mêmes propos qui proviennent de la bouche des représentant-e-s de l’ACIPA…

Depuis deux-trois ans, nous ne comptons plus les communiqués de ce genre provenant de l’ACIPA et de leurs alliés politiciens. Leurs tentatives de saboter des actions/projets différents, libertaires, spontanés, ou de les dénigrer ne se comptent plus, non plus.

Leur silence durant les expulsions(1), voire même leurs propos compréhensifs par rapport à la résistance parfois « violente » envers les forces militaires nous avaient laisser à penser que les évènements leur avaient fait entrapercevoir qu’il n’y avait pas de bonne ou de mauvaise résistance, mais différentes tactiques de résistance face à l’arasement de la ZAD, et une même rage partagée face aux destructions de maisons, d’arbres et à l’occupation militaire. Nous nous trompions !

Depuis quelques mois, l’ACIPA a retrouvé ses marques, aidé en cela par le « dialogue »(sic) institutionnel mené par ses alliés, par les maigres victoires juridiques, par un soutien financier énorme et inespéré dû à la mobilisation de soutien aux camarades de la ZAD, par une politique de propagande merdique des médias qui stigmatisent les zadistes et valorisent le « pacifisme » de l’ACIPA et de ses alliés.

A titre d’exemple, l’ACIPA fait pression, aidé par certain-ne-s paysan-ne-s(2), sur les camarades de la zone est de la ZAD, pour qu’ils enlèvent les chicanes de la D281. Or ces chicanes protègent les cabanes des camarades d’expulsions rapides, permettent une circulation tranquille sur cette même route et empêchent les militaires d’y passer? L’ACIPA voudrait-elle faciliter le travail des milices privées de Vinci?

Quand à un procès de camarades, un des représentants de l’ACIPA déclarent qu’ils ne « suivent pas le bon chemin »(sic), que ce sont des « incontrôlables »(sic), parce qu’ils ont osé s’approcher d’une maison murée pour apparemment y récupérer des affaires laissés lors d’une expulsion d’autres camarades…

« Le bon chemin »?… L’ACIPA en guide de la lutte juste et droite (de droite?)? « Incontrôlables » ? Heureusement !

Ce qui fait penser que l’ACIPA référence un blog bien nauséabond sur son scoop it, malgré nos emails répétés et cet article de notre part trouvable ici, participant à la diffusion des idées identitaires qui y sont diffusés. Mais peut-être que l’ACIPA ne trouve rien à y redire…

L’ACIPA connait les chemins qui mènent à la victoire et qui respectent l’ordre…

Mais l’ACIPA aurait-elle oublié que la majorité des victoires obtenus sur le terrain est dû à une résistance directe et multiforme…sur le terrain ! La mobilisation autour des expulsions a ainsi permis de repousser de 6 mois le défrichage de la ZAD et a permis de renforcer l’occupation de la ZAD (aujourd’hui de plus en plus déserté par ses habitant-e-s propriétaires qui ont majoritairement reçu leurs indemnisations!, Vinci étant propriétaire de plus de 80% de la ZAD!).

« En visant » l’ACIPA, car nous ne supportons plus l’accumulation de comportements politicien-ne-s et policiers de leur part, nous ne visons pas la mobilisation de la majorité de ses adhérent-e-s, qui ont participé à ce que le mouvement d’occupation perdure et ont participé à toutes sortes d’actions de soutien. Par cet article, nous visons le bureau de cette association qui n’a de cesse de tenter de faire la main-mise sur cette lutte, et ce par tous les moyens possibles (encore, serait-ils honnêtes…).

L’efficacité ? Quelle efficacité ?!

Nous ne croyons pas en l’unité d’une lutte lorsque cette unité se fait au prix de compromis(compromission?) au nom de l’efficacité et de l’image de ce que cela donnerait au « grand public »(sic). Doit-on s’unir avec un parti comme Debout la République, ce qui se fait à l’intérieur de la coordination des opposant-e-s, dont fait partie l’ACIPA?! Au nom de quelle efficacité doit-on s’allier avec des partis/associations qui véhiculent des idées nauséabondes ou/et se désolidarisent d’actions dites « illégales »?

Pensons aux luttes syndicales nationales par exemple où, au nom de l’unité et de l’efficacité, la lutte penche vers le compromis, le respect de l’état de droit(sic) donc de l’ordre établi, les négociations avec le pouvoir au mépris et au détriment d’actions directes, c’est à dire sans intermédiaire. Les avancées sociales et sociétales se sont réalisés majoritairement dans la rue, dans des espaces publics, lors de discussions, actions…; et non lors de tables de négociations, de décisions de justices et de débats parlementaires. Ces mêmes intermédiaires qui ont, au contraire, à chaque fois amoindri voire éteint les avancées obtenus dans la rue, et ce en échange de miettes de pain (dont se satisfont très bien les dirigeants syndicaux tout autant avides de pouvoir).

Nous ne pouvons contenir plus longtemps ce que l’ACIPA joue comme jeu dangereux. Nous allons surement nous attirer les foudres de la majorité de nos camarades, mais au mois les choses seront plus claires!

Pour une lutte directe et sans compromission !

La ZAD a besoin de tous/toute-s, sous toutes les formes de résistance directe !

Pour l’arrêt immédiat du projet d’aéroport de NDDL et de son monde !

Des membres du Collectif de Lutte Contre l’Aéroport de Notre Dame Des Landes

Le communiqué de l’ACIPA, paru dans le ouest france du 07/03/2013, à l’origine de notre article (clic droit sur l’image, puis ouvrir dans un nouvel onglet pour pouvoir lire le communiqué nauséabond de l’ACIPA) :

CCF07032013_00000

1Pour rappel, l’ACIPA a mis pas mal de temps à réagir lors des expulsions et n’a pas appelé à se mobiliser dans un premier temps. La résistance des premiers jours était avant tout constitué de camarades de la ZAD, de soutiens individuels et collectifs de l’extérieur et de membres de l’ACIPA qui n’ont pas attendu la consigne du bureau pour venir soutenir la résistance.

2Nous nous posons aussi de grosses questions à la lecture du communiqué du COPAIN 44 sur l’installation de paysan-ne-s sur la ZAD… Apparemment les zadistes ne sont pas les bienvenue-s sur les terres de la ZAD si ils ne rentrent pas dans le rang… Faudrait-il encore rappeler que deux paysan-ne-s, au maximum, n’ont pas signé la vente de leurs terres à Vinci?! Voir le communiqué du COPAIN 44 : https://zad.nadir.org/spip.php?article1352

N.B : les membres du bureau de l’ACIPA, comme d’autres apôtres de la non-violence exclusive, feraient bien de méditer cette phrase d’un de leurs apôtres de référence, nomme Ghandi :

«s’il ne reste le choix qu’entre la violence et la lâcheté, je préfère la violence»

Et de lire ce petit texte de camarades zadistes :

https://zad.nadir.org/spip.php?article861

Un complément à l’article précédent, à propos du soutien financier à l’ACIPA :

