Galerie

[Solidarité avec la ZAD! Attaquons-les de tous les côtés!] Des hackers atterrissent à Notre-Dame-des-Landes

Vu sur owni.fr, le 07/11/2012 :

http://owni.fr/2012/11/06/nddl-telecomix-des-hackers-atterrissent-a-notre-dame-des-landes/

Le 6 novembre 2012

Des membres du collectif d’hacktivistes Telecomix ont décidé d’apporter leur soutien aux opposants au projet controversé d’aéroport en Loire-Atlantique. Entre altermondialistes et hackers, la convergence se poursuit.

Autour du site de la ZAD à Notre-Dame-des-Landes

Cette semaine, les opposants au projet d’aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes (NDDL) en Loire-Atlantique, ont reçu deux nouveaux soutiens : l’un assez attendu, de Stéphane Hessel, l’iconique ancien résistant ; plus étonnant, des membres du collectif Telecomix, en l’occurrence plutôt des “agents”, comme ils se nomment, bretons. Ils ont expliqué cet engagement hier, lors d’une conférence de presse en ligne, sur un pad, un éditeur de texte collaboratif.

Telecomix : « hacker pour la liberté »

Telecomix : « hacker pour la liberté »

Telecomix n’a pas de leader, ni de hiérarchie. Ce n’est pas une organisation, mais une « désorganisation » bien réelle qui …

D’un côté, nous avons les habitants de la ZAD, Zone d’Aménagement Différé, ou Zone À Défendre, selon le bord. Cette zone d’autogestion squattée de façon pacifique depuis trois ans rassemble écolo, décroissants, anti-capitalistes, alter-mondialistes, anarchistes, bref tout ce qui aurait fait frémir Michèle Alliot-Marie quand la chasse aux anarcho-autonomes était une priorité du renseignement français. Une centaine de personnes sur un territoire de 1800 hectares que la préfecture de Loire-Atlantique essaye en vain de délogerdepuis le 16 octobre à grands renforts de CRS, en prévision du début des travaux par Vinci, une opération au doux nom de “César”.

De l’autre côté, nous avons Telecomix, qui s’”hacktive” depuis 2009. Ils se sont fait connaître avec des opérations de contournement de la censure en Syrie ou en Égypte, montées via un mode d’organisation particulier, ou plutôt une “désorganisation”, pour reprendre l’expression de Peter Fein, un de ses agents. Ils se définissent ainsi :

Un cluster télécommuniste féministe sociocyphernetique de gens et de bots1 qui aiment internet et les données, s’efforçant toujours de protéger et d’améliorer l’internet et de défendre le flux libre des données. Telecomix, tout comme l’internet, ne connait pas de frontières techniques ou territoriales.

Un organisme siphonophorique2 transmettant son génome à travers des mèmes et l’imitation plutôt que des règles et la régulation.

Ma ZAD rêve d’autogestion

Un mème par définition a des variants et des invariants. Alors qu’est-ce qui relit ces deux univers ? BaN, un des “breizhou” impliqué, avec sa compagne Élodie, donne son point de vue :

La ZAD a un mode de fonctionnement très proche de celui qu’on peut expérimenter dans un cluster comme Telecomix :
– c’est une autre école du hack. Toutes les constructions y sont DIY avec du matériel de récup.
– c’est également une autre forme d’autogestion.
– la moyenne d’age et le côté international est également très proche.
Du coup pas mal de liens se sont créés. En fait nous (Elodie et moi-même principalement) avons été très bien accueillis et on a vite sympathisé. Des projets communs se sont montés, comme monter un WiFi sur la ZAD.
Certains d’entre nous, Kheops, TelecomixDA, n3b…, avons donc assez mal vécu les premiers témoignages de l’opération César.

Le squat ZAD NADIR à Notre-Dame-des-Landes

Élodie renchérit :

Nous avons une volonté d’aller vers l’autogestion, et je me suis pris une grosse claque à la ZAD. Et puis j’aime la philosophie qui règne dans les squats de manière générale – tout le monde participe à la vie commune, les tâches sont réparties sans prise de tête, tout le monde est serviable, poli, les gens sont souriants.

“Inutile, aberrant et ruineux en ces soi-disant temps de crise”

Rebooter les villages

Rebooter les villages

Zone rurale autonome + hackers = hackerland. Une équation somme toute logique, comme nous l’ont expliqué les habitants d’un …

Et les avions dans tout ça ? Bien sûr, le projet leur semble “inutile, aberrant et ruineux”, explique Élodie. Plus encore, il symbolise un mode de vie à fuir. NDDL a des airs de Larzac. Cette prise de position des agents illustre donc une nouvelle fois la convergence entre les hackers et ce qu’on appellera pour faire court l’altermondialisme et la décroissance.

Sachant que ces réponse n’engagent que leur auteur et pas le collectif, participe qui veut : “Ce n’est pas un soutien officiel de Telecomix, martèle BaN, ça n’existe pas et n’existera sûrement jamais. Mais signaler que des agents Telecomix soutiennent les zadistes, ça touchera peut-être des gens qui ne se sentaient pas concernés.”
Un invariant qu’Okhin, un agent parisien avait déjà rappelé :

@okhin « whereda fuck is the lulz? » ha oui merde. j’ai deux jours pour trouver :P

@oOBaNOo (et bon, oublies pas que, téhoriquement, Telecomix does nothing. Agent does.)

Mains sur le clavier et pieds dans la gadoue

Les actions de soutien mêlent numérique et IRL, communication et soutien logistique, mains sur le clavier et pieds dans la gadoue :

Nous mettons à disposition nos ressources (serveurs) et réseaux aux militants dans et en dehors de la ZAD. Nous les formons les militants à la cryptographie, comme à Nantes le week-end prochain et aux pads. Nous les aidons aussi à créer le buzz pour toucher plus du monde.
De façon très concrète, nous collectons et nous apportons des vêtements ou la nourriture sur place.

Notre Dame des Landes, ZAD, la barricade du chemin bellish.

Les cousins Anonymous

Le tout avec une connexion pourrie, en attendant que Kheops, le grand blondinet sorti de son anonymat lors des opérations du Printemps arabe, mette en place d’un réseau WiFi meshé. Pour l’instant, les attaques DDoS et le défaçage, armes classiques de leurs cousins les Anonymous, ne font pas partie de leur palette d’outil. En revanche, le lulz, le refus de se prendre au sérieux, de s’ériger en militant politique traditionnel ennuyeux, oui :

Il n’y a pas de ligne, il n’y a que du datalove. Je vois pas pourquoi il faudrait systématiquement “faire bouger les lignes” en fait. Faisons ce qui nous éclate, parce que ça nous éclate. Le reste suivra. Ou pas.
Et on sauve des chatons.

Avec les Anons, Telecomix partage aussi son côté fluctuant, corollaire de son mode de fonctionnement : focalisé sur les bit(e)s avant de se pencher sur les atomes, d’Occupy Wall Street à l’Afrique.

Et nos Telecomix bhz ont bien l’intention de poursuivre cette évolution : ils préparent leur voyage au prochain Forum social mondial à Tunis, fin mars. Dans leur valise, du data love et un hackerspace improvisé. Mais ils ne prendront pas l’avion à Nantes.


Toutes les photos des internautes via #NDDL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s