Galerie

[On reviendra! Solidarité avec les prisonnier-ère-s!] Retour sur le rassemblement devant la prison de Nantes-Carquefou du 29 Décembre 2012.

Vu sur le site internet de la ZAD, le 06/01/2012 :

photo_38629677

Retour sur le rassemblement devant la prison de Nantes-Carquefou du 29 Décembre 2012.

Rendez-vous était donné à 16h sur le parking du centre commercial carrefour de la beaujoire coté McDonald.

A 14h, un chouette départ collectif depuis le parking de la mairie de Notre Dame des Landes permit à tout le monde de venir : une caravane d’une vingtaine de véhicules se met donc en route par la quatre voies Rennes-Nantes, tout warning illuminés, derrière la voiture de tete qui arbore un gros drapeau anti aéroport. N’étant pas pressée, la caravane se déplace à une moyenne de 60 km/h. Quelques voitures de flics le long du parcours mais sans etre suivi ni escorté. A l’approche du centre commercial, nous apprenons de quelques complices que la sortie du périphérique et que l’accès du parking ne sont pas bloqués. Le trajet pour y arriver se déroule sans entrave, peut-etre bien que le fait de partir tous ensemble y est pour quelquechose.

arton2462-0beb7

Une fois sur le parking, de nouveaux complices nous informent qu’un comité d’accueil d’une quinzaine de fourgons de flics, gardes mobiles et CRS avec grilles anti-émeutes, est en place à l’entrée de la prison et sur la route principale y menant. On apprend aussi que les parloirs des proches de prisonnier.e.s n’ont pas été empechés.

Grace à une belle averse qui nous fait nous abriter sous le préau du McDonald, le Mc Drive (là où on prend la bouffe-merde de McDo en voiture) est bloqué, des tracts de l’appel au rassemblement sont distribués. Au bout de 45 minutes et après quelques prises de paroles, notamment sur la manière dont on souhaite que se déroule le rassemblement : l’objectif est de rester ensemble, de rejoindre le plus près les grillages de la prisons, de se munir de citrons, serums physiologique, maalox et masques blancs apportés sur place, de suivre les banderoles de tete (« Non à l’aéroport et à ses prisons », « Face à la répression Riposte immédiate ») et le grand drapeau anti aéroport, et surtout de faire confiance à un groupe qui a pris en charge la stratégie du parcours suivant les informations que donnent les éclaireurs, tout le monde s’équipe de sifflets, banderoles, cornes de brume.

Nous sommes ainsi à vue d’oeil (myope) 500 personnes (1000 selon certains manifestants, 50 selon la police) à prendre la route. Un flic en civil puis deux sont immédiatement repérés et interpellés en mode : « – Alors vous allez nous laisser y aller devant la prison ? » « – Vous pourrez vous en approcher, mais aller devant faut pas y compter ». On va pas se mettre à croire les flics, mais ce genre d’indication a permis déjà d’éliminer le premier plan qui était de se déplacer sur la route principale menant à l’entrée de la prison…trop facile.

On passe donc par les quartiers résidentiels qui jouxtent le centre commercial, après néanmoins une petite feinte de prendre la route principale sur quelques mètres histoire que les flics en civil puissent donner quelques informations qu’ils doivent juste après invalidées. On est sous une pluie battante, on passe par les petites voies des quartiers résidentiels. Tiens ! voilà qu’une voiture avec une sono soud system se joint au cortège et envoie le gros son techno que certain.e.s aiment tant… Aux slogans de « On les aura, on est encore là, Vinci dégage, résistance et sabotage » « la métropole veut nous bouffer, qu’elle crève, qu’elle crève la dalle » « pierres par pierres et murs par murs, nous détruirons toutes les prisons », on arrive au rond point qui permet soit de rejoindre la route principale menant à l’entrée, soit de prendre la route qui longe l’arrière de la prison, soit d’envahir un terrain vague long de 300 mètres qui nous mènerait à un des angles de la prison. A l’angle près des grillages, nous voyons une cinquantaine de flics à pied et nous apprenons que les flics sont en nombre sur la route principale, une seconde feinte nous fait nous avancer vers celle-ci, puis nous rebroussons chemin en direction de la route de derrière.

La prison de carquefou se trouve sur un terrain militaire boisé, non grillagé. Nous retrouvons le bocage. A ce moment, le temps se suspend un peu entre le fait que la majorité des personnes se décide à prendre le maquis, quittant la route, sautant au dessus d’un grand fossé, faisant basculer dans le fossé des blocs de béton pour faciliter le passage des suivant.e.s, et une cinquantaine de personnes qui resteront sur la route, puis se dirigeront vers le barrage des flics. En fait, à ce moment tout le monde se réapproprie l’ « action » selon ses envies et ses possibilités, comme lors de la résistance des 24 et 25 novembre à la Chat teigne et dans la foret de Rohanne.