L’ACIPA surfe sur la mobilisation impressionnante qu’il y a sur la ZAD
depuis le début des expulsions en octobre.
Et n’hésite pas d’ailleurs à lancer une bière étiquetée ZAD pour son
simple profit. Nous nous doutons déjà que pas mal de gens l’achèteront en
pensant soutenir la lutte sur le terrain et les zadistes.
Or il n’en est rien puisque l’argent sert aux recours juridiques et à la
préparation de grands évènements « spectaculaires » où seront invités des
groupes de musique commerciaux, des partis politiques en tout genre et
toute sorte d’intervenants qui n’hésitent pas à cracher sur les zadistes
(ATTAC, EELV, debout la république…).
Pas un sou pour la lutte sur le terrain, pour soutenir les camarades qui
se battent au quotidien contre l’occupation militaire de la ZAD, et qui
ont permis le report des travaux de défrichement de la ZAD et de son
arasement.
Un livre de soutien à la ZAD, rempli de dessins, textes, affiches…a été diffusé il y peu, dans pas mal de librairies. Les documents présents dans le livre ont été réalisés suite à la mobilisation de solidarité avec les expulsions des camarades
occupant-e-s de la ZAD. Le bénéfices seront donc reversés aux camarades?
Et bien non, ils seront reversés à l’ACIPA et l’argent ne servira pas à
soutenir la lutte sur le terrain…
Enfin, l’ACIPA, avec le soutien de la confédération paysanne, a reçu une
belle somme suite à une vente de bières en soutien à la lutte. Mais au
final en soutien à quelle lutte. Et bien à une seule, c’est à dire à la
lutte politicienne et juridique…pendant ce temps là les camarades de la
ZAD se débrouillent avec le réseau de collectifs et d’invidu-e-s qui les
soutiennent plus particulièrement, mais qui ont beaucoup moins de moyens
de les soutenir financièrement.
Le clou du spectacle étant que l’ACIPA utilise le mot zad sur l’étiquette
de sa nouvelle bière de soutien, ce qui pourrait laisser à penser que
cette association se soucie de tous les habitant-e-s de la ZAD…
On oubliait de vous donner la définition intéressante du sigle ACIPA :
Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le
projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes… Concernée…par elle-même ça
c’est sûre…
 
La lutte business, spectaculaire et exclusive a encore de beaux jours devant elle…

37 réponses à “L’ACIPA n’hésite pas à dénoncer des camarades qui ne suivent pas « le bon chemin »… Sur la lutte contre NDDL et son monde, nous n’en pouvons plus de cette stratégie unitaire hypocrite!

  1. Chaine humaine? Une chaine de Camilles innombrables pour soutenir NDDL?

    J’aime toujours préférer à savoir où se baladent mes mains…et tout autant ne jamais ignorer à quelle pognes elles se joignent ou s’étreignent.
    Peu enclins à promouvoir ce type d’interventions,un peu comme des « happening convenus », sans doute n’en serons-nous pas…
    Ce qui peut vouloir dire aussi que nous agissons « ailleurs et autrement ».
    Nous ne passerons pas non plus notre temps à récriminer contre cette « chaine humaine »…(Nous combattons cependant toutes les formes de chaines..) Celle-ci, comme toutes les autres, ne manquera pas de révéler le caractère illustrant « la réunion de ce qui est divisé » en tant que divisé, opposé et séparé dans le séparé)…
    Décidément le concept de « la critique des séparations » ne passe pas.
    Du moins, nombreux sont celles et ceux qui voudraient tellement en être au moins les fossoyeurs à défaut de pouvoir en être les porteurs et aussi les dialecticiens.
    Il est vrai que le rôle comme le sort des « messagers » ou des « passants » ont souvent été peu enviables dans l’histoire et ceci quel que soit le message apporté , bon ou mauvais.
    Rien d’étonnant ou nouveau de voir tant de pouces dirigés vers le bas à chacun de leurs passages sous les murs de ces cités sur le point de se rendre. Il suffit à chacune de ces foules prêtes à beaucoup de compromis d’ignorer pourquoi elles perdent pour qu’aussitôt elle croient vaincre, et tant pis si le cas échéant ces victoires venaient à s’avérer comme une victoire contre elles-mêmes. D’ailleurs, en définitive tout cela importe peu à tous ceux-ci qui jamais n’ont lu ou ne liront même en les opposant Clauzewitz, Montesquieu, Tocqueville, Sun-Tsé, Bakounine, Hegel, Marx ou plus près de nous: Adorno ou Guy Debord. Il suffit à ses foules de croire à ce que leur disent et promettent ces « vitrines de Noêl » croulant sous des victuailles en étagérées en gradins éclatant d’enluminures faisant mine de les inviter à des banquets où pourtant elles ne siègeront pas…Il leur suffira de les avoir entrevus pour se mettre à genoux dans une allégresse triste à pleurer.
    Telle est notre réponse de AZA à Nosotros.incontrolados aux promoteurs des réunions dans le séparé.

    (Edith, Steph, Gene, et quelques autres…).
    http://nosotros.incontrolados.over-blog.com
    http://lesaza.wordpress.org

  2. Je suis de l’avis de Michel Saunier, « il ne faut pas se tromper d’ennemi…il n’y en a qu’un, c’est l’Etat ».., un double, je dirais : Etat/Vinci !
    Et dans les socialistes au gouvernement, pas un qui critique ou condamne Ayrault ou Hollande, nile PDG de Vinci…En plus , ils ont pour eux, le « Droit », la « Loi », les flics, etc… Donc, en face, il vaut mieux faire front, même tant bien que mal .
    Et là, c’est autant valable pour l’ACIPA ( bureau ) ? que pour les zadistes dont je comprend l’énervement. L’ACIPA doit faire attention à ses propos, c’est sûr. mais le mieux est qu’il n’y ait qu’un « clan » d’opoosants à l’aéroport, aCIPA et les autres associations, et tous les zadistes et locaux opposés à l’aéroport -et-son-monde …, pour avoir plus de poids !

    • Qu’y a t-il de pire que cette obstination dans la course à une « unité de façade » qui ne fait que démontrer au travers d’une parodie souvent pathétique et « muselante » toute l’étendue désastreuse de ces mises en scène de la fabrication des apparences et de son propre spectacle mettant en relief combien seul le Spectacle peut afficher l’ unité réelle des apparences de ce qui parait: divisions, mensonges, prouesses de cirque, négations de la critique, pseudo critiques de la négation, double langage, double pensée,et Mister Faouet qui persiste aimablement en demandant de parfaire le tout par des couches d’unité successives superposée sous lesquelles pourrissent les phases intermédiaires de la décomposition contre lesquelles il n’est promu que de mentir encore, mentir toujours, mentir plus haut et plus fort au lieu de risquer « le jeu de la vérité », la pratique de la critique et des insuffisances rencontrées dans le cours de la lutte même…au fur et à mesure que celle-ci exige toujours plus de théorisation et de critique des divisions…La négation de ces divisions affaiblit plus qu’elle ne renforce le mouvement et tout ce qu’il contient. C’est ainsi que ce mouvement se perd sans se retrouver.
      C’est proprement terrifiant! A ce stade sinon pour tenir encore un rôle dans le décor la présence combinée de la police et de l’armée pourrait n’être même plus véridiquement nécessaire puisque la décomposition a trouvé comment les remplacer et en tenir lieu.

      Amicalement à celles et ceux qui sincèrement continuent sur place de faire la démonstration de tout ce qu’il y a de constructif et de qualitatif dans cette lutte et de comment se « qualitatif » travaille dans « la contradiction » pourvu que celle-ci ne soit pas étouffée dans le double-jeu opposant le fictif au réel, ce qui apparait à ce qui est, nous voulons encore une fois les assurer de nos amitiés les plus sincères et de notre estime la plus vive et chaleureuse.
      AZA/ N.I,
      Gene, Edith,Deufr,Josh, Steph et quelques autres….
      http://nosotros.incontrolados.over-blog.com

      • Camille S

        « Unité de façade » ! Justement l’unité devrait être de part et d’autre sans équivoque sur un combat commun … Ce n’est pas parce que certains focalisent sur le combat de NddL alors que d’autres étendent leurs actions ou résistance à d’autres Luttes que pour autant il ne peut y avoir de convergence et d’unité au sujet de l’Ayraultport.

