Galerie

La rage grandit au canada contre la privatisation quasi-totale des rivières et des lacs. Solidarité avec les amérindien-ne-s et le mouvement Idle no more !

Vu sur planète sans Visa (blog de Fabrice Nicolino), le 17/02/2013 :

130106120809203881

Les Indiens du Canada ont chopé la rage (Idle no more)

Publié le 16 février 2013

 Ce papier a été publié dans Charlie Hebdo le 6 février 2013

Au Canada, les Indiens en ont marre de la droite extrême au pouvoir. Dernière trouvaille du gouvernement : une loi qui livre les lacs et rivières au fric. Le mouvement Idle no more pourrait bien annoncer le printemps.

Au Canada, ça chie d’un bout à l’autre de ce pays bizarre. Le mouvement Idle no more (1), qui n’en est qu’à ses débuts, va peut-être changer la gueule des environs. On va voir. Avant cela, deux mots sur cette immensité de 10 millions de km2, presque 20 fois la France. Les descendants des anciens colons se partagent la mise, avec à l’Est un Québec parlant français; et vers l’Ouest, jusqu’au Pacifique, des provinces angliches. Au milieu, si on laisse de côté les ours, les loups et les caribous, on trouve ce qu’on appelle là-bas les Premières nations, c’est-à-dire les Indiens. Des Cris, des Micmacs, des Hurons, des Mohawks, entre autres. Auxquels on ajoute des Innus, des Inuits, et les métis. D’après le recensement de 2006, ils seraient 1 172 785, soit 3,8 % de la population totale (31, 6 millions).

Sont-ils bien traités chez eux ? Évidemment (N.B du CLCA : renseigne toi Fabrice car là tu nous sors une énormité ! Les amérindien-ne-s sont parqués dans des réserves, sont privés de tout droits sociaux si ils/elles sortent de leurs réserves pour trouver du travail, vivent dans l’extrème misère, l’alcoolisme et subissent le racisme quotidien des canadien-ne-s et des québecquois-e-s! Bien traités ?! Toujours exploités et méprisés tu veux dire!)  . Les abus sur les gosses indiens dans les pensionnats cathos ont été si nombreux, jusque dans les années 70, que le gouvernement fédéral a créé en 2007 un fond d’indemnisation des victimes de deux milliards de dollars. Appelé, car les politiques locaux ont gardé le sens de l’humour, « Paiement d’expérience commune ».

Les Indiens du Canada ont certes obtenu, il y a quarante ans, trois décisions judiciaires qui ont modifié en leur faveur la situation générale. Et une révolte des Mohawks, en 1990, a foutu une grande trouille aux Blancs d’Ottawa et de Montréal. Les Indiens protestaient contre l’élargissement d’un terrain de golf sur des terres sacrées. Depuis, ça va, ça vient. Jusqu’à cette foutue Loi « mammouth C-45 », présentée en octobre dernier devant le Parlement.

Précisons, pour comprendre la suite, que le parti conservateur au pouvoir ferait passer l’UMP pour une tendance extrémiste de Lutte Ouvrière. La loi C-45 dynamite des dizaines d’années de protection de la nature et bouleverse au total la bagatelle de 60 lois déjà en application. Pour se concentrer sur un exemple, le projet ruinerait la protection des lacs et rivières, qui se comptent en dizaines de milliers. Seuls 97 lacs et 62 rivières resteraient à l’abri du bétonnage et des barrages. Commentaire de la responsable du parti Vert canadien, Elizabeth May : « C’est un moment tragique ». Tu l’as dit, Babeth.

Ce que n’avaient pas prévu les bonnes âmes au pouvoir, c’est la révolte indienne, immédiate, bouillonnante, formidable. Au point de départ, en novembre, quatre femmes de la Saskatchewan, Nina Wilson, Sheelah Mclean, Sylvia McAdam et Jessica Gordon. En épluchant les 443 pages de la loi C-45, elles découvrent, au détour d’une phrase, que la vente des terres indiennes au privé sera simplifiée, pour « l’adapter au rythme de la vie moderne ». Et elles décident de lancer un mouvement sans chef ni frontières, Idle no more. Ce qui veut dire à peu près : Plus jamais d’inaction. Ou encore : Ras-le-bol de ne rien foutre. À leur suite, l’Indienne Theresa Spence, une Attawapiskat, mène une grève de la faim dure de 44 jours, arrêtée le 24 janvier.

Depuis l’automne, la mobilisation indienne ne cesse de prendre de l’ampleur. On ne compte plus les routes, lignes de chemin de fer et ponts – internationaux – bloqués, les manifs aux chutes du Niagara, le tout suractivé par ces si fameux réseaux sociaux à l’œuvre en Tunisie ou au Caire. La chose nouvelle, c’est que le mouvement Idle no more est désormais rejoint sur le terrain par des syndicats, des associations comme Greenpeace, ou encore des groupes aussi solides que Public Interest Alberta (2), dont l’origine remonte aux combats de l’Américain Ralph Nader, dans les années 70. Les altermondialistes de Vancouver, d’Ottawa, de Montréal, sont désormais de la partie, et bien malin celui qui pourrait dire ce qui va se passer.

La certitude, c’est que le pouvoir riche, le pouvoir blanc, le pouvoir fédéral d’Ottawa ne sait pas quoi faire pour calmer le jeu. Le Premier ministre Stephen Harper a rencontré une délégation indienne et a promis, dans l’inimitable langue de ces foutriquets, qu’il faudrait « se revoir ». Les filles et les garçons d’Idle no more ont organisé le 28 janvier une Journée mondiale d’action. On ne voudrait surtout pas porter la poisse aux salauds au pouvoir là-bas, mais ces satanés Indiens multiplient les cérémonies du Salut au soleil. On a beau ne pas être superstitieux, gaffe.

(1)    http://idlenomore.ca/
(2)    http://pialberta.org

634735-centaines-personnes-reunies-pont-ambassador

Vu sur la pointe libertaire :

Idle no more: après le « printemps québécois », le printemps des premières nations?

Depuis quelques semaines déjà, on entend de plus en plus parler de ce mouvement de contestation parmi les premières nations du Canada. En effet, une seule petite recherche sur le site deRadio-Canadapermet de trouver cinq pages d’articles y faisant référence…

En pleine expansion, le mouvement continue de prendre de l’ampleur. Doit-on s’attendre à un « printemps autochtone »? Je ne connais pas assez l’environnement de ces communautés pour me risquer à une prédiction. Je me contente tout simplement d’espérer que le mouvement continuera de s’étendre et fera des gains significatifs pour cette partie de la population dont les conditions de vie sont parmi les plus difficiles au pays.

Par Pascal Lebrun
Pour l’agence de presse libre de Pointe-Saint-Charles.

Voir aussi sur le jura libertaire :

http://juralib.noblogs.org/2013/01/01/idle-no-more-we-have-been-given-a-clear-mandate-by-the-grassroots-to-work-outside-of-the-systems-of-government-and-that-is-what-we-will-continue-to-do/

et sur le forum de pirate punk :

http://www.pirate-punk.net/message.php?t=25913

Une réponse à “La rage grandit au canada contre la privatisation quasi-totale des rivières et des lacs. Solidarité avec les amérindien-ne-s et le mouvement Idle no more !

  1. A reblogué ceci sur Les AZArricades and commented:
    La rage grandit au canada contre la privatisation quasi-totale des rivières et des lacs. Solidarité avec les amérindien-ne-s et le mouvement Idle no more !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s