Galerie

[Liberté!] Des enfants, par milliers, à Notre Dame des Landes

Vu sur reporterre.net, le 04/01/2012 :

« La forêt de Rohanne, c’est sûrement, pour des jeunes filles, un des lieux les plus sûrs existant à l’heure actuelle sur le territoire français, tant y sont peu tolérés, par principe, les comportements sexistes et machistes »

Serge Quadruppani – 4 janvier 2013


Et la Mère, fermant le livre du devoir,
S’en allait satisfaite et très fière, sans voir,
Dans les yeux bleus et sous le front plein d’éminences,
L’âme de son enfant livrée aux répugnances.

Rimbaud, « Les poètes de 7 ans »

On était partagé entre la rage et l’hilarité en tombant par hasard à la télé sur le feuilleton de fin d’année, cette invraisemblable mobilisation des médias avec envoyé spécial en direct de Notre Dame des Landes, racontant aux téléspectateurs une histoire de fugue avec parents affolés.

Ces géniteurs peu avisés se comportaient comme si leurs filles avaient été enlevées par une secte, alors qu’elles avaient décidé, plutôt que d’aller traîner en boîte ou de se tripoter le portable, de mener à bien un excellent projet de formation politique et culturelle en se rendant sur la ZAD.

Et les commentaires les plus crasseux de traîner sur internet, invoquant un fantômatique détournement de mineures sans aucun fondement juridique ou daubant la présumée étourderie de ces jeunes filles alors que leur détermination raisonnée a été reconnue par le procureur lui-même…

Notons au passage que la forêt de Rohanne et alentours, c’est sûrement, pour des jeunes filles, un des lieux les plus sûrs existant à l’heure actuelle sur le territoire français, tant y sont peu tolérés, par principe, les comportements sexistes et machistes. La rage l’a emporté quand on a entendu, sans que personne n’y trouve apparemment à redire, que la jeune fille de 17 ans (à un an de la majorité, donc !) a eu droit, à la demande de la justice, à un transport à l’hôpital, à un entretien avec un psychiatre et à un interrogatoire par la police judiciaire.

Manquait plus que le test de virginité. Pour finir, les médias ont mis une sourdine quand Valls a avoué que « ce serait dangereux pour les gendarmes d’essayer d’aller chercher » la demoiselle de 16 ans qui n’a pas voulu se soumettre à l’ordre parental.

Pour calmer la colère et la garder pour des jours plus propices, on a commencé à rêver : et s’il en venait de plus en plus, des « fugueurs » et des « fugueuses », et de plus en plus jeunes ?

Et si Notre Dame des Landes était l’occasion de renouer avec une histoire qui va des croisades des enfants et des pastoureaux aux manifs lycéennes d’aujourd’hui en passant par celles des lycéens au XIXe siècle (plus de 200 mutineries en France dans ce siècle-là) et celle des écoliers anglais en 1911* ?

Imaginons : des centaines, bientôt des milliers d’enfants sortant des établissements scolaires, parcourant le pays, et convergeant vers le bocage nantais pour y construire une autre vie… Les vieux de 20 ans bientôt dépassés et ravis… Les zéros du gouvernement s’arrachant ce qui leur reste de cheveux…

…le beau slogan du Front de Libération de la Jeunesse de 1970 réapparaissant sur les banderoles entre les arbres :

Nous ne sommes pas contre les vieux mais contre ce qui les a fait vieillir.

A vous d’imaginer la suite…

…………………………….

* Voir le superbe article de Danièle Rancière ici

« Libérer les enfants ? Mais ce serait plus beau que d’ouvrir les cabanons ! » Roger Gilbert-Lecomte

Source : Quadruppani Blog

Illustration : Northwestern university

Lire aussi : Voici pourquoi la jeunesse aux Etats-Unis ne se révolte pas

6 réponses à “[Liberté!] Des enfants, par milliers, à Notre Dame des Landes

  1. La jeunesse emmerde l’Ayraultporc national !

  2. l’article publié est très riche, de même la réponse de Gwénael.
    lui renvoyer que sa critique se retourne sur lui même, c’est faire du ping pong verbal, attitude qui a rendu insipide et impuissant le gauchisme.
    Par ailleurs il serait juste et utile que la ZAD donne sa version la plus exigeante sur ce qui s’est passé avec les parents de « camille ». Y a t-il eu menaces, ont-ils été molestés…qu’ils soient /ou pas/ des parents « géniteurs peu avisés/ n’est pas le fond du problème…
    En accord avec les bonnes intentions de « gagner l’opinion » qui se sont exprimées lors de la rencontre des comités du 15 décembre, ceux , celles, qui vous soutiennent et qui sont loin, souhaitent être informé-e-s avec clarté. bonne journée à tous, ensemble pour gagner cette lutte en 2013.
    yan pol, un vieux!.
    nb: drôle de hasard qui n’en est pas un, est que cette jeune femme se nomme CAMILLE. vous l’aurez relevé j’imagine bien.