        Une question vosotros incontrolados, participerez-vous à la chaine humaine le 11 mai ?
        J’aimerais vraiment savoir … Merci.

      • Peut-être que oui, peut-être que non. Cela dépend du bulletin de météo et du bulletin de santé. Ce qui n’empêche pas qu’on relaie et qu’on relaie les articles et les combats des zones à défendre aux quatre coins de la France. Nos divers blogs et nos divers sites n’ont de cesse de relayer les différents combats que mènent de zad.
        Et si on vient, vaudrait mieux savoir vers quels groupes aller, car une unité de façade ne fonctionne pas à long terme si on gomme les divergences et que chacun ravale sa salive. C’est pourquoi, une bonne mise au point dès le départ peut créer une unité plus forte, et non que de façade.
        Rouvrez vos livres d’histoires, même les livres trop rares d’histoire contemporaine. Et voyez qu’une unité de façade ne fonctionne pas.
        Bon sang, c’est incroyable!
        Vous avez plus peur de vous réunir et de gérer vos différences que de bastonner du flic???

    • Certes, le but est commun, c’est-à-dire défendre une zone, un biotope d’une grande qualité.
      Mais dans cette lutte, il est bon de savoir avec qui on lutte. On ne peut pas être aux côtés de quelqu’unE qui a des convictions différentes aux nôtres. Ce serait de l’hypocrisie…ou alors, on ne parle pas de politique, puisque la politique est capable de diviser de bons amis.
      Mais une zone à défendre induit un mouvement politique. Et vouloir que tout le monde s’aime d’amour et d’eau fraîche dans le camps des zadistes est une utopie.
      Faouet, si pour toi, le combat que tu mènes c’est de taper du flic aux côtés d’un identitaire, il y a distorsion, à moins que tu en fasses toi-même partie.
      Mais chez les zadistes, ce que j’interprète comme mouvement premier, c’est lutter contre un pouvoir absolu qui fait péter sa loi, même si c’est complètement absurde. Or, un identitaire veut le pouvoir absolu, mais à sa sauce.
      Dès lors, il est vrai qu’on peut balayer tous les arguments en se disant que le premier but est de protéger ce bout de terrain, pourquoi pas. Mais les choses ne seront pas claires à l’intérieur du camp de résistance. Mieux vaut reconnaître ses vrais et ses faux amis, même si le but est le même. Et surtout veiller à ce que ce combat ne soit pas récupéré par des militants qui n’ont rien à voir avec l’idéologie première, à savoir protéger la nature.
      C’est pourquoi il faut mettre de l’ordre avant que les divisions fracturent définitivement les combattants. Et accepter ces divisions au lieu de les gommer.
      Gene

  3. Bonjour,

    Je me permet de revenir comme d’autres l’on déjà fait je crois sur le texte: « L’ACIPA n’hésite pas à dénoncer des camarades qui ne suivent pas « le bon chemin »… Sur la lutte contre NDDL et son monde, nous n’en pouvons plus de cette stratégie unitaire hypocrite! »

    Ce texte je le trouve d’une violence exemplaire et me mets très mal à l’aise… alors c’est sans doute vraie que vous avez probablement
    des comptes à rendre avec certains membres de l’ACIPA… mais s’il vous plait pas de cette manière là!
    Dans ce combat la non-violence doit s’exprimer… autant physiquement que verbalement …
    S’il y a des différents entre vous expliquez-vous clairement et calmement… Stephane EISSEL n’aurai pas supporté lui non plus
    de tels propos.
    La violence sous toutes ses formes ne nous aidera jamais dans ce combat, pire elle peut nous desservir.

    Allez! Tous unis pour gagner la lutte contre l’ultracapitalisme… On lâche rien! DID

    PS: J’ai souvent discuté avec des membres de l’ACIPA (probablement pas les mêmes que vous)… ils m’ont souvent dit que sans vous
    ils n’aurai jamais réussi a aller si loin dans la lutte…(petite marque de reconnaissance ??).

    • Bonjour,

      violent notre texte? Et leur déclaration dans la presse, leur dissociation publique envers des camarades, ce n’est pas violent?
      Je ne sais pas si vous l’avez bien lue mais notre texte vise particulièrement le bureau de l’ACIPA, celui qui gère toutes les infos envoyés à ses membres et qui les réprésentent dans toutes les réus, ce qui ne veut pas dire que toute l’ACIPA est à mettre dans le même paquet, bien au contraire. Y’a pas mal de leurs membres avec qui on s’est battus sur les barricades ou dans la forêt de rohanne et qui soutiennent les camarades de la ZAD.
      Sur la violence ou la non-violence dans une lutte on aurait tant à vous répondre qu’on saurait pas par où commencer. Peut-être que vous pourriez aller faire des recherches ici déjà :

      http://www.infokiosques.net/insurrections

      http://violenceparfoisoui.wordpress.com/

      Camaradement,

      Un membre du CLCA

    • Je trouve ton texte pertinent et apaisant …;- )

  4. racinesetbranches

    Vu de haut et de loin, la lutte contre l’aéroport de Notre Dame des Landes est un exemple d’unité. A y regarder de plus près, la réalité est quelque peu différente et, quelle que soit l’issue de la lutte, son analyse et les leçons à en tirer devront en tenir compte.
    Derrière une finalité partagée se cachent des motivations et des stratégies différentes. Ce n’est pas un scoop, tout le monde l’a toujours su et a, tant bien que mal, essayer de faire cohabiter ces différences.
    L’intensité de la lutte, la brutalité des interventions policières de l’automne 2012, ont constitué le ciment de cette cohabitation, malgré les tentatives de division par les autorités entre bons et mauvais opposants.

    Que des tensions ressortent dans ce moment d’accalmie (fausse) n’a rien de surprenant.

    Il ne s’agit pas d’établir une cartographie des sensibilités qui composent l’opposition à NDDL ou d’attribuer des bonnes ou mauvaises notes. Plus intéressant est d’être conscient, pour les luttes à venir, des enjeux et des évolutions.

    Il existe une réflexion très intéressante dans les milieux anglophones sur cette « nouvelle école » ( Uri Gordon, David Graeber, entre autres) et je pense que NDDL est une étude de cas.

    Cette « nouvelle école » – les zadistes, pour schématiser – cohabitent avec une forme « traditionnalistes « – l’ACIPA , toujours schématiquement. Face à une forme organisationnelle classique – associative, partis politiques, organisations…- fait face une culture naissante de réseaux, horizontaliste, non-autoritaire, etc…Certain-e-s ici connaissent bien. Je ne vais pas développer.

    Cette tension est donc normale, dans l’ordre des choses. Pour caricaturer encore, par besoin de raccourci, il y a la lutte contre l’aéroport et la lutte contre son monde. La seconde dépasse largement les objectifs de la première.

    Le but n’est pas ici de jeter de l’huile sur le feu – le temps n’est pas à la division -mais rien ne sert non plus de se faire des illusions. Il va falloir faire avec – continuer à esquisser ce nouveau monde tout en empêchant ce foutu aéroport, faire cohabiter parfois la carpe et le lapin, parfois pousser des coups de gueule, et surtout continuer à faire ce que vous faites, zadistes. Les ZAD fleurissent et vont continuer, sous différentes formes.

