Galerie

[Valls, on sera ta métastase!] Mais qui est donc notre chef de la police (sur un certain Valls) ?

Vu sur le blog de Fabrice Nicolino, le 03/12/2012 :

Publié le 30 novembre 2012

Cela fait un moment que je souhaite dire trois mots – finalement, ce sera bien plus – sur notre ministre de l’Intérieur Manuel Valls. Avant même l’intervention de ses flics à Notre-Dame-des-Landes, qui a fait des blessés par dizaines. Mais bien entendu, je n’aurais pas écrit ce qui suit sans cette déclaration à propos de l’aéroport de M.Ayrault : « Il est hors de question de laisser un kyste s’organiser, se mettre en place, de façon durable, avec la volonté de nuire avec des moyens parfois dangereux (…). Nous mettrons tout en œuvre pour que la loi soit respectée (…) pour que les travaux puissent avoir lieu ». Valls est un personnage digne d’un certain intérêt, et je vous renvoie pour commencer à un long article de la journaliste du Monde Ariane Chemin. Vous le trouverez au bas de mon papier, en intégralité, et je vous recommande vivement de le lire.

Laurent Mucchielli et le livre controuvé

Que dit-il ? En 1980, quand Valls n’avait que 18 ans, il était membre des Jeunes rocardiens. Bon, je sais que cela paraît incroyable. 18 ans, et rocardien : ce seul rapprochement me fait penser à une corde, au bout de laquelle se balancerait un pendu. Passons. À cette époque, Valls étudie à l’université parisienne de Tolbiac, où il rencontre deux jeunes très vieux qui deviendront des amis définitifs : Alain Bauer et Stéphane Fouks. Il me faut les présenter pour mieux comprendre ce qui n’est nullement une affaire personnelle.

Alain Bauer se présente et gagne aujourd’hui sa vie comme « consultant en sécurité ». Mais ce titre falot ne lui rend pas justice. Il a donc noué une amitié inébranlable avec Valls au début des années 80, et milité avec lui chez les Jeunes rocardiens. Est-il de gauche ? La certitude, c’est qu’il signe avec Xavier Raufer, en 1998, un Que sais-je ? (PUF) dont le titre est : Violences et insécurité urbaines. Non, je ne l’ai pas lu. Mais le sociologue Laurent Mucchielli, dont je sais le sérieux, a décortiqué ce texte (ici). Ma foi, cette critique glace le sang. Car de deux choses l’une : ou Mucchielli est un escroc, ou ce livre est un ramassis d’analyses controuvées, établies pour tenter de prouver que la gauche au pouvoir à partir de 1981 est la responsable d’une explosion de la délinquance.

Xavier Raufer et le 11 septembre 2001

Je précise que Xavier Raufer, grand expert devant l’Éternel, et toujours ami, en 2012, de Bauer, a marqué, si peu que ce soit, ma vie. Ancien militant de la droite fasciste, passé à la droite classique via les réseaux patronaux de la métallurgie (UIMM), il est depuis quinze ans l’un des spécialistes du terrorisme les plus invités. Et j’en  viens à moi. Nous sommes le 11 septembre 2001, chez moi, je viens de récupérer dans ma cave un poste de télévision antédiluvien, afin de voir comme tout le monde les tours du World Trade Center s’effondrer.

Je me branche sur France 2, et je découvre, parlant de l’événement, Xavier Raufer. Un pro. Un fin connaisseur. Ce qu’il dit est resté gravé : les attentats porteraient la marque du FPLP palestinien. Moi qui suis loin de valoir M.Raufer, je sursaute aussitôt. Car je sais cette hypothèse totalement absurde. Si le FPLP a bien détourné et cramé des avions, c’était vers 1970, dans un contexte qui n’a rien à voir. Puis, ce groupe laïc a une tradition d’extrême-gauche qui exclut radicalement des méthodes comme celle du 11 septembre. Enfin, il est sur le déclin et il est évident, je dis bienévident qu’il n’aurait pas eu la force et la logistique d’une telle opération. La seule conclusion, concernant Raufer, est qu’il est un bien curieux expert.