  3. Pingback: France : [Liberté!] Des enfants, par milliers, à Notre-Dame-des-Landes « Quartier Didot – Porte de Vanves

  4. C’est tellement rare une belle écriture pleine de sens sur ce blog que cela mérite d’être salué. Enfin un texte qui semble être construit à partir de quelques réflexions de fond sur l’émancipation, l’utopie ou le sens de la révolte. Un texte qui cite des épisodes d’une histoire de la révolte qui ne s’arrêtent pas de façon automatique (et bêlante) au larzac ou à plogoff, un texte qui n’use pas d’une réthorique écologiste culpabilisante pour faire la leçon aux ignorants. Un texte qui s’il parle de « géniteurs peu avisés », ne transforme pas ces parents (ou adultes) en « ennemi » ni en « collabo » toutes les deux lignes. Un propos enfin qui tourne en dérision la peur du sectarisme que peuvent ressentir beaucoup d’ignorants à la cause.
    Il faut bien avouer pourtant que cette peur de la secte est alimentée à mon sens par un grand nombre de commentaires d’anti-aéroport, notamment sur ce blog, qui s’expriment trop souvent en terme de bien et de mal (eux contre les autres), dans les mêmes termes que ceux qu’ils dénoncent, en nous vendant régulièrement un retour aux bonnes vieilles valeurs du terroir (protéger les valeurs de la paysannerie), de propriété de territoire (on est là, c’est nous qu’on a le droit d’y être et pas les zôtres), de ceux qui méritent d’en être et ceux qui ne le méritent pas, tout cela mélangés parfois à un goût douteux pour une nature déifiée ou l’anthropomorphisme (penser ce que pense la salamandre) sert un discours où l’humain est par nature ennemi de la terre.
    Et en passant le fait que Quadrupanni qui pense avant d’écrire, le fait que ce gars vende des livres (c’est un auteur) va-t-il lui attirer des remarques débiles sur son accointance avec le « show-bizz » comme la chanteuse Emily Loizeau en a reçu de la part du sémillant julien merlaud qui l’interview sur une vidéo diffusée sur YouTube.
    Dès que la lutte sortira des réflexes conditionnés qui transforment en ennemi ou en collabo toute incompréhension, toute ignorance, tout cliché et sortira elle-même des clichés qu’elle charrie sur « les autres, ces beaufs à écran plat qui bouffent du tf1 à longueur de journée ». Dès que la lutte critiquera son propre systémisme comme la reproduction en série d’un argumentaire (dire que l’aéroport de nantes-atlantique est sous-utilisé par exemple), l’utilisation sans recul d’éléments de langage comme dans la comm’ (ici donc « collabo », « ennemi », « compromission », « autonomie », « terrorisme d’état » et tous les mots dans la colonne de droite, dans le nuage de tags) sans même s’interroger sur le sens de ces mots, dès que la lutte se demandera si elle n’est pas en train d’inventer une nouvelle religion à force d’utiliser en boucle des paroles comme un fidèle psalmodie une prière, quand cette lutte sortira de l’idée que du troupeau naîtra le messie, alors d’autres se diront que oui, on peut aller soutenir une lutte pour un autre modèle de société qui parle à hauteur d’homme, débarrassée des fantasmes d’une mère-nature vénérée comme la sainte-vierge ou d’un code comportementaliste à adopter avant de parler à un zadiste persuadé que tu es un indic qui va le dénoncer.
    Bises
    gwenaël

    • bon on a des choses à dire à propos de comm mais là on va être pas mal occupé par l’aide au festoch donc on pourra pas te répondre avant le début de semaine prochaine.
      Une seule chose vite fait: c’est assez drôle de remarquer à quel point tu critiques beaucoup sur la forme (mots employés…) et que finalement ta critique peut se retourner contre toi (utilisation constante d’une crtique peu constructive avec utilisation de clichés)
      D’accord avec toi sur l’auto-critique mas peut-être qu’il faudrait aussi commencer par toi-même.

      A bientôt,

      un membre du CLCA

  5. Heeuuuh….juste une question…à quel âge est-on considéréE comme vieilles ou vieux???
    Superbe article entre nous soit dit!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s