    Pour la première fois depuis longtemps, il y a du nouveau et vous êtes en train de participer à sa construction. « The whole world is watching » comme on le disait de mon temps, et ces petites tracasseries n’ont finalement que peu d’importance par rapport à l’enjeu.
    Biz.

  5. @Michel S : « Diviser pour mieux régner… », ne serait-ce pas une devise de l’ACIPA qui depuis le début défend une position clivante sur ce dossier : Pas d’aéroport chez nous, mais proposons une alternative acceptable par le pouvoir et les forces de l’argent, quitte à pourrir la vie des autres !!!

    L’Acipa instrumentalise la ZAD et ses occupants. Qui fera appel aux forces de l’ordre pour récupérer les terres occupées si Vinci dégage ????? On parie ???

  6. @Michel,
    Un seul ennemi…Une seule voix(e)…Un seul slogan…Une seule pensée…
    Un seul mode d’être aussi?

    Il me semble que c’est extrêmement dangereux comme procédé…Non?

    Ne redoutes-tu pas ainsi de nous transformer en dociles « nord-Coréens »? En « enfants de troupes »? héhéhéhéhé….

    Il convient en tout premier lieu de nous défier de ces « Modèles d’Unité Apparente » vidés de toute substance à force d’avoir voulu se rendre soit disant « à la portée de tous ». (On sait bien à qui profite toujours le nivellement des esprits!)
    Personnellement j’aurai un peu la frousse de m’embarquer dans un « bidule » pareil…pas toi?
    Cordialement….
    Steph

  7. A part ça, si le zad ou le nddl est noyauté sur la toile, nul doute qu’il doit être noyauté sur place aussi. Et casser les pare-brises de ceux qui sont dans la zone au lieu de casser du bouclier où c’est inscrit « POLICE » à l’envers pour le CRS qui le tient, c’est pas très judicieux non-plus, voire contre-productif puisque Salamandre ne rapporte que ces faits-là!
    Maintenant, certains fachos sont à différencier des mouvements pacifistes, notamment en ce qui concerne les punks. Il y a les sympas, et les pas sympas du tout. On les différencie grâce aux bottes ou bottillons d’une certaine marque (je suis en bagarre avec les noms et les marques). En effet, les fachos ont des lacets blancs et les pacifistes, des lacets rouges…ou l’inverse…mais authentique! (putain de mémoire!)
    En espérant que ce commentaire fera avancer le schmilblik!

  8. Pingback: Les raisons de la colère sur la ZAD et partout ailleurs ! Nous nous battons contre l’aéroport…et son monde ! | blog du collectif de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes

  9. Salut !
    La thèse de la présence de provocateurs extérieurs n’est certainement pas à négliger, ayant comme d’habitude le but de diviser et créer des violences là où il n’y a que de la détermination. La présence d’alcool peut avoir le même but. Il y a aussi, il faut y penser, l’effet « fin d’hiver » qui fatigue quand le soleil a été longtemps absent. Tous ces éléments peuvent concourir à perturber non l’unité, mais la bonne entente entre ZADistes « tous égaux, tous différents ».

    En même temps, bien que membre récent de l’ACIPA, je ne reprends pas tous les termes de ses communiqués, qui sont un peu trop « exclusifs » dans ce sens où ils ont tendance à exclure ceux mêmes qui luttent pied à pied chaque jour. Rien n’est simple. Restons solidaires.

    Content de te voir là, Steph
    bab

    • Salut Babelouest,
      Pas déplaisant également de te savoir exister dans le coin…Même si je suis étonné d’une certaine absence de distance critique envers l’ACIPA (que je ne connais pas autrement qu’au travers de quelques textes) qui se trouve visiblement critiquée assez « sainement » me semble-t-il par le/les auteurs du texte ci-dessus….
      Bon, et bien au plaisir de te lire à nouveau. Quitte à nous empailler aussi comme nous le savons bien faire souvent…Héhéhéhéhééhé…..
      Steph.

  10. marie grabouillon

    salut.moi ,quand j’ai lu l’article de l’acipa,je me suis tout de suite demande se que cela cachait.qui veut on faire douter?ceux qui sont presents depuis des mois ,qui vivent dans le froid,la gadoux:)?(c’est bon pour la peau)cela ne marchera pas.grace a qui cette zone a defendre est encore debout?grace a nos enfants !!!qu’ils soient de passage ou qu’ils restent sur place assez lontemps pour aider .il faut etre courageux pour affronter toutes les diificultes sur le terrain. quand on va sur la zad,personne ne nous demande de justifier notre appartenance,a un groupe quelconque et j’avoue ,l’acipa connait pas.pas besoin .normalement quand tu es la c’est pour aider ,soutenir,partager avec tout le monde(heu…sauf le calumet qui fume pas bon,reference aux playmobiles:).il ne faut pas croire que tous les jeunes et moins jeunes,qui se trouvent sur place,sont des faineants ,avident de violence,et incapablent de s’integrer dans cette societe.c’est la societe qui ne veut pas d’eux ;elle a peur d’eux,parce qu’ils representent l’avenir.elle ne les aiment pas, parce qu’ils sont le reflet de nos erreures.et bien?ne sommes nous pas capable de nous remettre en question?et si ces enfants etaient en faite le reflet de nos envies et de nos pensees,celles que nous ,nous n’osons pas dire tout haut.une societe ou la nature aurait sa place ,ou certains ne crevraient pas a forçe de misere.une societe ou un simple regard ne condamnerait pas,ou les differences seraient notre richesse,une societe ou il ferait juste bon vivre.utopie?non. realite qui derange,qui nous rattape,a grands pas.alors si vous avez peur,venez sur la zad.je vous assure, vous en repartirez,avec du baume au coeur,de l’energie et riche d’experiences ,et de l’amitie pour ceux qui vivent sur le terrain.moi je suis fiere d’eux.et si c’est grace a une mauvaise education que mes enfants se battent pour stopper se genre de projets ici et ailleurs,et bien tant mieux,je ne regrette rien!!!et je continurai avec les petits enfants si il faut.maintenant, pour etre sur de ne pas donner d’argent a qui n’en a pas besoin,et bien fabriquez vos pin’s contre l’aeroport vous même,ne buvez plus de bieres(ca fait du bien de temps en temps,mais trop lontemps:)) faites vos affiches a la main, elles n’en seront que plus belles.et pensez surtout a ceux qui luttent vraiment pour que la terre ne nous pete pas a la gueule a forçe de vouloir la massacrer,au nom du progres technologique.evoluer ne veut pas dire detruire,et depuis lontemps les spoliticos l’on oublie.ON NE LACHE RIEN!!!!!