Alain Bauer et Nicolas Sarkozy

Revenons à Bauer. Après avoir quitté Tolbiac, et bientôt les rocardiens, il deviendra franc-maçon et Grand maître du Grand Orient de France. Et de droite ? Les mots n’ont aucun sens. Il copine avec Alliot-Marie ou Sarkozy depuis des lustres, au point d’avoir confié au journaliste de Mediapart Éric Incyan, en 2008 : « Nicolas Sarkozy m’en a parlé une seule fois [d’un poste de ministre ] de manière explicite, il y a plus d’un an. Il m’a dit que s’il était élu à la présidence de la République, il me prendrait dans son équipe gouvernementale pour m’occuper des questions de sécurité. » Mais dès 2006, alors qu’il n’est encore que ministre de l’Intérieur, Sarkozy le décore de l’Ordre national du mérite. Bien entendu, il convie à la cérémonie Stéphane Fouks et…Manuel Valls.

Quoi d’autre ? Plein de choses, mais je n’ai pas le temps, ni la place. En décembre 2008, Bauer remet à sa copine Alliot-Marie, devenue ministre de l’Intérieur, le rapport sur les fichiers de police qu’elle lui avait commandé. Mais cette année 2008 était aussi celle du début de l’Affaire Tarnac, du nom de ce hameau habité par des jeunes très ressemblants à ceux de Notre-Dame-des-Landes. On le sait, la police encabana Julien Coupat et Yldune Lévy pour un sabotage supposé d’une ligne de la SNCF. Je ne reviens pas sur le montage policier lui-même, désormais certain. Ce qu’on sait (un peu) moins, c’est qu’Alain Bauer a joué un rôle important dans les prodromes de cette sombre histoire. L’essentiel est rapporté dans le livre de David Dufresne, Tarnac, magasin général (Calmann-Lévy). Bauer, qui se prenait en la circonstance pour son ami Raufer en 2001, avait acheté, dès 2007, 40 exemplaires du livre appelé L’insurrection qui vient (éditions Hazan), signé par un mystérieux Comité invisible.

Alain Bauer et Julien Coupat

Invisible, mais pas pour Bauer. Pour lui, ce texte d’ultragauche annonçait probablement la réapparition d’un terrorisme de gauche, dans la lignée d’Action Directe. Bauer distribue les 40 livres achetés, et pas à n’importe qui. À des politiques de droite, dont certainement Alliot-Marie. À des journalistes connus. À des flics, dont le directeur de la police nationale Frédéric Péchenard, pote de toujours de Sarkozy. Nul ne peut, nul ne pourra peut-être savoir quel rôle ce militantisme aura joué dans le montage de Tarnac. Le certain, c’est que les flics considèrent bien vite Coupat comme l’auteur de L’insurrection qui vient. Et s’il a écrit cela, n’est-il pas cohérent de penser qu’il a pu mener des opérations de sabotage ?

Voilà pour Bauer. Passons plus rapidement sur Stéphane Fouks, dont je vous rappelle qu’il fait partie du trio de départ, avec Bauer et Valls. Donc, en 1980, le jeune vieux Fouks est rocardien. Il reste socialo un moment, puisqu’on le retrouve conseiller de différents ministres, dont Rocard à l’Agriculture. Mais le destin de Fouks, c’est la pub, dont je rappelle qu’elle est pour moi – après bien d’autres – l’industrie du mensonge. Fouks rencontre Séguéla, l’homme pour qui ne pas avoir de Rolex à 50 ans marque le désastre d’une vie, et finit par se faire une place centrale dans la fameuse agence RSCG, où il crée une filiale. Il foire lamentablement la communication de Jospin à la présidentielle de 2002, mais dans ce métier, c’est à croire que seul le présent immédiat compte. Il sera également le conseiller de l’ancien président ivoirien Gbagbo, du couple Ockrent-Kouchner quand ce dernier était accusé de joliesses, et conquiert l’oreille des grands patrons, conseillant près de la moitié du CAC 40. Sans oublier ses solides accointances chez Sarkozy. Ajoutons pour faire bon poids qu’il a promu et défendu l’image de DSK, faisant davantage pour ce merveilleux personnage que pour tout autre. On ne gagne pas à chaque fois, non.

Résumons : Manuel Valls, Alain Bauer, Stéphane Fouks sont comme frères. En 2010, sur le plateau de l’émission de Drucker Vivement Dimanche, consacrée à Valls, les trois apparaissent ensemble. Le 5 mai 2012, les mêmes fêtent leurs 150 ans – à eux trois – dans le restaurant parisien Drouant, dont les deux étages sont loués pour l’occasion. Se trouvent là des flics, de gauche et de droite, des chefs du renseignement, le patron de Veolia, tant d’autres. Peut-être est-il temps de parler de la Mnef, cette Mutuelle étudiante, vivier de copains et de coquins, tous en cheville avec notre grand, noble et valeureux parti socialiste.

