Galerie

[Notre-Dame-des-Landes] Lettre d’un cégétiste à l’union départementale CGT 44

Vu sur le jura libertaire, le 17/12/2012 :

Lettre envoyée à mon syndicat suite aux prises de position de certains responsables départementaux sur le projet de NDDL

Hasta la victoria siempre.

Laurent

Militant Cégétiste et engagé dans le combat contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, je suis en désaccord avec les prises de positions exprimées par différents responsables départementaux de la CGT sur ce dossier. Y a-t-il eu un débat au sein de l’UD sur ce projet qui permet à certains seulement de s’exprimer ? Dans le numéro de janvier 2012 de l’Union des Travailleurs Anthony Lemaire, après avoir pris quelques pincettes : « Il n’est nullement question pour nous de discuter de l’opportunité de ce projet », rédige un article ou il n’est jamais envisagé que l’aéroport ne puisse jamais voir le jour. Cet article aurait pourtant pu être l’occasion d’ouvrir le débat sur un projet qui divise les organisations politiques, à gauche en particulier mais aussi les organisations syndicales.

Le lundi 10 décembre, Yves Tual s’exprimait sur Télé-Nantes et défendait mordicus le projet de Notre-Dame-des-Landes. Parlait-il au nom de la CGT, ou en son nom propre ? Les propos caricaturaux tenus, au cours de cette émission, n’ont pas servi à éclairer ce débat pourtant utile sur la pertinence qu’il y a ou pas à construire cet aéroport. Pourquoi parle-t-il de squatters professionnels ? Il les connaît ces jeunes militants qui dénoncent un modèle de développement mortifère pour les prochaines générations ? Au nom de l’emploi il faudrait donc produire tout et n’importe quoi ? Bien sûr qu’il faut des infrastructures, mais pas pour remplacer celles qui existent déjà. Quel avenir pour Airbus à Bouguenais ? Qui va payer pour la piste indispensable à l’usine ? D’accord il faut des avions mais est-il normal d’aller en avion à Paris ou à Lyon ou faut-il mieux développer le rail pour les liaisons internes ? Quel développement pour l’Ouest de la France si les infrastructures ne servent au final qu’au Pôle Métropolitain Nantes – Saint-Nazaire ? Qu’est-ce qu’on mange demain si on continue à artificialiser les terres agricoles ? Après avoir été le lieu des convergences des luttes ouvrières et paysannes de la fin des années 60, ne reste-t-il plus rien en Loire-Atlantique de cette solidarité entre ouvriers et paysans ? Qu’est-ce qui reste pour les zones sensibles, les zones humides, la biodiversité ? L’histoire ne nous a-t-elle pas appris que les premières victimes de la pollution ce sont les travailleurs : les milliers de morts de l’amiante, les ouvriers agricoles victimes des pesticides, ceux de Seveso, Tchernobyl, Fukushima… Plus 4°C en moyenne d’augmentation de la température avant la fin du siècle : qui va souffrir ? Les actionnaires des grands groupes ou les travailleurs ? Les pauvres ou les riches ? Faut-il limiter le débat à la seule alternative croissance ou décroissance comme le dit Yves Tual ou a-t-on le droit de réfléchir à un autre mode de développement ? Le bonheur passe-t-il par le toujours plus ou par le mieux ?

Pour en avoir été témoin direct, je peux dire qu’en trente ans de militantisme associatif, politique ou syndical, jamais je n’avais assisté à un tel déchaînement de violence de la part des autorités. Les médecins présents sur place ont fait écho dans la presse des violences infligées aux opposants. La CGT s’honorerait à au moins dénoncer la répression inadmissible infligée aux opposants.

Toutes ces questions auraient pu être posées si un vrai débat avait eu lieu au sein de notre organisation syndicale. Au lieu de cela on laisse parler en notre nom, un leader syndical, déconnecté des problématiques de demain, engoncé dans ses certitudes productivistes, méprisant pour tous ces jeunes qui réfléchissent [et] essayent d’inventer un autre monde.

Par ce courrier, je demande à l’UD 44 d’organiser le débat sur le projet de Notre-Dame-des-Landes et une dénonciation claire et nette de la répression.