  11. folle avoine

    Salamandre
    La zad n’est pas un pays de Bisounours c’est un fait. Des gens de tous horizons ont rejoins le site. Qui peut juger de ce qui est pourri où pas sur la zad ? Lutte contre l’aéroport et son monde …la violence que certains déploient si tant est que ce ne soit pas des flics infiltrés, est la même violence que l’on retrouve dans le milieu des squats et de la rue. Toute cette misère qui éclate au grand jour ! Comment fermer les yeux sur ceux qui prennent de plein fouet cette misère sociale, car c’est aussi de celà dont il s’agit. Certains se retrouvent là car ils sont tellement en refus de cette société que c’est peut être l’opportunité pour eux d’exorciser tout un vécu sordide. Alors , je suis très naïve mais je crois en l’effet papillon et au pouvoir de l’échange et du dialogue, certains « incontrolables » comme l’ ACIPA se plait à les appeler sont exactement le résultat de ce monde de l’aéroport. Fermer les yeux là dessus et juger simplement sur des faits c’est oublier que ces camarades n’ont trouver comme exutoir que cette violence contre la répression subit quotidiennement.
    La zad est le reflet de notre société sur un territoire plus restreint c’est ce qui en fait sa richesse, comme tu le dis il en ressortira une étoile ou rien.
    Donc ne nous trompons pas d’ennemi et le respect c’est aussi d’aider à ce que ces exclus de ce monde capitaliste, retrouvent la foi dans des jours meilleurs.
    Utopiste , je le suis et j’ai envie de croire à ce que j’ai entrevu sur la zad un monde de solidarité, d’entraide et cet acharnement à défendre les lieux envers et contre tout me donne beaucoup d’espoir.

    • JE T AIME !

    • @ folle avoine Je trouve très pertinente l’analyse que tu fais. A mon sens elle tient compte de l’humain, et elle m’a effectivement permis de relativiser le regard que j’avais personnellement tendance à porter sur certains comportements que j’avais eu l’occasion d’observer sur la ZAD (un peu comme dans le récit de Salamandre). Maintenant je m’interroge tout de même : Est-ce légitime de déverser, publiquement qui plus est, une telle haine sur d’autres camarades, sous prétexte que leur lutte prend (aussi) d’autres formes et ne suit pas nécessairement qu’une seule logique (celle défendue par les auteurEs de l’article) ? Ces autres camarades n’ont pas droit à un regard humain ? Leurs craintes, leurs erreurs de jugements, leurs maladresses ne méritent qu’un dénigrement acharné ? La nécessité d’être utopiste, d’être solidaire, de vouloir comprendre…. elle se limite à qui ?

    • A Salamandre,
      Pourquoi voir partout, systématiquement, des « victimes », des « exclues », des qui NE seraient QUE le « reflet malheureux » de CE monde, plutôt dire de ce « Non-Monde », peux tu envisager aussi qu’il s’agisse là d’un moment de la « Guerre Sociale » par des « AffranchiEs du Vieux-Monde » qui se refusent aussi à n’être reconnuEs ou « admisEs » comme « un pis-aller » que l’on observe de haut avec « compassion »…Ne vous vient-il donc jamais à l’esprit, Salamandre, que les gens qui sont là et se battent ne vous ressemblent déjà plus et que leurs référents sont puisés ailleurs que dans cette société-ci, à même les moments de lutte et de solidarité qui n’ont plus rien à voir avec la misère glapissante, que ce qui les nourrit ne relève pas de ces bonnes âmes subitement compréhensives mais bien tout ce que la lutte et la critique de la résignation procure; un monde qui semble encore bien loin de votre imaginaire si on en juge par votre discours.
      Dommage, le plaidoyer n’était pas trop mal tourné, un peu catho sur les bords, juste ce qu’il faut pour ne pas chuter dans le ridicule du misérabilisme.
      Chère salamandre, quel effet cela fait-il de passer à côté de l’essentiel?
      (AZA/Nosotros.incontrolados)

      • Salamandre

        Folle avoine,
        je sais ça et j’en conviens, je le vis au quotidien sur la zad et j’apporte mon aide à tous et toutes sans préjuger de quoi que ce soit, peu m’importe les casseroles des un-e-s et des autres, tout le monde en a moi y compris.
        Je sais aussi que ceux dont je parle ne sont pas des flics infiltrés, et je ne fais aucune comparaison avec ce qui se passe en dehors de la zad ce n’est pas mon propos, je dis simplement que certains comportement de violence sur la zad ne sont pas admissibles, même si on a la haine de la société, et pourtant crois moi j’en ai une tenace. J’inclus aussi dans cette violence imbécile le sexisme et l’homophobie qui font rage sur la zad. On ne change pas le monde en reproduisant les mêmes schémas de violences que ceux qui nous le rendent insupportable. C’est mon point de vu, il en vaut d’autres.

        Et oui camarade du CLCA on peut en discuter sur place…

        Mon cher nosostros,
        (puisque nous sommes dans l’amicalité) si je suis quelquefois d’accord avec certaines de tes analyses, malgré le style ampoulé et grandiloquent d’un autre âge de tes affirmations parfois pathétiques voire nébuleuses, permets moi de te dire que pour le coup tu es à côté de la plaque ! Et que verbiage n’est pas vérité.
        Quand je parle de victimes c’est en tant que soignant et à propos de camarades blessés et ça s’arrête là, pour ce qui est des exclues c’est ton propos pas le mien, sinon je ne serai pas sur la zad à faire ce que je fais. La guerre sociale comme tu dis n’autorise pas la violence pour la violence, on ne peut prétendre construire un monde meilleur et plus respectueux de l’humain en élevant la violence au statut de je ne sais quelle vertu libératrice et incontournable. Ce qui est misérable c’est de croire ça, de le promulguer et de s’en gargariser comme tu le fais !
        Les gens qui se battent ici je me bat avec eux, je vis avec eux, je suis comme eux, chacun-e d’eux-elles a une part de moi et je n’ai pas d’état d’âme sur ce point.
        Ma perception des choses (c’est la mienne et ma liberté de le croire et de le dire) est que la zad n’est pas un laboratoire de violence, mais bien un lieu d’échanges et de compréhension mutuelle ou une multitude disparate tente de forger le socle d’un autre monde, et cet autre monde n’est surtout pas envisagé sous le principe d’une violence qui impose sa vérité, quelle que soit la forme de cette violence, ça, justement, c’est l’ancien monde. Celui auquel tu appartiens à en juger par ta prose récurrente sur ce site, et effectivement (et c’est heureux en quelque sorte) il est clair que nous n’avons pas la même imagination pour ce qui est du monde à construire.
        Maintenant je te rassure je n’ai pas le sentiment de passer à côté de l’essentiel comme tu dis, car je suis dedans, je participe à le construire et je vais continuer avec autant de conviction et d’énergie. Par contre je crois que toi l’essentiel tu l’as perdu depuis longtemps à force de t’écouter écrire !
        Et ne prends pas le tu pour du paternalisme catho, vu les images d’Épinal qui semblent trainer dans ton imaginaire, c’est juste qu’un-e anarchiste ne dit pas vous.
        Salamandre

      • Cher frère Salamandre, soignant de son état et fier de l’être.
        Une ancêtre prend le soin de t’écrire afin que tu ne te berces pas d’illusions. (L’âge du berceau est révolu, non?)
        Ton combat, nous l’avions déjà fait. Les résultats sont les mêmes. Croire que toi et autres djeunzs inventez quelque chose, c’est croire que la nature humaine a changé. Or, je suis dans l’obligation de te faire oublier tes rêves.
        Vos musiques sont les nôtres.
        Votre mode vestimentaire est la nôtre.
        Vos combats sont les nôtres.
        Tout est nôtre, car l’imagination humaine s’est épuisée. Alors on ponctionne de par-ci et de par-là croyant réinventer l’histoire.
        Mais en ayant côtoyé certainEs d’entre vous, les bâtisseurs d’une nouvelle vie, vous avez une attitude qui n’est pas la nôtre. Nous avions le partage en commun et sans distinction. Nous savions ce qu’étaient les valeurs, l’honneur, la solidarité et le respect
        Pensez que défiler devant les CRS en étant non-violentEs et s’en ramasser plein la poire relève d’un certain masochisme. Qu’espérais-tu frère cadet? Montrer ta poire aux flics pour qu’ils te prennent en photo et se disent: « Tiens, celui-là est un bon samaritain, on ne va pas l’emmerder »? (D’autan qu’il aide une camarade boiteuse qui a l’air de s’être atomisé la cheville)
        Pensez qu’on peut oublier l’histoire et refaire le monde à son idée, à son image n’est que bluff, voire presqu’être un discours identitaire. Le non-respect envers quelqu’un qui a de l’expérience, mais qui a quelques années de plus, le prouve encore. Deux créneaux d’une idéologie quelque peu nauséabonde…
        Salamandre, un joli petit reptile à la peau hyper toxique, qui marche lentement mais sûrement…mais qui file comme l’éclair quand on veut l’approcher…
        L’ancêtre Gene

