[Convergeons nos luttes !] De la ZAD de NDDL: message de solidarité envoyé aux communautés en lutte du Chiapas

Vu sur Indymedia Nantes, le 10/08/12 :

Dans quelques jours va se tenir une rencontre au Mexique autour des grands projets inutiles organisés localement. C’est l’occasion pour nous d’envoyer un message de soutien et de répondre ainsi aux différents groupes qui nous ont écrit et envoyé des messages vidéo pour nous assurer de leur solidarité dans notre lutte contre le projet d’aéroport. La lutte est partout, fédérons nos résistances !!!

Message d’ occupant.e.s des terres menacées par le projet d’aéroport international à Notre Dame des Landes, France, aux compagnon.e.s en lutte au Mexique :

Hola compagnon.e.s d’Atenco, d’Acteal, de Las Abejas, des Caracoles du Chiapas et des autres communautés qui luttez pour une vie juste sur cette Terre.
Les messages de soutien que vous nous avez envoyés nous ont beaucoup touchés ici sur la ZAD. Merci pour votre attention aux autres et à ce qui se passe autour de vous.
Pour répondre à vos messages de solidarité, nous avons constitué une commission composée de personnes qui occupent et cultivent les terres sur l’emplacement du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.
Nous ne sommes pas représentants « officiels » de cette lutte, nous parlons en notre nom en tant que personnes qui avons choisit d’engager notre vie pour préserver ce territoire.
Ce que nous exprimons ici est un spectre des raisons de notre engagement, parmi la pluralité des visions des compagnon.e.s avec qui nous occupons les terres.
L’occupation des terres à commencé il y a 3 ans à la suite d’un Camp Action Climat.
Depuis, nous essayons de nous organiser localement à petite échelle, horizontalement pour que chacun.e puisse exprimer ses idées, pour que nos réflexions s’enrichissent des visions des autres, et que les décisions soient prises ensemble au consensus. De façon naturelle notre mode d’organisation doit rester ouvert.
Le groupe des occupant.e.s est très évolutif. Les gens viennent d’horizons lointains pour participer à cette lutte, certain.e.s restent, d’autres continuent leur route, certain.e.s reviennent…
On pourrait considérer la ZAD comme une zone de culture internationale, une base comme les vôtres aux Mexique, qu’il faudrait connecter à d’autres bases dans le monde pour créer un réseau de lutte enraciné et nomade, pour fissurer les fondations du système.

Au delà du projet d’aéroport qui est le symbole d’un projet insensé, imposé par des instances qui se considèrent supérieures, pour permettre à une minorité, l’élite économique, de s’accaparer les ressources planétaires, de continuer à polluer, et de planer au dessus des réalités, c’est plus globalement contre le système économique capitaliste dévastateur que nous luttons.
Nous savons depuis la fin des années 60 que le « modèle occidental » n’est pas soutenable, que la croissance économique est une illusion suicidaire.
Nous sommes aujourd’hui 7 milliards d’humains, bientôt 10 et la destruction des écosystèmes, des terres arables, des océans, de l’atmosphère, du climat… de nos conditions de vie, s’intensifie chaque jour d’avantage avec le développement technologique.
La 7ème extinction de masse des espèces vivantes a lieu sous nos yeux, elle est la conséquence de l’activité humaine, alors il est grand temps de changer nos modes de vie.
Nous sommes un certain nombre à avoir conscience d’être les descendants d’une civilisation qui a contribué à dévaster le monde par les guerres, la colonisation, la domination économique, le pillage des ressources naturelles, l’incompréhension des équilibres écologiques et nous sentons la responsabilité de devoir stopper ce système avant qu’il ait détruit la planète.
Nous sommes un certain nombre à penser que nos comportements individuels et collectifs doivent changer en profondeur sur de nombreux plans.
Entre autre nous luttons simultanément contre le racisme, le sexisme, l’autoritarisme, le nationalisme, les frontières artificielles qui divisent les peuples, la compétition puérile et destructrice entre les humains, le contrôle l’exploitation et la destruction du vivant…
Nous ne sommes pas propriétaires des terres et nous refusons cette logique d’appropriation des ressources naturelles.
Nous sommes conscient.e.s des pollutions engendrées par le sois-disant « progrès moderne » et nous pensons qu’il est urgent d’expérimenter d’autres modes de vie.
Nous espérons tendre vers une plus grande autonomie alimentaire et énergétique par rapport au système consumériste global.
Nous essayons de vivre mieux et joyeusement avec plus de simplicité. Nous sommes un certain nombre à souhaiter que notre empreinte sur l’environnement devienne positive.
Nous n’avons pas confiance dans les discours politiques ni dans la propagande capitaliste.
Nous sommes un certain nombre à lutter contre la notion de pouvoir, contre la personnification et la centralisation de ce pouvoir et contre la standardisation imposée aux esprits.
Nous pensons que la représentation politique et que les systèmes hiérarchiques, sois-disant « démocratiques », sont généralement des hypocrisies qui occultent la réflexion, trompent les humains, les déresponsabilisent, les rendent passifs et engendrent des conséquence néfastes sur l’ensemble du vivant.
Nos propres discours sont nécessaires mais ne sont pas suffisants, il faut nous organiser concrètement, passer à l’action localement, expérimenter sur le terrain, nous affranchir réellement d’un système corrompu par la soif du pouvoir par l’égoïsme et par la dépendance à l’argent.
En France Jean Marc Ayrault, ex-maire de Nantes, principal promoteur du projet d’aéroport est devenu premier ministre du gouvernement. Nous demandons au nom de la simple raison qu’il renonce à ce projet désastreux, ruineux qui appartient à un temps révolu.
Nous n’avons plus besoin d’infrastructures polluantes, nous devons apprendre à nous passer du pétrole dans notre vie quotidienne et prendre le temps de voyager sans polluer pour créer un véritable réseau d’échange humain.
Qu’on laisse aux gens qui le souhaitent, le d’enrichir et de cultiver la Terre plutôt que de continuer à la dévaster par millions d’hectares.
Nous savons qu’il y a quelques années, Penianieto a réprimé les populations autour du projet d’Atenco, et qu’à présent il a volé l’élection présidentielle au Mexique. En toute humilité face à votre courage, nous vous soutenons dans votre lutte et nous appelons les peuples du Mexique à s’insurger contre cette dictature.
Depuis les années 90, le Chiapas est un modèle de résistance populaire pour le monde entier, vous représentez l’espoir d’un autre futur que l’agonie programmée d’une humanité lobotomisée.
Dans nos pays la révolution n’a jamais été finie, ces derniers temps d’autres peuples ont eu le courage de se soulever, nous appelons les groupes et les individus conscients de la situation planétaire, à prendre le temps de s’organiser localement pour préparer une révolution internationale.
Nous sommes fier.e.s de lutter à vos côtés contre la destruction de la vie et pour une véritable justice entre les humains.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s