des-opposants-a-l-aeroport-de-notre-dame-des-landes-manifest_960067

Nous sommes quelques 450 personnes qui nous déplaçons donc sur les 300 mètres de bois qui nous séparent des grilles de la prison. Au son de la battucada, au son des cris de loups.ves et chien.ne.s enragé.e.s du bocage. Devant nous la grosse structure de béton assassin est « protégée » par une trentaine de flics anti-émeute, par grappes de cinq ou six, qui ne font pas les malins. On aura ainsi le rapport de force pour faire ce qu’on a à faire…

Il est 17h15, s’ensuit une heure de débroussaillage (pour créer les sentiers à travers les ronces pour s’approcher plus près et revenir plus vite et plus nombreux.ses !), des slogans, de la lecture de la lettre de Cyril et de sa chanson, de l’information qu’il existe une émission de radio anticarcérale, du nom de Natchav, à Nantes et St Nazaire tous les dimanche soir sur Alternantes… L’air se charge d’encore plus d’émotion, d’énergie, de détermination. La force de ce mouvement saute aux yeux, lorsque tout le monde se montre attentif les un.e.s aux autres, en restant ensemble, en sachant se taire lors des interventions aux mégaphones, en sachant lacher le mégaphone pour pouvoir laisser parler les prisonniers, en permettant des parloirs sauvages. Les prisonniers expriment leur solidarité avec nos camarades emprisonnés, leur rage d’etre enfermé, dénoncent comment dedans c’est la merde, crient qu’ils sont contre l’aéroport eux aussi, Nique l’aéroport ! Il nous laissent meme un contact téléphonique : « Mais appelez nous après la gamelle ! « – C’est à quelle heure ? » « – 18 / 19heures »…Le slogan « Solidarité avec les prisonniers » se hurlent plus fort encore.

fireworks-1

A la tombée de la nuit, deux gros feux d’artifices sont tirés, et nous nous en allons non sans tou.te.s hurler : « ON REVIENDRA ! ». D’ailleurs l’invitation est donnée pour le nouvel an, rdv à minuit autour de ce nouveau bocage occupé une heure ensemble.

Sur le retour, nous retrouvons l’autre groupe resté sur les routes. On se désole de ne pas avoir pris les bottes restées dans la voiture. On se dit qu’on remettra ça. On dit aussi qu’on a pu crier et faire du bruit de l’autre coté, au niveau du blocage des flics. Une voiture à récupérer se trouve derrière deux fourgons de flics. Une petite course d’une cinquantaine d’entre nous fait se déplacer les deux fourgons. En rentrant vers le parking du centre commercial, quelques klaxons d’automobilistes nous saluent. En longeant le carrefour, on fait un peu de bruit, une des portes de sortie de secours s’ouvre de l’intérieur… dommage pour le vigile qui a ouvert la porte du rayon alcool, nous aurons la satisfaction d’un petit apero collectif gratuit. Un autre groupe fait un petit tour dans le centre commercial en gueulant des slogans. Petit vent de panique chez les vigiles au nombre de vingt, ’font pas les malins !

Petit à petit, tout le monde rentre chez soi, malheureusement nous apprendrons que deux voitures de la bac interpellerons l’un d’entre nous en voiture aux environs de Orvaut Grand Val. On a manqué d’attention et à chaque faux pas en face ils en profitent. Il est important de se répéter que l’on doit partir en action ensemble, et revenir ensemble.

Liberté pour nos camardes, liberté pour tous et toutes. Contre l’aéroport et la société prison.

img_4515

PS1 : Le rassemblement était appelé à 16h. Cette heure fut choisie car ce samedi les parloirs ont lieu jusqu’à 17h, malheureusement on nous avait bien dit avant que ce n’était pas « une heure paysanne » (faut s’occuper des animaux).

PS 2 : Ce rassemblement avait été anoncé autant sur internet que par bouche à oreilles sur la ZAD et lors de réunions de différents collectifs. Il est dommage qu’il n’est pas été annoncé dans les quartiers prochent de la prison ou durant les parloirs…

PS 3 : Il est important de voire en ce rassemblement non une action exceptionnelle, mais bien un rendez-vous qui devraient etre régulier, cela peut permettre de faire passer l’envie au pouvoir de mettre en taule certain.e.s d’entre nous. Cela permet aussi de ne pas oublier tous les prisonniers et toutes les prisonnières du système, tisser des alliances, et détruire les murs qui nous séparent.

deux_cerveaux_hbr

Voir aussi une vidéo sur le rassemblement ici :

https://lutteaeroportnddl.com/2013/01/02/contre-laeroport-et-ses-prisons-video-sur-la-manifestation-de-soutien-aux-camarades-en-prison-le-29122012/

guitard-prison-envolee

Voir aussi cet autre compte-rendu vu sur Indymedia Nantes :

Récit d’une manifestation devant la taule de Nantes-Carquefou

Le samedi 29 décembre a eu lieu à carquefou, en banlieue nantaise, une manifestation anti-carcérale en soutien aux camarades zadistes emprisonnés mais aussi à toutes celles et ceux enfermées dans les geôles de l’État. C’est en fin d’après midi qu’un groupe de 300 (?) personnes se regroupe devant un centre commercial proche de la taule avant de partir en direction de celle-ci. Le cortège est animé, et dynamique malgré quelques moments pluvieux à la bretonne et c’est au rythme de la batucada, de la voiture sono et des différents chants entonnés par les manifestants et manifestantes que tout le monde se dirige vers la prison. Au passage des tracts et brochures (Comme un chien enragé http://www.non-fides.fr/?Comme-un-chien-enrage ) sont distribués au passants et passantes.

