L’INRAP, une institution archéologique au service de Vinci et de son travail de bétonneur de NDDL

Première partie d’un article nommé : Archéologues soumis et syndicat compromis : l’INRAP, la CNT et le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes; écrit par un membre du collectif de lutte contre l’aéroport de NDDL et un occupant de la ZAD :

        Les fouilles archéologiques constituent une étape importante de la mise en œuvre du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Elles s’inscrivent dans les travaux préparatoires du barreau routier qui passerait au sud de l’aéroport. Après des forages et fouilles effectués conjointement le 5 et 6 octobre , les fouilles continueront jusqu’en janvier sous haute surveillance policière. Il s’agit pour l’Etat et Vinci de creuser des tranchées de 40cm de profondeur sur des dizaines de mètres. A terme, 165 hectares (pour la seule 4 voies) devraient être fouillés, détruisant ainsi de grandes surfaces de terres arables !1

         Comme toutes les phases préparatoires aux travaux pour la construction de l’aéroport, ces fouilles se heurtent à la résistance des occupant-e-s et d’une partie de la population locale. Dernières tentatives à ce jour pour ralentir le travail des archéos-collabos :

  • un blocage d’une parcelle par des occupant-e-s et des paysans en lutte venus avec leur tracteurs pour empêcher l’État et Vinci de détruire une once de terre supplémentaire.

  • Le dépôt sur une parcelle faisant l’objet de fouilles archéologiques, d’une bombe de contrefaçon afin de forcer les archéologues et les flics qui les protègent à faire venir sur place une équipe de déminage. Perte de temps et d’argent pour les bétonneurs qui organisent le saccage du bocage.2

    Ces actions ne sont que les prémisses de la résistance acharnée des occupant-e-s et des populations locales aux travaux jusqu’à l’abandon de ce projet absurde, anti-écologique, anti-social.

L’archéologie préventive : une scandaleuse alliance entre chercheurs et aménageurs

        C’est l’Institut National de Recherche en Archéologie Préventive (INRAP) qui est en charge de ces fouilles. Cette institution publique est censée servir à préserver le patrimoine archéologique français et intervient en amont de chaque projet d’aménagement.

      Son objectif : fouiller systématiquement 6% de la surface concernée par le chantier pour s’assurer que ce dernier n’engendre pas la destruction à coup de pelleteuse de ces si précieuses traces du passé enfouies sous terre. Comme toutes les institutions de l’Etat, l’INRAP, sous couvert d’une mission “d’intérêt général” et de “service public” sert en réalité pernicieusement les intérêts du Capital.

        De “généreux” chercheurs en manque de financement s’y compromettent et au prétexte de sauver quelques bribes d’un passé prestigieux collaborent à la construction d’infrastructures d’asservissement à l’impact écologique désastreux : autoroutes, centres commerciaux, prisons, lignes grande vitesse, zones industrielles, aéroports, etc.

      L’archéologie préventive, dont la mission est en apparence si noble, s’avère constituer, dans les faits, une invraisemblable arnaque ! L’Etat et le Capital se soucient en effet peu des civilisations passées et des magnificences anéanties par le développement du capitalisme industriel. Ce n’est pas par générosité que l’Etat et le Capital financent les fouilles, cela répond en réalité à deux objectifs principaux :

  • Renforcer l’acceptabilité sociale des projets d’aménagements : Il n’est quasiment jamais arrivé que les fouilles préventives permettent l’abandon d’un projet d’aménagement du territoire. Alors que ces gargantuesques entreprises de bétonnage ravagent le patrimoine naturel, anéantissent les paysages, désagrègent le tissu social, et transforment petit à petit notre horizon visuel en un océan de béton ; l’Etat a beau jeu de brandir la conservation du patrimoine archéologique comme un argument de vente de sa misérable entreprise de destruction. Comme Biotope, recensant les espèces rares pour permettre à AGO de nous vanter les vertus écologiques de son aéroport ; les archéologues ramassent quelques bribes de poteries pour travestir le carnage d’un paysage, d’un territoire, avec sa culture paysanne et ses traditions rurales, en une entreprise philanthropique, respectueuse du passé et de l’histoire locale.

  • Exploiter le patrimoine comme une vulgaire marchandise: Or qu’adviendra-t-il si nos archéos-collabos découvrent en quelques coups de pinceaux les vestiges d’une ferme mérovingienne ou d’autres traces d’une époque où le capitalisme industriel ne régentait pas nos vies ? Rien, ou si peu. Ils recenseront les objets qui finiront au mieux sous cloche dans la vitrine d’un musée, au pire dans un carton enfermés dans les réserves inaccessibles au public. Outil de propagande dont se sert l’Etat-Nation pour nous faire croire qu’il a toujours existé à travers les âges, que la “France éternelle” brille de son prestige depuis “nos ancêtres les gaulois” ou argument commercial pour l’industrie du tourisme, la muséïfication du patrimoine ne signifie en rien sa préservation pour l’intérêt de tous et toutes, mais bien plutôt son exploitation au service de l’Etat et du Capital.

          Rien d’étonnant alors, à ce que L’INRAP collabore étroitement avec Vinci 3et en fasse la publicité. Encore un bel exemple de partenariat public-privé ! Vinci a beau jeu de communiquer sur sa participation à la rénovation d’Angkor Vaat, cela lui permet, à peu de frais, de masquer son activité néfaste.

        Que cette entreprise lache généreusement quelques euros aux archéologues doit-il nous faire oublier que des sans papiers croupissent dans les geôles qu’elle conçoit ? Que des forêts disparaissent sous ses autoroutes ? Que des ouvriers meurent d’accidents de travail sur ses chantiers ?

La charité a toujours été l’argument des puissants pour camoufler leur méfaits, ne tombons pas dans leur panneau !

Un membre du collectif de lutte contre l’aéroport de NDDL et un occupant de la ZAD.

1 Voir article de ouest torchon à ce sujet qui rend également compte de la résistance d’un paysan à ces fouilles : http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-Aeroport-un-paysan-s-oppose-aux-fouilles_fil-2013608_actu.Htm

2 Voir aussi la vidéo réalisé par des occupant-e-s de la ZAD lors de la journée de rassemblement du 11 octobre :

mardi 11 octobre – Notre Dame des Landes from From ZAD on Vimeo.

3 Voir aussi la collaboration de l’INRAP avec des grands aménageurs et bétonneurs comme RFF sur des chantiers de ligne à grande vitesse et avec GRTgaz pour le transport de gaz en France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s