Manuel Valls et la Mnef

Si vous voulez vous rafraîchir les idées sur les détournements de fric, les emplois fictifs, la crapulerie au détriment de la santé des étudiants, c’est ici. On retrouve dans cette arnaque massive deux courants, en réalité. Le PS, certes, mais aussi et d’abord la secte politique à laquelle a appartenu en secret Lionel Jospin, qui s’appelait jadis Organisation communiste internationaliste (OCI), menée par l’un des personnages les plus mystérieux de notre après-guerre, Pierre Lambert. Dans la Mnef, on retrouve un peu tout le monde. Spithakis, son patron, ancien lambertiste devenu socialiste, mais aussi les députés Cambadélis et Le Guen, et bien sûr DSK lui-même. Où se cache Valls dans le tableau ? Attention aux plaintes en diffamation, car Valls n’a pas, à la différence de 17 autres prévenus, été condamné. Il est donc innocent. Mais il n’est pas interdit de rappeler cette lettre de Manuel Valls envoyée le 21 décembre 1990 au président de la Mnef, Dominique Levêque (ici).

Deux choses sont très intéressantes. Un, elle est à en-tête du Premier ministre de l’époque, Michel Rocard. Valls est alors son conseiller à Matignon. S’il utilise ce papier officiel, c’est évidemment pour montrer qu’il agit ès-qualités, en service commandé. Deux, Valls y menace la Mnef de représailles si elle refuse d’admettre dans son conseil d’administration un certain Emmanuel Couet. Les deux faits réunis suggèrent assurément qu’il existe un lien de subordination inconnu entre le parti socialiste au pouvoir, et cette Mnef où circule tant d’argent. Ah ! j’allais oublier. Dans sa lettre, Manuel Valls précise que « depuis des années, nos relations [entre lui et la Mnef] sont basées sur la confiance et le respect des dispositions arrêtées en commun avec moi-même et Alain Bauer. » Car Bauer est là, lui aussi, qui dirigera l’une des filiales de la Mnef.

On notera à ce stade que Valls, qui n’est pas encore ministre des flics, n’a donc pas comparé lesrefusants de Notre-Dame-des-Landes à un « kyste » qu’il conviendrait par définition d’extirper (ici). En cette année 1990, il ne juge pas déshonorant cette amitié qu’on qualifiera d’appuyée avec des ruffians qui se révèleront, devant la justice, d’authentiques délinquants, dûment condamnés ensuite. Et l’ayant noté, on reviendra à l’article du Monde dont je vous parlais au début de ce si long pensum.

Ce sera ma conclusion : en cette fin 2012, Valls, Fouks et Bauer sont toujours unis par des liens fraternels, ce qui ne peut que tirer une larme. Qu’importe à Valls que son cher vieux Bauer soit au centre politique et moral du dispositif sécuritaire de la droite ! Il aime, voyez-vous. Citation de Valls en 2008, tirée du Monde : « Si Alain pense qu’être sarkozyste est utile et cohérent, il en a le droit. L’amitié transcende les clivages politiques (…). On se retrouve sur la sécurité et, globalement, on est toujours en phase. » Ajout de 2012 : « Je lui ai dit que je regrettais qu’il ait travaillé pour Sarko, car je ne peux plus le prendre dans mon cabinet. » Ce qui veut dire sans détour que Valls-la-grenade aurait aimé travailler avec Bauer place Beauvau, mais qu’il ne le peut pas. Le chef des flics se faisant aider par Alain Bauer, conseiller-en-chef de Sarkozy.

J’espère que vous goûterez cette farce autant que moi. Voilà dans quelles mains nous sommes. Voilà l’arrière-plan des 100 blessés de Notre-Dame-des-Landes.

10 réponses à “[Valls, on sera ta métastase!] Mais qui est donc notre chef de la police (sur un certain Valls) ?

  1. Pingback: L'ALSACE LIBERTAIRE » [Valls, on sera ta métastase!] Mais qui est donc notre chef de la police (sur un certain Valls) ?

