Galerie

[Contre l’aéroport de NDDL et son monde, résistance!] La génération « Y » : retranscription d’un tract papier ramassé devant un lycée

Vu sur le site internet de la ZAD, le 09/12/2012 :

VAL2-8298e

Nous sommes né-e-s après Tchernobyl, tandis que nos parents disaient « plus jamais ça ». Ils-Elles n’ont pas su empêcher qu’en 2011, il y ait Fukushima. On nous appelle avec dédain « génération Y », à cause de la forme des écouteurs autour du cou. Nous serions apathiques et déboussolé-e-s, fruit des nouvelles technologies et d’internet. Pourtant si toute une frange de nos aîné-e-s ont accepté sans broncher l’idée de vivre les derniers temps de la vie sur terre, nous ne nous y résoudrons pas. Nous avons choisi de vivre et de nous battre.

On nous parle de s’envoler vers des « exo-planètes » quand celle où nous sommes sera souillée, alors que certain-e-s d’entre nous ont déjà du mal à rentrer chez eux-elles faute de bus. Depuis la petite école on nous « sensibilise » : il faut trier la poubelle, éteindre la lumière, faire preuve de civisme. Et puis les mêmes prêcheurs-euses arrivent avec leurs gros sabots et dégueulassent nos petits efforts à coup de béton, de pesticides, de nucléaire. Mais tout ça, c’est pour « la croissance », qui finit par devenir « l’obésité » d’un système qui ne voit pas arriver la crise de foie planétaire.

Nous arrivons dans le merdier sans promesse d’embauche, et l’embauche d’ailleurs, est-ce que ça donne un sens au travail qu’on fait ? On veut des métiers, on nous livre en chair à tout faire, six mois par ci, trois mois par là… Il faudra aller un peu à Lille, un peu à Marseille, puis vivre dans sa voiture dans les périodes creuses. Cette « précarité » sera par extension celle du logement aussi, et la pauvreté deviendra plus criante, là où nos ancêtres savaient la compenser par accumulation de stratagèmes, de liens de voisinages, d’outillage et de stock, de conserves, de jardin…

On nous dit pourri-e-s gaté-e-s parce qu’on voit des téléphones dans nos poches, mais le capitalisme nous a rendu pauvres en autonomie, en liens de solidarité, en liberté aussi, autant de petits riens qui séparent le simple du miséreux. Nos parents ont travaillé dur pour consommer : ils ont maintenant le cancer et la nature est mise à sac. Cette trajectoire ne peut pas nous intéresser : s’épuiser à nuire à l’interêt commun en attendant son tour en chimiothérapie.

Tu fera un exposé sur l’énergie renouvelable, le commerce équitable ou l’agriculture bio, tu auras une bonne note mais pendant ce temps là se tiendra une énième conférence internationale sur le climat à Doah, à Copenhague ou à Paris sans que la moindre mesure ne soit prise. En rentrant chez lui en avion, un élu de province survolant sa ville se dira « tiens, ma ville est petite vue du ciel, il faudrait l’agrandir ! » et il fera construire un deuxième, ou un troisième aéroport, un stade de foot, une tour. La génération « Y » se fout de la visibilité internationale, nous ne sommes pas en concurrence avec les peuples du monde. Les terres agricoles en revanche sont en concurrence avec le béton et les aéroports.

En 2012, alors que la date d’une soi-disant fin du monde approche, la lutte pour la vie a pris un nouvel essor à Notre-Dame des Landes, sur le site du futur aéroport inutile de la région nantaise. Ce mouvement d’occupation et de résistance locale prend une dimension plus générale avec la création de comités de soutien partout en France, et aussi à l’étranger.

Compter sur une croissance du transport aérien en dit long sur les ambitions écologiques actuelles. Les uns disaient que l’homosexualité était contre-nature, ils développaient le clonage et les OGM. Les autres disent que « l’énergie est notre avenir, économisons-la » et ils construisent des aéroports.