Fraternellement

17 réponses à “[Notre-Dame-des-Landes] Lettre d’un cégétiste à l’union départementale CGT 44

  1. appelle ça de la langue de bois, moi j’appelle ça respect de la démocratie interne…

  2. LA LANGUE DE BOIS DU VIEUX SYNDICAT STALINIEN BOUGE ENCORE DANS LA BOUCHE DE SES « RESPONSABLES »:
    – » Le débat sur l’aéroport a eu lieu à tous niveaux (UD44, ULs, Syndicats,…) et il est loin d’être clos . Le fait que les opinions soient tranchées et antagonistes ne permet pas une communication claire vers l’extérieur pour l’instant. « -.
    La langue à repasser,, lourde comme un avion n’est pas tranchée non plus claque au nez des question comme une porte de cachot…
    .Faut pas s’étonner, encore une fois…
    Steph.k.

    • Lorsqu’une « démocratie interne » est respectée, je crains pour une Démocratie Directe concernant le plus grand nombre….
      Les marchés, les dictatures, les oligarchies « respectent » beaucoup leurs « démocraties internes »….
      Quelle splendide naïveté dans l’aveu!!!
      Steph.k
      http://nosottros.incontrolados.over-blog.com

      • bien on se gausse, on se marre mais si je te dis respect des décisions collectives, tu comprends mieux ? Les petits Durutti électroniques sont d’une mauvaise foi confondante…et sont donc aussi forts dans la langue de bois, même si la leur a l’avantage de bourgeonner à défaut d’être vraiment fleurie. En attendant, la CGT 44 fait cette déclaration : http://lacgt44.fr/spip.php?article189

      • pitoyable votre position collective ! Quel courage politique ! Les syndicats et partis et leur logique de moutons de panurge envers leurs dirigeants… elle est où la liberté de penser et d’agir différemment là dedans ?!
        Défendre des emplois qui sont au service de grandes multinationales, quel est la cohérence de ce syndicat qui se revendiquait encore il y a peu révolutionnaire ?!
        Mais merci de nous montrer encore une fois que le syndicalisme révolutionnaire est loin de toute idée révolutionnaire justement…

      • Waoufff! Ma tête!
        Nous, qui vivons en démocratie directe, ne savons pas grand chose de NDDL à part moi-même qui essaie de suivre un peu vos débats…difficiles à suivre.
        Mais il me faut dire que la démocratie directe existe. Nous, citoyens chuiches, avons voté en masse pour la sortie du nucléaire. Et je viens d’entendre que notre vieux coucou Mühleberg, centrale à un seul réacteur, va être complètement refaite pour être remise en fonction dès 2017 alors qu’il est prévu que plus aucune centrale doit fonctionner dès 2024. Nous allons devoir payer plus pour les énergies renouvelables, mais si ce fric passe dans les réparations de cette centrale…
        C’est pas beau, la démocratie?
        Bon…au moins, chez nous, ce genre d’infos n’est pas censuré!
        Une aspirine…vite!

      • Encore le coup du « respect des décisions collectives »…Aux yeux de l’amateur du « langage fleuri » sans doute manquait-il une louche de clystères illustrant avec brio son discours respirant « la fausse conscience » , la « double pensée » et le « prêt à porter » du babillage syndicaliste… »Décisions collectives »…Collectives de quoi? de qui? en quoi et à quel propos… . »Décisions collectives » de la centrale de Montreuil réunissant dans une pièce exigüe un petit cénacle d’habilleurs ?
        Nan mais qu’est-ce qu’on se marre!!!
        D’ici à quelques jours nous ferez-vous le coup selon lequel s’opposer à l’ayraultporc renvient à s’opposer au « sacro-saint droit des travailleurs » à « travailler »,-(peu importe en quoi et pour quoi/pourquoi!)- que le « Grand-Ouest » et ses tarmacs tout pleins de beaux « navions » est « une chance » pour l’emploi (idem pour l’EPR, ou pour le maintien en activité de sites nucléaires tels Fessenheim et de tant d’autres)…

        Sans doute là aussi notre « orateur » estimera t-il (en dépit de son opposition apparente au projet imbécile et nuisible dont il est question) que la remise en cause radicale de cette société basée sur l’exploitation de la misère et de la répartition des contraintes, véhiculée par « d’irresponsables gauchistes vociférants » compromet les « chances de demain »(?): » la reprise, la relance, l’économie, la prospérité, le « droit au travail ». »….Décidément, en examinant à la loupe ce que sont les mystérieuses « décisions collectives » qu’il s’agit de « respecter », on découvre un art consommé de la duplicité en politique…Partout où vous vous trouvez avec vos « décisions collectives » on retrouve en réalité « des experts .en phagocytation!!!
        Lorsque,avec étonnement nous croyons entendre ici ou là que certains d’entre-vous semblent gueuler haut et fort en « non-border » de tous vos prédicats, c’est « in fine » pour mieux impose à la critique de passer sous « l’éteignoir » que vous maniez à pleines mains selon le principe -« Ce que tu ne peux tuer, récupère-le! »-.

