Galerie

Des nouvelles fraiches de Cyril, camarade en taule pour 5 mois pour avoir défendu la ZAD et ses habitant-e-s: « Ils n’auront pas notre peau ni celle de la terre. »

fin_du_monde-bf2d4

Vu sur Indymedia Nantes, le 25/12/2012 :

Le 24 décembre 2012, nous publions une nouvelle lettre de Cyril (à la suite…).

N.B du CLCA : voir ici sa première lettre : 

Cyril s’est fait condamner en comparution immédiate fin novembre après s’être fait arrêter sur la zad par des gendarmes infiltrés sur une barricade. Rappel des faits en lisant cet article (https://zad.nadir.org/spip.php?article785).

Le nom de famille de Cyril n’est pas publié ici, il est fort possible que l’administration pénitentiaire prenne prétexte de ce que son nom n’est pas indiqué sur les plis pour ne pas lui faire suivre son courrier. On nous a prévenu cependant que des lettres avec prénom et numéro d’écrou lui étaient parvenues. Si vous ne voulez prendre aucun risque vous pouvez transmettre vos courriers et/ou lettres au comité de soutien qui transmettra :

– Comité de soutien des inculpées, le gué, 44220 Coueron

– Centre pénitentiaire quartier maison d’arrêt Cyril n°d’écrou 57360 rue de la Mainguais 44300 Nantes

on peut aussi envoyer des sous pour le Collectif anti répression à cette même adresse avec pour ordre Comité de soutien des inculpées.

A noter également qu’il ne pourra recevoir de visites avant fin janvier et qu’il préférera recevoir d’abord celles de ses proches.

Une rubrique a été crée pour recueillir les Messages de solidarité avec les inculpés :https://zad.nadir.org/spip.php?article728

Très chers camarades
le 19/12/2012

Beaucoup d’émotion sort de votre lettre. Je ne peux m’empêcher de verser des larmes en la lisant. Ces mêmes larmes se transforment en encre indélébile, de mes pensées sincères et profondes à votre égard. Vous me manquez. Mais je reste fort. Pour vous et pour tous ceux qui croient en cette cause et continuent la lutte à travers l’écriture aux quatre coins de la France. Quand nous sommes reconnus et soutenus. Cela fait maintenant 23 jours que je suis séparé de notre Terre. Je n’ai toujours pas le droit de téléphoner, de voir ma famille, mes amis et vous tous camarades. Sans compter la privation de liberté. Mais grace à vous tous et vos nombreuses lettres de soutien, les journées se passent. Alors merci à tous. Je ne regrette rien quand c’est avec mon coeur que je milite et l’on ne peut me l’enlever. En enfermant ou en brutalisant des etres humains ; se battant pour la vie, la terre, la liberté. […] [Pourquoi cette] interdiction de séjour en Loire Atlantique, ma terre natale. Pour une durée de deux ans. Sous peine d’etre de nouveau emprisonné […]. Est-ce normal ? Ont-ils peur de nous ? Se rendent-ils compte de leur erreur ? Que cherchent-ils chez nous ? Il n’y a pas d’argent à voler. Quand nous on partage tout pour ceux et celles qui en ont besoin. Leur porte-feuille est déjà bien plein de nos richesses. Qu’il laissent la terre de nos anciens à leurs enfants, à nos enfants, à tous ceux qui aiment notre belle nature ? Nous ne sommes pas des marginaux. Nous sommes tous differents, unies pour la vie à celle de notre terre. Dans notre combat inégal pour lemoment mais qui perdure depuis moulte générations, nous vaincrons.
Tenez bon camarades ! Je vous envoi à travers mes écrits toute ma force de vivre et j’ai de la réserve. Je vous respecte tous camarades zadistes au coeur vayant, militant de toutes parts. Agriculteurs, merci car sans vous nous crèverions de faim ou de malbouffe. Séchons nos larmes et restons unies, c’est ce qui nous fera gagner.
Ne nous laissons pas prendre au piège de ce systême si misérable. Nous valons mieux, force et courage sont nos étandars. Ils n’auront pas notre peau ni celle de la terre.
Tenez bon, je compte sur vous et je vous fait un nouveau cadeau pour les fêtes de noël. Cette chanson se chante avec un solo puis un coeur sur le ton de la résistance.