À l’approche de l’objectif, le cortège constate qu’un comité d’accueil bloque l’accès routier principal. Qu’à cela ne tienne, il est alors décidé collectivement de passer à travers les bois par l’arrière de la taule. Et aux zadistes qui s’étaient faits tout beau pour venir à la ville de remettre les pieds dans la boue… Arrivé près des murs extérieurs, le groupe toujours aussi bruyant y va de plus belle pour foutre le bordel aux abords de la taule et la batucada accompagne les cris et les chants qui sortent du bois vers les barreaux des cellules. Très rapidement ça s’active à l’intérieur, les taulards se mettent aux fenêtres, crient, foutent le bordel, font du bruit avec tous ce qu’ils trouvent et jettent des rouleaux de PQ en feu comme pour souhaiter bienvenue à celles et ceux venus les soutenir. Des prises de parole au mégaphone ont lieu, quelques échanges verbaux avec les taulards, des mots de soutien, des échanges de numéro de téléphone (« appelle après la gamelle ! ») etc. Au total le groupe restera une heure à proximité des murs avant de s’en aller au soleil couchant sous quelques feux d’artifices qui viennent clôturer les échanges. Au vue de l’excitation provoquée par ce rassemblement à l’intérieur de la taule, la soirée a du être longue pour les matons…

Tous et toutes rejoignent la route et rentrent groupés jusqu’au centre commercial. Au passage, comme pour finir en beauté, les manifestants et manifestantes ont l’heureuse surprise de trouver une des portes arrière du magasin Carrefour ouverte et peuvent ainsi faire quelques courses à moindre coût… On déplorera cependant une arrestation en fin de rassemblement, a priori par la BAC. La personne interpelée serait sortie le lendemain matin sans poursuite.

Il est important de garder à l’esprit que la lutte menée sur la ZAD subit la violence d’un État qui se sent en danger et que celui-ci n’hésite pas à enfermer dès qu’il le peut. Mais lutter contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes c’est aussi lutter contre le monde qui va avec et le monde qui va avec c’est le capitalisme, l’État et ses prisons de toutes formes. Parce que la lutte anti-carcérale doit être comprise comme partie intégrante des luttes qui sont les nôtres, l’enfermement comme une technique contre-révolutionnaire, alors à l’extérieur comme à l’intérieur nous la mèneront.

Pierre par pierre et mur par mur, nous détruirons toutes les prisons,

VINCI DÉGAGE, RÉSISTANCE ET SABOTAGE !

CRÈVE LA TAULE !

1242748982qMDCay

Ci-dessous, l’appel au rassemblement.

Contre l’aéroport et ses prisons

Parce que dans ce bocage, dans ces champs de gadoue, autour de ses barricades, lors de ces tambouilles gargantuesques, dans les rues de Nantes et partout en France, nous sommes toutes et tous ensemble contre leurs machines et leur monde du saccage… Rassemblons-nous devant les murs de la prison pour faire entendre notre solidarité et notre détermination à rester ensemble.

Ce projet d’aéroport, ils veulent le faire passer par la force. Ils occupent, ils essayent de contrôler et de bloquer la zone, ils fouillent, ils foutent la pression, ils tentent de manipuler, de diviser ; nous les évitons, nous les perturbons, nous continuons à vivre, à construire et à résister encore et encore.

Certain.es d’entre nous ont été condamné.es à des interdictions du territoire, de la Zad ou du département pour 1 ou 2 ans, à de la prison avec sursis, et dernièrement à des peines de prison ferme de deux et cinq mois. Lors des procès, les procureurs de la république justifient les peines prononcées comme “n’étant pas des peines contre le mouvement de contestation du projet d’aéroport, mais contre des actes délictuels”. Nous voulons affirmer que dans cette résistance contre les expulsions, nous ne nous habituerons pas à leur présence, à leur répression, et nous continuerons à lutter pour qu’ils dégagent.

Ils tentent de nous intimider, nous leur répondons que ça ne fonctionne pas ! Ils tentent de nous isoler physiquement, ça ne se passera pas comme ça !

RASSEMBLEMENT BRUYANT DEVANT LA PRISON DE NANTES/CARQUEFOU SAMEDI 29 DECEMBRE

Rendez-vous à 16H00 au parking du centre commercial Carrefour La Beaujoire du côté du Mc Donald

Pour s’y rendre depuis le périphérique de Nantes : sortie n°41 , le centre commercial est situé entre la route de paris et le boulevard de la Beaujoire.

2112493818

2 réponses à “[On reviendra! Solidarité avec les prisonnier-ère-s!] Retour sur le rassemblement devant la prison de Nantes-Carquefou du 29 Décembre 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s