Galerie

Rassemblement pour soutenir un Camille qui passe en pénal pour refus de fichage, à 14 heures le 22/01 au TGI de Saint-Nazaire

Vu sur le site internet de la ZAD, le 14/01/2012 :

Témoignage : Jeudi 18 octobre, Notre-Dame-des-Landes, troisième jour de l’opération César

Il est 10 heures du matin. Je quitte la Vache Rit à pied en direction du bourg de NDDL. Arrivé au lieu-dit Les Ardillières, barrage de Police. Contrôle des identités. Je n’ai pas mes papiers. Je donne nom, prénom, adresse, date et lieu de naissance. Mais ça ne suffit pas aux Gendarmes envoyés spécialement de Fresnay-sur-Sarthe pour me pourrir la journée. Ils m’emmènent à la Gendarmerie de La-Chapelle-sur-Erdre pour une « vérification d’identité ». On m’installe dans un bureau avec six robocops locaux. « Qu’est-ce qu’il a fait celui-là ?
- Il a pas ses papiers.
- Comme par hasard !
- Et il a pas non plus de téléphone, et personne ne peut l’identifier.
- Evidemment. Ça serait trop facile. » Après m’avoir fait la morale sur l’immense danger que je courais en sortant sans mes papiers, une gentille fliquette m’annonce qu’elle va procéder à des « relevés anthropologiques » sur ma personne. Après lui avoir demandé la nature de ces relevés (en l’occurrence, prise d’empreintes digitales et photos), je l’informe de mon refus de me soumettre à ceux-ci. On dirait que les gendarmes se sont passé le mot car ils défilent les uns après les autres dans le bureau pour essayer de me faire changer d’avis, chacun usant d’une technique différente. Un flic me montre des photos de moi à 10 ans ainsi que les PV qui vont avec. Photos et PV qui n’avaient pas été informatisés à l’époque et que les gendarmes ne sont normalement pas autorisés à conserver dans leurs fichiers après mes 18 ans. Il me dit que c’est lui qui a pris ma déposition il y a dix ans, dans un petit village normand. Quel hasard ! J’en conclue qu’il a réussi à m’identifier. Il me répond qu’il ne me reconnait pas, que les photos sont trop vieilles. Un autre flic se connecte sur Facebook avec son compte perso et il retrouve un ancien compte m’appartenant que je pensais avoir supprimé. C’est probablement là qu’il retrouvera le nom d’un de mes anciens employeurs à qui il téléphonera le jour même pour vérifier mon identité. Malgré tous ces éléments, les flics maintiennent qu’il n’est pas possible de m’identifier tant que je refuse de filer mes empreintes. C’est à ce moment que je comprends que la consigne « zéro arrestation » a été levée, que je suis le premier à me faire choper et que je vais leur servir de souffre-douleur. J’aperçois la procureure de Saint-Nazaire, elle est dans les locaux. On me dit que c’est elle qui a ordonné les relevés et qu’elle vient de décider de me placer en garde-à-vue suite à mon refus. Je refuse de signer le PV, je demande un toubib et un avocat. Je suis transféré à Nort-sur-Erdre vers midi. Pendant ce temps, à l’autre bout de la France, la Gendarmerie de mon village se pointe chez moi pour vérifier que c’est bien là que j’habite. Manque de pot, il n’y a personne et pas de nom sur la boîte aux lettres. En garde-à-vue je n’ai (presque) rien à déclarer. Oui, non, je refuse de répondre, je veux voir un avocat. Le commis d’office arrive en fin d’aprem, on nous auditionne (grâce à mon absence de collaboration, aucune audition n’aura duré plus de cinq minutes), je refuse encore de signer et je finis tout de même par sortir, malgré les menaces des gendarmes sarthois (« si tu parles pas, on te garde 48 heures »). Refuser de donner ses empreintes (et son ADN) est plus que jamais nécessaire face au fichage généralisé. Les flics disposent déjà de nombreux éléments pour nous identifier (Facebook, leurs propres fichiers, les anciens employeurs …), ne leur en donnons pas plus. Si vous êtes sur Saint-Nazaire le 22 janvier 2013 et que vous ne savez pas quoi faire dans l’après-midi, je vous invite à mon premier procès au pénal, à 14 heures au TGI (rue Albert de Mun). Ça ne va pas être le procès du siècle mais un peu de soutien sera le bienvenu. Nique le fichage et vive la ZAD. Camille.

N.B : pour rappel, plus d’une vingtaine de procès en lien avec la lutte contre l’aéroport de NDDL auront lieu dans les mois qui viennent. Tenez-vous au courant des éventuels rassemblements/actions de soutien sur :

http://zad.nadir.org/

http://nantes.indymedia.org/

Le terrorisme d’état ne passera pas ! Solidarité avec tous/toutes les inculpé-e-s !

VAL3-ad6a7

4 réponses à “Rassemblement pour soutenir un Camille qui passe en pénal pour refus de fichage, à 14 heures le 22/01 au TGI de Saint-Nazaire

  1. Solidarité totale. De tout cœur avec toi !

  2. Les autorités feront tout ce qu’elles pourront et mettront tous les moyens en oeuvre pour briser la détermination des résistants de
    Notre Dame des Landes. Ne vous laissez pas intimider ! Courage et le temps jouera en votre faveur et en celle de tous ceux qui, en Europe et ailleurs luttent pour les mêmes raisons à savoir contre l’indifférence complète des puissances de l’argent envers les peuples et leur acharnement de destruction de l’environnement naturel. Courage ! et Bravo !

  3. GALLIEZ pierre

    Létat PS c’est comme l’état UMP! satisfaire les copians, et bien les placer pour retraites dorées: ROCARD et le pingouins, JOSPKIN et la télé et les autres! Les politiques , disait mon arrière gran d père: l’assiettetau beurre déjà en 1920, les élus de tout bord faisaient leur beurre. maintenant ils font les lingotts, les déloc lisations, les commissions ocultes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s