bocage

“ZAD Le cri des opposants”

solo : Que voulons-nous pour cette terre ?
coeur : Nous voulons le temps
solo : De partager ces richesses
coeur : avec nos enfants
Face aux dirigeants
Cette planète la terre mère
Nous apporte tant
Tout ces espoirs d’une vie prospère
Pour tout militant
ans le respect de nos confrères
Et de tout ces gens
Unis contre toute cette misère
Que veulent-ils vraiment
Avec leur horde de faux-frères
Qui nous rentre dedans
Nous ne nous laisserons plus faire mes frères
Par ces oppréssants
Des directives volontaires
Du gouvernement
Plantons des arbres remuons la terre
Les deux pieds dedans
Main dans la main comme en temps de guerre
Pour tous nos enfants
Protégez-la cette belle terre
Qui nous rend vivants
Non aux avions non à la guerre
Il est encore temps
Pour toutes nos soeurs, pour tous nos frères
Nous restons devant
Face au soleil, près de notre mère
Le visage souriant
Toujours plus beau qu’en temps de guerre
Pauvre gouvernement
Ne voient-ils pas cette colère
Dans les yeux de nos enfants.
Que veulent-ils de notre terre
Surement plus d’argent
Nous ne voulons pas de leur terre
Mais celle de maintenant
Une terre si belle et si prospère
Pour nos enfants
Entendront-ils le cri de la terre
Que pousse tout opposant
Une révolte contre toutes ces guerres
Pour encore plus d’argent
Rien que du bitume et du nucléaire
Nous sommes les opposants
D’une révolte de la misère
Maintenant il est temps
Marchons devant et pas derrière
Nous sommes les opposants
Main dans la main, les pieds sur terre
Le regard vaillant
Restons unis, restons sincères
Car il est encore temps
Debout mes frères, hisse ta barrières
Nous sommes les militants
Main dans la main, les pieds sur terre
Le regard vaillant

Cyril

AFFICHE-ZAD-7b45e
Voir ci-dessous une des nombreuses lettres de soutien reçues par Cyril :
Cyril,

En ce jour férié tes camarades de la ZAD et des comités de 
soutien pensent à toi.
Nous savons que tu es incarcéré à tort car nous savons notre 
combat juste, et que le pouvoir a tort.

Je veux te faire part ici du combat que je mène depuis plus de 
trente ans, la conscience ouverte par un livre que j'ai lu à l'âge de quinze ans en 1974, intitulé
«L'homme ou la nature?», écrit par Edouard Bonnefous, sorti en 1970 (!) dont je cite
ici un extrait de la quatrième de couverture: 

«La mer est désormais traitée comme une poubelle géante. . La forêt est exploitée de
façon abusive. De nombreuses espèces animales disparaissent. Les sites se dégradent.
Les aliments sont contaminés. La pollution envahit les villes. Le péril radioactif
s'accroît. .» 

Tu vois, notre préoccupation n'est pas nouvelle, il est juste devenu urgent d'y
répondre. Je précise qu'Edouard Bonnefous n'était pas «anarcho-libertaire
soixante-huitard», pas même hippie: Il avait été longtemps ministre de plusieurs
gouvernements!

A l'âge de vingt-deux ans, le 10 mai 1981, je m'installais paysan et construisais
moi-même ma ferme (quasi-bio) sur les cinq hectares dont je venais d'hériter. Sans
diplôme agricole, sans subvention, j'avais juste travaillé à l'usine pour acheter
les matériaux de ma ferme, mes dix premières brebis, une douzaine de chèvres,
quelques lapines, une caravane pour me loger provisoirement. J'avais une quarantaine
de ruches venant de mes grands-pères et le matériel adéquat depuis plusieurs années.

Et durant les quatorze années de mon activité agricole, j'ai vu mes impôts et mes
charges sociales augmenter sans cesse, bien plus que l'inflation, et parallèlement
le prix de mes produits baisser. Si bien que j'ai toujours gagné, du début à la fin,
2000 francs nets par mois, malgré une constante modernisation de mon exploitation et
constante optimisation de ma méthode de travail (sans parler de l'accroissement
naturel et la fidélisation de ma clientèle). A raison de 70 heures de travail par
semaine pendant six mois et 35 heures les six mois d'hiver, ça ne faisait pas lourd,
d'autant que 2000 francs en 1995 n'avaient rien à voir avec 2000 francs de 1981...
Tu vois: Le mépris des socialistes pour le monde agricole ne date pas d'aujourd'hui,
et il faut que je ne sois pas rancunier pour avoir voté pour eux en 2012! Nous
savons que nous n'avons rien à attendre de la droite non plus.

Il nous faut donc réinventer notre monde, émancipés des idéologies prêtes à porter
qui, devenues alliées objectives l'une de l'autre, bloquent et sclérosent notre
société. Nous en sommes capables, nous sommes lucides, notre conscience mûre et
éveillée, il ne nous manquait que la détermination apportée par vous les zadistes,
et s'il nous faut prendre des bastilles, nous les prendrons.

Courage mon frère: Les morts-vivants vont devoir choisir entre la mort et la vie,
dès cette année 2013 que je te souhaite belle et ensoleillée, même si elle doit
commencer à l'ombre.

Avec mon amitié fraternelle, Jean-Luc.

3 réponses à “Des nouvelles fraiches de Cyril, camarade en taule pour 5 mois pour avoir défendu la ZAD et ses habitant-e-s: « Ils n’auront pas notre peau ni celle de la terre. »

  1. Clea Mounette

    L’ Ayrault port de Notre Dames des Landes c’est Cécile Duflot qui en parle le mieux

  2. Philippe le Moller

    La rubrique « zad.nadir.org » fait apparaître une fenêtre indiquant que la connexion est piratée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s