Nous n’avons aucune confiance en eux-elles pour organiser nos vies ! Barrons-leur la route dans les bois, dans les champs, dans nos lycées, dans nos facs !

La génération « Y »

Pour se renseigner sur ce mouvement :

www.zad.nadir.org

www.rue89.com/notre-dame-des…

Pour trouver un comité de soutien près de chez vous :

comites-ndl.blogspot.fr

Retrait des troupes françaises à notre-dame-des-landes / Retrait des porcs du bocage breton

vinci_hors_ndes_landes-2a9a1

5 réponses à “[Contre l’aéroport de NDDL et son monde, résistance!] La génération « Y » : retranscription d’un tract papier ramassé devant un lycée

  1. Je regrette seulement l’allusion aux porcs, ils valent mieux que cela… Les porcs sont aussi des victimes des humains : on les élève dans des conditions déplorables pour les tuer et les manger. Les porcs sont des animaux intelligents et sensibles, pas comme les humains à qui vous les comparez…Ceci dit, je suis de tout coeur avec vous.

  2. j’ai véçu le w.end dernier sur la ZAD pour y amener des vêtements…
    Je suis arrivé le soir du samedi, il faisait froid, humide,sortant de l’épicerie de NDDL , trois jeunes garçons étaient là avec leurs packs de bière attendant une voiture pour aller sur leurs barricades…grace à eux ils me conduisent à la vache rit en évitant les contrôles des flics.
    Après leurs départs, je rentre dans la vache rit et je découvre une ambiance extraordinaire, des jeunes qui viennent vers vous ,vous expliquer le fonctionnement
    Y a pas de petits chefs, de responsables , c toi le responsable, tu fais ce dont il te semble nécessaire de faire, alors trés vite j’ai participé à cette mini socièté de citoyens, triage de vêtements,de médicaments, mes canettes de bière ont été distribuées sur les barricades, j’ai cuit quelques crêpes, puis plus tard dans la soirée, j’ai diné avec des AMIS avec une bonne soupe aux légumes.
    Le lendemain matin, j’ai chauffé de l’eau dans un grand faitout pour la préparation du café.
    Des zadistes de retour de leurs tours de garde de nuit sont venus boire une boisson chaude et raconter leur propre histoire.
    J’enfile une paire de bottes puis je me rends à la châtaigneraie,là encore je découvre un travail collectif magnifique, je rentre dans la cuisine des étudiantes épluchaient des patates, une autre notait la liste des ingrédients manquant, ni une ni deux je me suis trouvé un couteau et a éplucher à mon tour …..bref j’ai 59 ans j’ai trouvé une jeunesse exemplaire, remplit de volonté, d’espoir dans ce combat !!!!
    Je sais comment occuper mes journées à ma retraite maintenant…
    CUISINIER ZADISTE!!!! Nourrir cette graine de jeunesse!!!!

  3. Bravo à ces jeunes pour leur lucidité. Oui c’est pour eux que nous les anciens de 68 nous nous battons depuis des années, mais sans eux nous ne pourrons pas gagner. Bravo à cette génération Y pour sa prise de conscience et sa maturité, tous ensemble, d’où qu’on vienne, nous lutterons jusqu’à la victoire, pour que les nouvelles générations puissent tout simplement vivre en harmonie avec tous les peuples de la terre.

  4. Bravo pour la pertinence des propos!Nos élus décideurs ne sont plus en phase avec les réalités environnementales,nous leur demandons de la probité,de l,honnèteté intellectuelle et de la cohérence vis à vis des enjeux de développement durable et de saine gestion de l,argent public.Ils doivent remettre en cause comme tout à chacun leur manière de gouverner et de décider,nous pouvons les aider!

  5. magnifique texte et si vrai ! je suis parent et je vous soutiens.. catherine

    Le 9 décembre 2012 18:56, « blog du collectif de lutte contre l’aéroport de

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s