  2. Il est vrai et sans que vous ayez forcé les péréquations entre les uns et les autres, les lignées des pouvoirs n’ont de cesse que d’agir pour les conserver. Des réponses peuvent bouleverser ces lignées d’individus, agir comme eux dans le respect humain, présentation, solution, action. En marge de nos réflexions de connaisseurs des milieux politiques et de leurs perversités, il existe une population qui subit ces individus et leur politique, qui ne peut rien dire. Plus s’écoule cette politique, plus cette population mute dans l’inconscience collective. Les peurs sociales de toute nature en sont les causes et elles s’aggravent. Cette population vous pouvez en croire les raisons, viendra d’un seul coup, agir. Comment, reste l’interrogation mais, dans les échanges à l’approche de l’avenir, c’est le silence, ceci n’est pas un bon signe; En tout état, ce jour, ne portez pas un masque politique pour rigoler, la rigolade ne sera plus d’actualités pour tous ceux qui avaient les moyens de défendre et n’ont rien fait. Agira t-elle sporadiquement, par effets, impossible d’approcher les pensées dans ce sens. Que la politique écrase les hommes, personne ne peut être invisible ou se cacher, c’est ce que laisse comprendre ce silence.

  3. Bravo et merci pour cet éclairant article, bien construit, bien documenté, bien argumenté. Du travail de pro 😉
    Hey ! Je suis de L.A, mais réfugié en Belgique, par contre pour des raisons opposées à celles de Bernard Arnault ! Continuez la lutte et vive l’insoumission ! Courage les amis ! Vive l’education populaire ! Ne les laissons pas mentir impunément et saccager notre quotidien et notre planète…

  4. il n’y à pas assez de monde qui prennent la peine de s’informer ou se réinformer. merci pour ces témoignages! Continuont le combat, nos ennemis sont ceux qui nous gouvernent et leur ‘amis’… je suis originaire d’hénin beaumont (62), tristement célèbre par la montée du fn. J’habite maintenant en loire atlantique, mes racines sont ouvriéres, chaleureuses et humaniste; je ne peux pas croire qu’il n’y aurait que la connerie humaine, le fachisme, l’individualisme et toujours plus de capitalisme qui s’imposerait comme seuls mode de pensée! Meme si je me sent cerner par toutes ces idéologies au quotidien! Je pense que l’humain et tout ce qui l’entourre vallent beaucoup mieux que ça. Je suis aller à nddl la semaine derniére pour filer un coup de pouce et j’y retourne cette semaine, il est grand temps de s’organiser et de faire converger toutes nos forces contre ces régles du jeu toujours plus injuste! non à l’aéroport! vive le peuple uni!

  5. excusez-moi deux minutes je vais vomir! Je n’en peux plus de tous ces complots et ces élus qui nous ordonnent  » faites ce que je vous dis mais pas ce que je fais ». J’y retourne…….vomir sur ces connards. CHRISTINE

  6. ce blog est une mine d’informations.Merci! diffusez, diffusez, camarades

  7. GALLIEZ pierre

    Je n’aime pas M VALLS, il porte les signes d’un dangereux arriviste, tel COPE, ou FILLON! M AYRAULT est une « limace ». Voir son comportement vis a vid de M MONTEBOURG! C’est honteux. Et voilà qu’ils en remettent une louche, HOLLANDE et AYRAULT avec le TGV LYON TURIN!Ou vont ils prendre cet argent destiné à remplir les caisses de VINCI, EIFFAGE ou BOUYGUES, ces promoteurs de batiments avides d’argent frais? Moi, ma taxe d’habitation à VALENCIENNES a augmenté de 34% sur un an, elle équivaut à 12% de mon loyer! M VALLS, que dirait il si on rasait son vollage natal espagnol, pour y construire une centrale ou y implanter un aéroport. VALLS, y qu à bien regarder sa tête, son visage porte bien les stigmates d’un homme soupçonneux et méfiant. Il est plus dangereux que GUEANT ou HORTEFEUX. J’ai 73 ans, j’ai toujours porté la gauche dans mon coeur (sauf parfois pour des élections locales, chosissant L’HOMME), mais ici je regrette d’avoir voté HOLLANDE. Quant au choix du Premier MINISTRE:Mme AUBRY aurait été beaucoup mieux!

  8. il y avait une alternative de choc au dernieres election.melenchon.mais les moutons aiment trop leurs bergers et leurs chien de garde a ce qu’il semble!
    la prochaine fois peut etre .un coup de pieds dans cette fourmillière de « penseurs bien pensant » et nous mettront enfin la main pour le peupler dans les pactoles qu’ils pensent cacher (y sont pas au courant du web ces gens la ou quoi??? l’info va plus vite que leur neurones!!!!
    hasta siempre!!

    • bravo pour cet article !!!
      Ils ont vendu leur âme au diable
      —— La Vérité c’est le contraire de l’oubli —— lolenjaponais

  9. courtial Yves

    la pensée unique méprise la vie a Fleurange comme a notre dame des landes.
    vinci et mittal même combat;
    le tour du peuple est imminent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s