  12. Je n’ai pas en ma possession les éléments certains et précis pour juger si cette charge contre l’Acipa est justifiée. Même si je ne suis pas dupe des arrières pensées de certains responsables de cette association. Et, comme c’est souvent le cas dans ce genre de contexte et d’implication des uns et des autres, j’ai tendance à croire que la vérité des choses se trouve au milieu du gué de ce torrent d’informations qui circulent dans tous les sens sur la zad.
    Le dimanche 3 mars j’ai suivi comme médic le « petit carnaval géant » et son cortège, des ardillières à la saulce. Certe, comme à leur habitude, en fin de parcours, les militaires n’ont pas fait dans la dentelle, utilisant d’emblée et sans compter des grenades de désencerclement qui produisent une détonation assourdissante et dispersent des éclats qui entaillent la peau profondément en faisant des blessures graves. Plusieurs camarades en furent victimes ce soir là, dont un sur le crane. Contrairement aux ouvriers de goodyear, qui ont fait la une des journaux télévisés pour quelques grenades lacrymo, pas de caméras ni de couverture média nationale ici… Comme d’hab. On peut balancer toute la collection de grenades à la première occasion sur la zad, c’est moins important qu’un ouvrier qui se fait bousculer en réclamant le droit de rester un esclave !
    Ceci-dit, bien avant le clash avec les forces du désordre je n’ai cessé déjà de donner des soins sur tout le parcours, alcool et imprudence ne faisant pas bon ménage. Comme cette camarade qui s’en tire avec une grosse entorse de la cheville après une chute d’un char du cortège. Mais surtout j’ai vu quelques agités bien avinés briser le pare brise d’un couple âgé dont le seul tort était de passer par là ou, plus loin encore, éclater avec une hache le pare brise du camion d’un camarade vivant sur la zad et qui rentrait simplement chez lui. Plus loin, vers la Rollandière, un camarade qui vit sur la zad a pris un coup de poing pour avoir voulu empêcher un nouvel éclatement de pare brise… Il s’en sort avec le nez en sang. Dénoncer suppose aussi de ne pas être aveugle, il ne faut pas se cacher que certaines personnes n’ont vraiment rien à faire sur la zad, fussent-elles sur les barricades, et qu’elles desservent la cause plus qu’elles ne la servent et partant les camarades. La lutte peut parfaitement justifier une forme de violence mais en aucun cas donner un blanc seing à la violence gratuite de quelques imbéciles. Alors ne falsifions pas la vérité et admettons qu’il y a aussi quelque chose de pourri sur la zad !
    La zad n’est pas un endroit merveilleux ou vivent des gens merveilleux, c’est un gros bordel avec une grande diversité de personnes d’où sortira peut-être une étoile ou rien, et surement le creuset des possibles pour un monde nouveau. Mais cela implique d’abord de résister dans l’unité malgré nos différences et nos divergences et surtout le respect des autres. Il ne faut pas croire qu’on puisse construire un monde meilleur sans avoir au préalable le respect de l’autre, même s’il est un ennemi.

    Pour répondre à TTB il existe bien une cellule média et toutes les compétences techniques nécessaires en matière d’information sur la zad, et des choses se font, efficacement même, c’est seulement notre mode de fonctionnement et de prise de décision qui impacte négativement une meilleure diffusion de l’info tout azimuts et en masse.

    Mais plus qu’une bonne info ici c’est une bonne cohésion qui prime.

    Salamandre

    • C’est donc au niveau du relais de l’info à l’extérieur que ça semble insuffisament organisé.
      Accessoirement, une des techniques très connues pour faire tourner n’importe quel évènement revendicatif au bordel c’est d’y introduire de l’alcool. La technique la plus souvent utilisée pour contrer ça est tout simplement d’interdire la consommation/possession/introduction d’alcool. Straight edge quoi.

    • Salamandre,

      si il y a eu des personnes qui ont éclaté des vitres de voitures qui passaient par là, effectivement c’est pas mal idiot (est-ce que ça ne seraient pas des flics en civil? Personne ne se pose la question? Ce ne serait pas la première fois.).
      Mais le communiqué de l’ACIPA concernait toutes les formes de « violence » qu’il y a pu avoir ce jour là! Dont celles qui ont été effectué en réaction à la violence des forces militaires. D’ailleurs, balancer de la boue ou des pierres sur des hommes protégés de toute part, est-ce de la violence? Surtout quand on connait le nombre de camarades blessés à vie depuis le début des expulsions, et la violence quotidienne mais puissante exercée tous les jours par les forces d’occupation!
      De toute manière cette distinction forte en violence et non-violence n’a pour nous que volonté à créer la division justement et à stigmatiser, au profit du pouvoir, des pratiques qui sortent de la bien-pensance !
      Pour te dire aussi une chose qui te fera peut-être réfléchir au pourquoi de notre article.
      L’ACIPA n’en est pas à sa première condamnation de camarades, et collaboration avec les flics et militaires.
      Plusieurs actions illégales et parfois même non-violentes ont reçu une condamnation de leur part, comme des jets de fumier lors de la délibération du conseil municipal de Saint-Nazaire sur le financement au projet d’aéroport en 2010, jet de fumier qui avait d’ailleurs permis de bloquer le financement pendant une semaine, de pertuber l’alliance pourrie des verts et du PS et de donner l’écho aux procédures de financement. Mais pour l’ACIPA, il s’agissait d’une action violente (sic).
      L’ACIPA n’a d’ailleurs soutenu qu’au tout dernier moment, et ce face à la pression de notre part et de certain-ne-s camarades, les cinq paysan-ne-s qui avaient participé, avec beaucoup d’autres camarades, à une action de redécoration des fenêtres du siège de Vinci! Pour l’ACIPA il s’agissait aussi d’une action violente et les camarades ne valaient pas la peine d’être soutenu !
      On se souvient des multiples collaborations ouvertes de cette asso avec les RGs lors d’évènements extérieurs à la ZAD, pour que les choses se passent bien(sic). Comme lors de la tracto-vélo jusqu’à Paris ou de rassemblements de tracteurs devant les meetings d’élue-s PS lors des législatives et présidentielles!
      La liste est longue de tout leurs faits d’armes !
      Sans parler du rôle d’accompagnement auprès des propriétaires et paysan-ne-s de la ZAD pour qu’ils obtiennent de meilleures indemnisations ! On est loin du Plogoff ou du Larzac comme l’ACIPA aime à le dire !
      Dans de nombreuses luttes, l’unité est mise en avant pour cacher toutes ces manoeuvres basses, ces stratégies collabos qui nuisent plus profondément à la lutte au quotidien que tout article que l’on pourrait faire sur l’ACIPA ! Nous ne pouvons plus cacher ces actes et paroles qui ont dégoûté nombre de camarades, et les ont poussé à se désengager de la lutte de NDDL !

