Galerie

Zad, la solidarité n’est pas un vain mot ! Récit d’une visite de soutien sur la ZAD le 16/12/2012

Vu sur presqu’île gazette.net, le 19/12/2012 :

écrit par jacinte grenier

Alors que la météo agitée de ce dimanche 16 décembre me fait un peu hésiter à prendre la route pour Notre Dame des Landes… comme un signe, j’entends à ce moment-là sur Fip-Radio « La protest song » d’ Hamon-Martin-Quintet (voir vidéo sous le diaporama).

Au Carrefour des Ardillières, ouf pas de blocage policier comme la veille, aujourd’hui ça passe ! A partir du lieu-dit Les Domaines beaucoup de voitures sont rangées sur le bas-côté : les comités de soutien sont venus en nombre ce week-end (150 répartis sur toute la France). Plus de 400 personnes se sont croisées au cours de ces deux journées riches en échanges, discussions, récits des actions des un-e-s et des autres, énergies et idées folles bientôt réalisées, zad.nadire.org

Le lieu d’intendance et de ressourcement a déménagé de la Vache Rit pour se cantonner dans un champ un peu plus loin. Là sont dressés deux chapiteaux, l’un pour les réserves et l’autre servant de cantine. Des sympathisants apportent des caisses d’ aliments tandis qu’à l’intérieur quelques zadistes rangent. La solidarité fonctionne plus que jamais.

7-des-provisions-a-la-chaine.jpg

Un peu plus loin, un campement à côté de la ferme de la Rolandière accueille des tentes et quelques caravanes. La pluie de ces derniers jours a rendu le terrain  très boueux, les bottes sont indispensables et des cheminements de palettes et autres branchages facilitent un peu les déplacements des uns et des autres.

Là je rencontre Thomas, qui vit là depuis deux mois maintenant :

« On est habitués et c’est pas ça qui va nous arrêter. »

Je reprends la petite route qui mène à la Chataîgne, lieu emblématique où se sont reconstruites des cabanes grâce au matériel apporté lors de la manifestation de réoccupation du 17 novembre et qui continue d’arriver en dépit des barrages policiers. Ces cabanes sont protégées par une ronde de tracteurs enchaînés les uns aux autres depuis la menace de leur destruction (jugement du 11 décembre actuellement dans l’attente d’un recours).

Pas moins de six fourgons de Crs sont stationnés au carrefour de la Saulce qui y mène, ils n’ont pas enfilé leur tenue de robocop ce dimanche mais on se demande ce qu’ils font là… présence policière pesante, inutile, provocatrice ettrès coûteuse !

18-quelques-fourgons-on-se-demande-pourquoi-on-les-paye.jpg

Sur le chemin de Suez plusieurs barricades ont été érigées pour protéger les cabanes de la Chataîgne. Je m’arrête pour discuter un peu près de celle baptisée joliment « Barricade des Bisous »  ; quelques guirlandes et boules de Noël sont accrochées aux branches des arbres, sur la Zad on se prépare aussi pour les Fêtes de fin d’année !

« Je viens de Rennes où je fais des études de Théâtre et je passe de temps en temps plusieurs jours sur la Zad. J’aime la campagne, le calme. Tout à l’heure j’ai fait une sieste là-haut entre les deux troncs d »arbre je voyais le ciel, c’était génial ! » me confie Louise, jeune fille souriante et heureuse d’être là.

Quand je lui demande si les conditions météo, la pluie, le froid, la boue ne sont pas trop difficiles à vivre, son optimisme fait plaisir à voir :

« J’ai fait une nuit blanche mais tout à l’heure une petite sieste et je peux aller au sleeping quand je veux, là on doit enlever nos bottes, c’est chauffé, on reprend des forces ! »

Tout autour de la barricade les jeunes s’activent, réaccrochent une pancarte, entretiennent le feu du brasero, échangent rires et plaisanteries :

« Ceux qui nous considèrent comme des anarchistes, radicaux, violents… ne sont jamais venus sur place juger par eux-mêmes, ni voir la façon dont on vit ici, entre nous. C’est une certaine presse qui véhicule cette fausse image. On n’a pas de leaders, les décisions sont prises en commun, chacun oeuvre à sa façon. »

25-noel-se-prepare-sur-la-zad.jpg

C’est ce que j’ai constaté, à chacune des fois où je me suis venue sur la Zad : on se croise en souriant, en se saluant, on se parle avec simplicité, on participe collectivement aux travaux de construction avec imagination et créativité.

Quand je suis arrivée à la Chataîgne j’ai pu juger sur place cet esprit de groupe en assistant au montage d’une nouvelle structure en bois qui servira de crèche aux plus petits des zadistes ! Il y a des leçons à retenir ici : apprendre à construire ensemble, mettre en commun les savoirs, transformer, fabriquer avec peu, en recyclant, le tout en se respectant mutuellement. Les sourires après l’effort parlent d’eux-mêmes !

37-effort-collectif-c-est-beau-a-voir.jpg

Romain vient de Nantes de temps en temps « pour aider à construire » me confie-t-il,« nos décideurs, vivant dans leur sphère, feraient bien de temps à autre d’en sortir, d’enfiler une paire de bottes et de venir voir sur place. »

Car, au-delà de la lutte contre ce projet d’aéroport inutile, coûteux, nuisible, c’est un exemple de vie alternative, mise en place depuis plusieurs années sur le site de la Zad, riche de créativité et de solidarité dont on pourrait largement s’inspirer pour mettre un peu plus d’humanité dans notre monde actuel si individualiste. Des idées à piocher sans modération !

Sur le chemin du retour, à la dernière barricade, un jeune me tend un ballon :

« C’est pour vous, vous le mettrez chez vous en souvenir de la Zad ! »

Je suis restée un moment là aussi, pour discuter en partageant un apéro improvisé de vin de noix (délicieux !) avec ceux qui s’apprêtaient à passer leur nuit de garde autour d’un brasero.

41-brasero-barricade-merci-pour-l-apero.jpg

« On reste là car on ne sait pas ce qu’ils mijotent, même s’il est peu probable qu’ils lancent une grande opération avant les fêtes. »

Une fois de plus, je suis revenue de la Zad, tout à la fois émue et heureuse de ces rencontres. Ce soir je pense à eux, à leur courage, leur énergie et leur détermination et au sentiment de joie qu’on éprouve lorsqu’on avance ensemble jusqu’ au bout de nos convictions.

Merci à ceux qui ont accepté de témoigner et de m’avoir laissé leur contact, à bientôt.

Vidéo sur le passage en force des tracteurs apportant du matériel de construction, merci à Tanne.

42-cadeau-zad.jpg

Et pour guincher sur du très bon son, voici la vidéo d’un groupe breton excellent :

Hamon-Martin Quintet chante Notre-Dame des oiseaux de fer

Une réponse à “Zad, la solidarité n’est pas un vain mot ! Récit d’une visite de soutien sur la ZAD le 16/12/2012

  1. Très sympa, ce petit « reportage » de visite à la ZAD. En tout cas, pour qui ne sait pas ou n’est pas convaincu qu’il s’agit d’une réelle « zone humide », il suffit d’aller voir sans oublier d’amener des bottes, et c’est ce qui fait appeler aussi tout le coin, le « château d’eau de Nantes ». Je me demande d’ailleurs si le béton de Vinci résisterait à des avions roulant dessus sans que les pistes se fissurent…!
    C’est un plaisir d’entendre Mathieu Hamon avec cette chanson, ce spécialiste du chant breton que j’ai pu voir il y a des années à « Ti Ken », à St Vincent/Oust 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s