        Nous en avons soupé de votre menu quadrillé constitué des vieilles recettes de la manipulation, du « double-jeu » et de la réification!

        Steph.K/nosotros.incontrolados.

        http://nosotros.incontrolados.over-blog.com

  3. Le camarade Laurent est juste mal informé de ce qui se passe dans son syndicat. Le débat sur l’aéroport a eu lieu à tous niveaux (UD44, ULs, Syndicats,…) et il est loin d’être clos . Le fait que les opinions soient tranchées et antagonistes ne permet pas une communication claire vers l’extérieur pour l’instant. Toujours est-il qu’un grand nombre de Cégétistes étaient à la manif du 17/11, comme moi…

    • démocratie interne…
      Encore un effort : la CGT doit être dépassée, comme tout le monde le sait ce syndicat ratisse large et trouve ses adhérents/tes dans des secteurs tels que la répression- les matons/nes-, l’énergie nucléaire et les petites mains des fabricants d’armes, certes c’est du boulot, et certes certes certes, ils/elles ne sont pas responsables de la situation actuelle, mais comment défendre des matons/nes, comment se réjouir de la construction de saloperies qui pourrissent la vie et le reste ? C’est ainsi que la CGT ne recule pas devant toutes ces contradictions et défend tout ce qui est travail, à n’importe quel prix. Cela c’est la revendication corporatiste, c’est de la démagogie, c’est la défaite assurée. La CGT doit être dépassée, la CGT corporatiste et collaboratrice : dégage, CGT- CFDT- FO, etc…!

  4. Encore un effort, camarade !
    C’est le pas à franchir : l’appartenance à la classe exploitée comme limite de l’action de classe.
    Pour dépasser cette limite, dépasser l’appartenance de classe, ne plus agir ni se définir en tant que travailleur/euse -forcément séparé/e des autres par les nécessité de l’accumulation du capital-, imposer les mesures communistes de dissolution des classes, d’abolition des assignations de genre. Il ne s’agit pas de savoir ce qu’il est vraiment bon et nécessaire de produire, il s’agit de reconnaître dans cette production, dans et pour le capital, la reproduction des liens sociaux d’assignation et d’exploitation. Sans le capital, le travail n’est rien, il n’existe que dans son rapport à l’exploitation ; toute tentative d’affirmer le travail est condamnée à l’échec, en s’affirmant, le travail affirme son exploitation. Sans travail le capital n’est rien, aussi est-il dominé et subordonné. La classe exploitée, pour vaincre s’abolit en abolissant les bases matérielles de la société de classes.

  5. vive les gens libres, lucides, clairvoyants… tous dans le meme bateau sans commandant de bord, ni dieu, ni maitre, mais tous dans la meme direction… tous enssemble pour construire un monde plus censé et humain on va y arriver; y en a pas 1 sur cent mais pourtant ils existent… les pro-zadistes… minoritaires mais solidaires face à la connerie humaine
    HASTA LA VICTORIA SIEMPRE…

  6. Bravo à l’auteur de cette lettre; les flics peuvent bien mettre des barrières, rien n’empêche les idées de circuler!

  7. On peut également trouver la plus grande partie de nos interventions directement sur nos pages http://nosotros.incontrolados.over-blogcom. Bonne balade sur nos pages et n’hésitez pas non plus à vous y exprimer.
    Cordialement.
    Edith Steph

  8. A reblogué ceci sur les AZA and commented:
    Et encore un grain de sel….A force d’en mettre l’eau de la mer morte semblera être de l’eau de source en comparaison…

  9. Il est de ces instances dont on ne saurait être « étonnéEs » de ne pouvoir débattre ou encore de ne les voir point aborder depuis la position qu’elles occupent des sujet insuffisamment abordés ailleurs. Il est même souvent superfétatoire de les suspecter de simple collusion avec des organismes poursuivant avec assiduité des projets contraire à la critique en cours faute d’avoir pu/su s’assurer de leur contrôle préalablement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s