      On en discutera plus profondément sur la ZAD si tu le souhaite,

      Camaradement,

      Un membre du CLCA

    • Cher camarade geneghys,
      Je ne suis pas plus fier de soigner que ne le sont ceux qui tiennent les barricades, font la tambouille ou construisent des cabanes collectives. Je fais sur la zad ce que je sais faire, comme tout le monde, point.
      Pour ce qui est de défiler devant les militaires en mode non violent (ce sont les gendarmes qui occupent ici, pas les crs) ce n’est personnellement pas mon mode, et à la violence policière je réponds par la même violence sans état d’âme. Maintenant je n’ai pas fais des études de médecine pour démolir les gens, je préfère les soigner en effet.
      Se défendre sur les barricades (ou ailleurs) par tous les moyens fait partie de la lutte, exploser le pare brise du quidam qui passe ou frapper le camarade qui veut empêcher ça fait partie de la connerie humaine. Et tu as raison, il faudra du temps pour qu’elle disparaisse… Comme il faudra du temps pour qu’on sorte enfin de ce manichéisme par lequel on catégorise une personne, d’office, sur l’un de ses propos ou attitude à un instant donné sans plus de distinction.
      Pour ce qui est de mes rêves la mort seule y mettra fin, ne plus avoir de rêve c’est être mort, et je suis bien vivant. Oui je crois que des choses s’inventent et/ou se réinventent ici, le progrès humain se fait ainsi à coup de découvertes et d’oublis. Et oui il faut tenir compte du passé pour construire l’avenir, mais il ne faut pas s’engluer dans ses principes et ses règles, ça c’est mortifère et générateur d’inertie. Je ne vois pas que refuser un monde qui se fissure de partout et proposer des alternatives ou de nouvelles voies soit un discours identitaire. Quant à l’imagination humaine je la trouve fertile au contraire, et d’autant plus qu’elle se libère du passé et des carcans sociétaux.
      Camarade geneghys je me demande si tu n’est pas déjà trop du passé pour envisager un autre monde… Ceci-dit l’avis d’un ancêtre a toujours de l’intérêt et il faut l’entendre.

      Petite précision, la peau de la salamandre n’est pas hyper toxique pour les humains, voila bien une idée reçue qui perdure. On peut prendre une salamandre dans sa main sans risque, mais à la condition de le faire en douceur et de ne rien faire qui l’agresse ou la stresse, car alors là oui des glandes de sa peau exsudent et projette un poison (toxique seulement pour les insectes et animaux) qui peut-être dermo-caustique chez certaines personnes.

      Bons vents l’ancêtre !
      Salamandre

      • Cher camarade Salamandre

        Le monde tel qu’on le perçoit est en perpétuelle mutation. Tous ont eu le rêve de changer les choses et c’est grâce à cela que nous sommes arrivéEs là où nous en sommes…grâce aux progrès techniques en perpétuel perfectionnement qui fait que nous allons vers un monde encore nouveau.
        En gros, nos outils ont changé. Mais dans notre cerveau, rien ne mute depuis que l’homo sapiens sapiens a perdu son 2ème sapiens. Biologiquement, c’est l’inverse qui se passe, mais on est pas là pour parler biologie, sciences humaines, technologies etc…
        Nous avions aussi le rêve d’un monde meilleur et nous continuons à le faire, sinon pourquoi relayer et soutenir celles et ceux qui se battent pour que la Zone à défendre soit connue au-delà des frontières, notamment dans les pays où l’écologie est un des principal soucis et est fortement représentée au sein de la population?!
        Et pourquoi parler de cela puisque ce n’était pas le sujet sur lequel nous nous entretenons, mais sur le fait que vous les djeunzs, vous balayer d’un coup de balai celles et ceux qui sont plus âgés et qui ont déjà lutté pour que les pollutions deviennent moins monnaie courante…des pollutions engendrées par celles et ceux qui nous ont enfanté et qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient, mais croyaient le faire bien. Je parle de la génération des 30 glorieuses dont je ne fais pas partie.
        C’est un manque de respect odieux que vous nous faites. Nous avons ouvert une voie en espérant que justement, les jeunes puissent continuer nos luttes. Et vous puisez sans vergogne dans le patrimoine que nous vous avons laissé en pensant que vous réinventez le fil à couper le beurre.
        Nous avons donc le droit d’être à vos côtés pour continuer ce que nous avons commencé et cela, même si vous nous considérez comme des vioks.
        Mais on peut faire deux clans, si c’est ce que tu désires. Le principal étant qu’un aéroport inutile soit construit sur un des plus beaux sites de France. Ainsi, nous nous ignorerons et mènerons nos combats de façon différente. Il n’y a pas de raison que l’on ne vous traitons pas de la même façon que vous nous traitez, après tout!

        Et la salamandre a une peau hyper toxique pour les chiens. Celles et ceux qui possèdent ces compagnons fidèles et loyaux le savent très bien et c’est pourquoi nous ne les laissons pas s’approcher de ce petit reptile fort mignon, en apparence…
        L’ancêtre
        Gene

  13. Pour parler plus fort que les autres faut s’en donner les moyens, c’est à dire utiliser toutes les ressources (gratuites!) offertes par internet: twitter tumblr reddit etc…
    Parce que, ce qui permet à vos détracteurs de vous traîner dans la boue c’est bien la non maîtrise de l’information, de la votre d’information.
    Pourquoi n’existe t il pas de cellule « média » par exemple? Pourquoi si peu d’images (photos, videos, copwatching etc…) ? Pourquoi une organisation anarchique et au petit bonheur de la diffusion de l’info? Comment se fait il qu’une stratégie de re diffusion de l’info en masse n’ait pas été mise en place? Vous parlez de créer un fanzine, très bien. Avez vous pensé au format numérisé (blog ou site ou .pdf…) que vous allez utiliser pour le diffuser? Le streaming de radio Klaxon est toujours en rade, et avez vous songé a rediffuser ses émissions en podcast? En .mp3 .ogg FLAC etc sur les toutes les plates formes de p2p? Si vous savez pas faire un truc, lancer des appels à des volontaires dans toutes les langues que vous pouvez connaitre, demandez des volontaires pour relayer votre info, pour prendre des photos, faire des montages vidéos, des affiches etc
    En somme: cassez le blocus informationel qui se met en place autour de vous.

    • A tralalatzingboum:
      Le vieux-Monde même pas rétamé dans la boue qu’il se trouve déjà des nostalgiques de l’Ordre pour proposer une kyrielle d’interdits divers…Toujours au nom de la Sacro-Sainte-Trinité -« Ordre, Sécurité, Responsabilité »-. Voulez-vous un Pape bien à vous Mister Tralalatzingboum? de l’eau bénite dans une main et un sabre dans l’autre?
      Te proposes-tu en « Manuel Tango-Charlie-Vals » ou en « Marcellin » du coin? Jolie performance à vrai dire!
      Steph

    • J’ai jamais rien compris à cette organisation générale !!! Lorsque tu proposes la création d’un petit comité audiovisuel pour couvrir les évènements de la ZAD tout le monde est d’accord. Dans les faits c’est une autre réalité.
      Rien que pour recharger tes accus c’est une aventure, c’est le royaume de la « démerde ». Quant à la diffusion depuis la ZAD, n’en parlons pas, c’est une utopie irréalisable tant les mauvaises volontés s’expriment. Pour un petit local/studio, il faut squatter, avec le risque de te faire virer car tu gonfles les occupants (véridique).Sinon tu construits, mais où ??? Là encore faut se faire accepter, selon ta sensibilité, tu te fais rejeter.
      En conclusion chacun tire la couverture à soi, selon les appartenances à tel ou tel groupe d’occupation, même pour la défense des lieux ça se mobilise mollement et sans véritable organisation. .Sans compter la parano ambiante dès l’apparition d’un appareil muni d’un objectif, au final tu risques d’y laisser ton matos.Ses conditions étant réunies faut avoir une très forte motivation, pour organiser quelque chose de sérieux dans ce grand capharnaüm.

  14. Les « Apodicticiens » des AZA et des Nosotros.incontrolados se déclarent solidaires des « incontrôlés » et des Zadistes que l’ACIPA livre à la vindicte policière après les avoir dénigrés auprès des populations locales croulant sous les accès de désinformation auxquels se livre le bureau de cette association collaborationniste.
    En relayant ce texte (comme nous avons relayés bon nombre d’entre eux depuis de nombreux mois) nous persistons et réaffirmons ainsi notre soutien total au caractère profondément pluriel et novateur de cette lutte qui tente -dans l’action-même- d’abolir les « séparations » que rencontrent inéluctablement tous les combats sociaux ne sachant encore s’emparer de ce que tous ont de commun dans leurs particularités ou spécificités et donc, en les relayant entre eux, comme un moment dialectique de la totalité de la critique de tout ce qui Est, Ainsi, que nous ne l’avons vu depuis bien longtemps le combat qui se mène individuellement et collectivement à NDDL est sur le point de pouvoir en affirmer le dépassement qualitatif des vieilles  » oppositions/revendications parcellaires socialement atomisées ». à l’origine de toutes les défaites de ces « mouvements magnifiques  » qui ne s’étaient hélas compris comme un moment de la totalité.
    Sans doute que les « Faux-Nez », ces héroïques falsificateurs et naufrageurs « des belles émotions » avaient-ils alors assez bien conjugué leurs forces pour cela; elles le font d’ailleurs toujours.
    Il se trouve qu’à NDDL, sur un espace « concentré », les magouilles d’appareil sont elles aussi un peu plus visibles, et les années d’expérience pratique des Zadistes sur le terrain ont-elles, elles aussi contribué à aiguiser les esprits prompts à saisir plus rapidement les complots ourdis contre cette lutte, loin du bocage, du froid, de la pluie, du gel, de la neige, et de la boue.
    NDDL? Mais c’est toute la Guerre Sociale qui se découvre-là, s’y rencontre, s’y enrichit de toutes les formes de résistance anciennes et nouvelles et s’affranchit aussi de tous les bureaucrates tentant de se l’approprier pour mieux la liquider au plus offrant.

    Rien d’étonnant dans ces conditions qu’elle s’y soit faite aussi autant d’ennemis -(c’est le contraire qui le serait!)- mais aussi autant de « faux-amis » qu’on peut toujours trouver aux côtés des instances associatives officielles et grassement subventionnées, ces associations qui sont tout autant des micro-CIA, micro-GUEPEOU, micro-PIDE, micro STASI, micro SDECE, toutes très bien compartimentées avec à la base des individus sincères mais abusés qui à leur insu joueront les « informateurs », à l’étage du dessus quelques simili-barbouzes/simili sous-marins colportant calomnies et intox, noyautant les débats pour les empêcher et au sommet enfin « les oreilles du prince ».
    Ces enfoirés et larbins de classes dans « la lutte des places » assurément depuis des lustres ont fait « du zélé bon boulot » au service de leurs maitres, et c’est particulièrement vrai depuis un certain joli mois de Mai, et ça s’est aussi vérifié amplement dans le cours des évènements qui suivirent comme à Malville où les écolos livrèrent des manifestants « incontrolés » (dont le rédacteur de ces lignes) aux flics assassins de Vital Michalon, tels Décembre 86 qui vit mourir aussi le jeune Malick Ousékine. dans le combat né de la lutte contre la loi « deuxpaquets » bien vite étendue à toutes les sphères de la société et ceci sans parler des autres luttes sociales issues quant à elles de la sidérurgie ou des mines (Longwy, Gandrange, Florange…etc) ou encore très récemment des « Moulinex », »Michelin », « Conti », « GoodYears » la bien nommée…Toutes ces luttes que les bureaucrades surent récupérer, encadrer puis réduire à rien. Par ici la sortie! Fin de la récré!
    Ces « faux-Nez » ne louperont pas une occasion de jouer les « Doubles-Jeux » et de la délation.
    Sous couvert de défendre des « Unités » qui ne sont pas, ils agiteront le chiffon-rouge de la « Division » et prêcheront pour une « Unité du Séparé réuni dans la Séparation ».
    Avec vous!!!.
    Steph.

    ______________________________

  15. Biens cherEs amiEs,
    Nous avons relayé à l’instant votre texte et réitéré notre soutien à la lutte menée à NDDL et à ce qui fait de celle-ci une lutte particulièrement novatrice puisque tendant à abolir radicalement « les séparations » qui apparaissent dans tous les conflits sociaux jusqu’à les étouffer.

    Nous nous sommes autorisés également un long préambule dans le texte, quelques observations ici ,ou là afin d’apporter quelques précisions que nous pensions utiles.
    Bien solidairement et très amicalement:
    Steph.
    http://nosotros.incontrolados.over-blog.com/article-nddl-petit-precis-de-decomposition-l-acipa-joue-a-l-agent-double-116001070.html

  16. Où est-ce qu’on trouve ce communiqué ACIPA (pas vu sur leur site) ? J’ai qd-même une petite méfiance vis-à-vis d’OF…
    Sans cela, un pti commentaire. Vous jugez bon de jouer la carte de la division. OK vous savez ce que vous faites je suppose. Mais honnêtement, si c’est pour répéter tous les ragots de couloir (« un tel a dit lors d’un procès, et-patati-et-patata… »), il y aurait du pain sur la planche avec pas mal de ZADistes. Mais à moins de vouloir se lancer dans le jeux des super-égos on essaye de faire la part des choses, non ? C’est sans doute pas complètement à côté de la plaque, votre article, mais s’il existait un seul groupe à détenir la vérité absolue et à posséder LA stratégie valable… A nous toutes et tous de prendre du recul par rapport à nos certitudes.

  17. A reblogué ceci sur Les AZArricades and commented:
    L’ACIPA n’hésite pas à dénoncer des camarades qui ne suivent pas « le bon chemin »… Sur la lutte contre NDDL et son monde, nous n’en pouvons plus de cette stratégie unitaire hypocrite!
    Vais regarder leur blog et si jamais, le mettre dans nos sites honnis! AZA/NI

  18. Michel SAULNIER

    DIVISER POUR MIEUX RÉGNER, ILS SONT EN TRAIN d’essayer DE VOUS BAISER.
    C’EST CLAIR, NE VOUS TROMPEZ PAS D’ENNEMI. il n’y en a qu’un sur ce coup, c’est l’état. Tous ensemble, une seule voie possible, la lutte contre la gabegie gouvernementale. A chaque lutte, c’est la même chose , c’est fatiguant. Rangeons nos égos et luttons contre ces gros sacs de flics et de politiques véreux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s